Flou autour de certaines pratiques et procédures budgétaires

Le Conseil de Politique Monétaire de la Banque Centrale de Mauritanie a tenu sa 122ème réunion le jeudi 09/05/2019
Le Conseil de Politique Monétaire de la Banque Centrale de Mauritanie a tenu sa 122ème réunion le jeudi 09/05/2019
Spread the love

Concernant le budget de l’Etat, les procédures prévues par la loi ne sont pas respectées : d’importants volumes de recettes et de dépenses publiques (au premier rang desquelles celles afférentes aux marchés publics) échappent ainsi au contrôle du Parlement et de la Cour des Comptes.

Ce pillage des finances publiques s’opère principalement au travers de la Banque Centrale Mauritanienne (BCM) par laquelle transite la majorité des flux financiers du pays.

Ainsi, d’après l’opposition, de nombreuses recettes extérieures encaissées par la BCM pour le compte
de l’Etat ne sont pas inscrites dans la loi de finances et sont utilisées en dehors des procédures budgétaires ; ce serait notamment le cas d’un don d’un montant de 50 millions USD accordé par le Royaume d’Arabie Saoudite à la Mauritanie au sujet duquel l’opposition n’a cessé de réclamer en vain
la transparence.

L’opposition s’interroge pareillement sur le sort des 200 millions USD que la Mauritanie a perçus de la
Lybie en échange de l’extradition vers Tripoli d’Abdallah Al-Senoussi, ancien chef des renseignements
de Kadhafi, sous le coup d’un mandat d’arrêt international de la Cour Pénale Internationale – une recette
qui n’a jamais été inscrite au budget de l’Etat.

Nayra La Diotima Cimper‎ 

Groupe des Journalistes Mauritaniens