Catégories
Mauritanie

البيان الصادر في أعقاب اجتماع مجلس الوزراء

البيان- جتمع مجلس الوزراء يوم الخميس 31 أكتوبر 2019 تحت رئاسة صاحب الفخامة السيد محمد ولد الشيخ الغزواني، رئيس الجمهورية.

وقد درس المجلس وصادق على مشروعي المرسومين التاليين:

– مشروع مرسوم يتعلق بتشكيلة واختصاصات وتنظيم وسير عمل اللجنة الوطنية لمكافحة الإرهاب.

يأتي مشروع المرسوم الحالي تطبيقا للمادة 48 من القانون رقم 2019-017 المتضمن مكافحة غسيل الأموال وتمويل الإرهاب التي تقضي بإنشاء لجنة وطنية لمكافحة الإرهاب. ويمثل إنشاء هذه اللجنة إضافة نوعية في منظومتنا الوطنية، وأداة مهمة للوفاء بالتزاماتنا الدولية وتجسيدا فعليا لتوصيات مجموعة العمل المالي.

– مشروع مرسوم يحدد شروط الحصول على رخص القنص وتسليمها.

يهدف مشروع المرسوم الحالي إلى تحديد شروط الحصول على الترخيص لممارسة القنص وتسليمه تطبيقا لأحكام القانون 2018-041 الصادر بتاريخ 05 دجمبر 2018 المتعلق بالقنص وتسيير الحيوانات المتوحشة، والقانون رقم 2019-003 بتاريخ 22 يناير 2019 المتعلق بالتجارة غير الشرعية بالأنواع الحيوانية والنباتية المتوحشة المهددة بالانقراض.

وتمكن إجراءات الحصول على مختلف أنماط رخص القنص من معرفة مصدر وهوية طالب الرخصة وطبيعة الرخصة ومدتها والنوع أو الأنواع المراد قنصها وعددها والمنطقة المعنية وكذا رخصة حمل سلاح القنص.

وقدم وزراء العدل والداخلية واللامركزية والمالية والشؤون الاجتماعية والطفولة والأسرة بيانا مشتركا يتعلق بالإستراتيجية الوطنية للولوج إلى العدل.

يستعرض هذا البيان الخطوط العريضة للإستراتيجية الوطنية للولوج إلى عدالة تحقق الوصول إلى خدمات قضائية متميزة تتكيف مع احتياجات المواطنين والسياق الاجتماعي والاقتصادي في البلاد. وتضع هذه الإستراتيجية نظاما شاملا ومتكاملا يحدد المكونات الأساسية للوصول إلى خدمات التقاضي، وتراقب جودة المساعدة المقدمة، وتجنب تشتت عمل منظمات المجتمع المدني ونقابة المحامين والفاعلين الآخرين العاملين في المجال.

وقدم وزير الشؤون الخارجية والتعاون والموريتانيين في الخارج بيانا عن الوضع الدولي.

وقدم وزير الداخلية واللامركزية بيانا عن الحالة في الداخل.

وقدم وزير التعليم الثانوي والتكوين التقني والمهني بيانا يتعلق بتكوين المكونين في التكوين التقني والمهني من أجل تلبية الحاجات في مجال التكوين الأولي والمستمر للمكونين، يقترح هذا البيان تنفيذ الإجراء المقرر في إطار برنامج فخامة رئيس الجمهورية والمتعلق بإنشاء ثلاثة مراكز لتطوير كفاءات المكونين في القطاعات الرئيسية الثلاثة للاقتصاد الصناعي في الثانوية الفنية في نواكشوط ،البناء والأشغال العمومية في مركز التكوين والتدريب المهني في نواكشوط، والخدمات على مستوي الثانوية التجارية.

وقدم وزير التشغيل والشباب والرياضة البيانين التاليين:

– بيانا حول انطلاق نشاطات منسقيه برامج التشغيل –م.ب.ت.؛ يقترح هذا البيان تجميع كافة مبادرات تمويل مشاريع التشغيل، وخاصة مشاريع تشغيل الشباب، في هيئة وحيدة للتسيير في إطار البرنامج الوطني للتشغيل والذي يشكل الذراع العملي لتنفيذ الإستراتيجية الوطنية للتشغيل.

وسيؤدي تنفيذ محفظة المشاريع المبرمجة في إطار هذه المنظومة إلى تحسين الاندماج الاقتصادي لمواطنينا من خلال الاستفادة من رزمة من الخدمات ستنطلق قبل نهاية شهر نوفمبر 2019.

– بيانا يتعلق بمشروع إنشاء برنامج وطني للتطوع في موريتانيا يسمى »وطننا ».

يستهدف هذا البيان بلورة مشروع الخدمة المدنية التطوعية التي تمثل شكلا من المشاركة المثالية يضع المواطن في قلب العملية التنموية ويجعل من التزامه مشروعا شخصيا تطوعيا وإراديا لمصلحة الجماعة.

وأخيرا، اتخذ المجلس الإجراءات الخصوصية التالية:

وزارة البترول والمعادن والطاقة

المؤسسات العمومية

الشركة الموريتانية للكهرباء

المدير العام: محمد عالي ولد سيدي محمد.

الشركة الموريتانية للغاز(صوما غاز)

المديرة العامة: فاطمة بنت دحي.

الشركة الموريتانية للمحروقات والأملاك المعدنية

المدير العام: التراد ولد عبد الباقي.

وزارة الإسكان والعمران والاستصلاح الترابي

المؤسسات العمومية

المؤسسة الوطنية لتنفيذ الأشغال المنجزة بالمواد المحلية

المدير العام: محمد الامين ولد خطري.

وزارة المياه والصرف الصحي

المؤسسات العمومية

الشركة الوطنية للماء

المدير العام: سيدي محمد ولد الطالب اعمر

وزارة الثقافة والصناعة التقليدية والعلاقات مع البرلمان

المؤسسات العمومية

الوكالة الموريتانية للأنباء

المدير العام: محمد فال ولد عمير

المطبعة الوطنية

المدير العام: الناجي ولد الصبار.

Catégories
Mauritanie

La Présidence nomme un nouveau directeur de cabinet du Premier ministre

La Présidence de la République , s’est dotée jeudi 31 octobre d’un nouveau directeur de cabinet du Premier ministre

Au Palais ocre de Nouakchott, un décret ait rendu public ce jeudi aux termes duquel M. Sidi Moulaye Zeine est nommé directeur de cabinet du Premier ministre.

Pour les nuls, le directeur de cabinet est la personne chargée de diriger le cabinet d’une personnalité politique ou d’un chef d’entreprise.

Il est souvent le plus proche collaborateur de son patron, qu’il seconde dans ses prises de décision.

Familièrement, un directeur de cabinet est parfois nommé « dir’ cab », un nom que l’on attribue également à Louleid Ould Wedad.

Notons par ailleurs que le conseil des ministres s’est réuni au palais présidentiel à Nouakchott sous la présidence de Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, Président de la République et , selon nos radars, d’autres nominations seraient dans l’agenda du Premier ministre, M. Ismail Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya en prélude aux festivités de l’indépendance nationale que la capitale de l’Inchiri compte abriter .

Catégories
Mauritanie

Moutha Mint El Hadj, présidente de la Commission Nationale des Femmes UPR

Moutha Mint El Hadj, présidente de la Commission Nationale des Femmes UPR : « Il n’y a et ne saurait y avoir de tension entre le président Ghazouani et l’UPR »

Le Calame : Voilà trois mois que le président Ghazouani est au pouvoir. Quelle évaluation vous en faites?

Moutha Mint ElHadj : Il m’est agréable tout d’abord de présenter mes chaleureuses félicitations à Son Excellence le président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani en lui souhaitant plein succès dans sa nouvelle mission.

Je ne peux que saluer les grands efforts et les actions soutenues déployés par son excellence le président de la République durant ces 3 premiers mois en vue d’élaborer des directives, d’adopter des programmes, de mettre en place des plans d’action et des stratégies efficaces et efficientes pour assurer un avenir prospère et durable à nos citoyens et leur permettre tous d’accéder largement aux services de base : eau, électricité, santé et éducation.

Je voudrais également saisir cette occasion présenter mes vifs remerciements et l’expression de ma grande reconnaissance à son excellence Monsieur le premier ministre Ismail ould Bedde ould Cheikh Sidiya pour la haute compétence et le professionnalisme avec lesquels il a dirigé le gouvernement au service de la paix, de la sécurité et du développement et d’avoir œuvré durant cette période à l’ancrage de la bonne gouvernance, à la préservation des droits de l’Homme, à la promotion de la démocratie et des libertés individuelles et collectives.

Le président Ghazouani a mis en place un gouvernement dit de « technocrates ». Êtes-vous satisfaite ou non de la place des femmes dans cet attelage?

L’avenir de notre pays doit se construire d’une part à partir des résultats positifs de son passé et d’autre part par l’ambitieux programme du président de la république son Excellence Mohamed ould Cheikh El Ghazouani, pour lequel il a été élu, tel est le défi majeur que nous devons aujourd’hui relever en Mauritanie dans le cadre du changement dans la continuité d’un même système politique où les acquis incommensurables doivent être consolidés et raffermis.

C’est dans ce cadre, que le gouvernement de technocrates du premier ministre Ismail Ould Bodda ould Cheikh Sidiya a été choisi dont certains ministres ont été puisés dans l’ancienne équipe gouvernementale pour imprimer l’expérience et continuer les politiques sectorielles engagées, et d’autres en majorité issus de grandes institutions de développement pour garantir l’efficacité et promouvoir le développement et être à la hauteur des enjeux et défis auxquels notre pays est confronté.

Les femmes dans ce premier gouvernement de son excellence le président de la République Mohamed ould Cheikh El Ghazouani occupent une place prépondérante aussi bien en quantité qu’en qualité.

Ce gouvernement doit bénéficier d’un soutien indéfectible de la part de tous les Mauritaniens qui aspirent à un avenir meilleur.

Que répondez vous à ceux qui disent que l’UPR n’est pas contente de la place que le nouveau président lui a réservée dans son premier gouvernement, plus grave, une tension subsisterait entre le principal parti de la majorité et le nouveau président ?

Il s’agit d’informations dénuées de tout fondement. Le gouvernement du premier ministre Ismael Ould Bodda est le nôtre. Il est composé de technocrates dont deux sont membres de la commission provisoire chargée de gérer l’UPR.

Enfin, il n’y a, et ne saurait y avoir, de tension entre le président Ghazouani et l’UPR.

L’UPR donne l’impression d’être écartelée entre ceux qui veulent en finir avec ce parti et donc son fondateur Ould Abdel Aziz, ceux qui estiment que l’actuel régime n’est qu’une continuité du précédent pour ne pas dire sa copie, et enfin ceux qui réclament la création d’un nouveau parti rassemblant les anciens de l’UPR et tous les soutiens du président Ghazwani. Que vous inspire cette situation ? Ne handicape-t-elle pas l’action du nouveau président?

La culture politique ambiante n’a pas bien assimilé au début la transition historique que le pays vient de vivre. Cela a eu pour corollaire des réactions parfois contradictoires. Mais aujourd’hui, tout s’est dissipé: l’UPR est le parti et le bras séculier du président Mohamed Ould Cheikh Ghazouani. La cérémonie organisée à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de l’UPR en est la manifestation la plus éloquente.

Après son entrée en fonction, le président Ghazouani à entrepris de larges concertations avec les acteurs politiques aussi bien de la majorité que de l’opposition. Que vous inspire cette initiative? Que peut-on en attendre ? L’UPR serait-elle favorable à la tenue d’un dialogue inclusif, crédible? Si oui, pour quel objectif?

Les larges concertations engagées par le président Ghazouani avec un large éventail de l’opposition radicale participent d’une volonté politique du président de la République de décrisper le climat politique national et de permettre au pouvoir et l’opposition de se parler et de s’écouter dans l’intérêt bien compris de notre bien commun, la Mauritanie.

Le renouvellement des instances de l’assemblée nationale révèle comme une espèce de tension entre le gouvernement et l’UPR. L’un des députés éjecté n’a pas hésité à parler de risque de dissolution du parlement si cette tension persistait.

Le renouvellement des instances de l’assemblée générale survient, conformément au règlement intérieur du parti, chaque année. Par souci démocratique, le parti procède au changement de tous les membres en fonction pour permettre une rotation entre tous nos députés. C’est un gage d’équité qui ne saurait être contesté.

S’agissant des propos attribués à un certain député, l’intéressé a apporté tous les éclaircissements qui mettent à nu la campagne mensongère organisée personnellement contre lui.

Vous présidez depuis quelques mois la commission nationale des femmes de l’UPR. Quel est son rôle au sein du parti et quelle place elle a occupé dans le directoire de campagne de Ghazouani?

La Commission nationale des femmes est la structure la plus grande et la plus importante du Parti UPR qui constitue le parti politique le plus important dans la scène politique nationale et qui a été le plus grand parti soutenant le président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani lors des dernières élections présidentielles.

La commission nationale des femmes a été élue au terme d’un long processus d’adhésion pour un mandat de 5 ans.

Elle est composée de 20 membres toutes élues en plus de la présidente.

Chaque femme préside une sous-commission composée d’un bureau et de membres, pouvant aller jusqu’à 100 femmes.

Elle a également des antennes dans chaque région, dans chaque moughataa, et dans chaque commune, ainsi elle dispose d’un mécanisme assez réparti très efficace et très rapide pour atteindre toutes les femmes.

La commission nationale des femmes est chargée d’intégrer les femmes dans toutes les activités du parti, à les mobiliser sur les questions d’éducation, de santé de sécurité d’unité nationale et de développement et a créer une large classe de femmes dotées d’une culture politique, sociale, citoyenne, économique …
La commission nationale des femmes a accompagné les élections présidentielles tout au début du processus en commençant par une vaste campagne de mobilisation pour le candidat Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani dans les 9 moughataas de Nouakchott et à l’intérieur du pays à travers les différentes missions organisées par l’UPR pour préparer les visites effectuées par le candidat avant la campagne sur l’ensemble du territoire national.

Pendant la campagne électorale, la commission nationale des femmes avait une très forte présence comme d’ailleurs toutes les structures du parti. Elle était très bien représentée dans le Bureau de la campagne des femmes par sa présidente en tant qu’adjointe de la coordinatrice nationale et dans tout le mécanisme de la campagne nationale des femmes du candidat Mohamed ould Cheikh El Ghaouani et avait un double rôle de coordination et de travail de la base.

La commission des femmes a rendu un vibrant hommage à feue madame Aissata Kane, première ministre des affaires sociales sous feu Moctar Ould Daddah, rappelée à Dieu, il y a quelques mois. Certains ont salué le geste et y ont vu une contribution au renforcement de l’unité nationale. Une réaction ?

Le Jeudi 22 août, la commission nationale des femmes de l’UPR a organisé une grande soirée commémorative en l’honneur de la défunte la ministre Aissata Kane « rahmetou lahi aleyha » à laquelle ont assisté l’actuelle ministre des affaires sociales, des membres de la commission de gestion de l’UPR, des hauts fonctionnaires et des intellectuels de tous horizons politiques et des cadres du parti ainsi que des membres de la famille de la défunte.

Cet hommage vient valoriser le combat national et international de feue Aissata Kane pour les droits de la femme, sans violence et sans excès.

Étant la première femme ministre de l’histoire de la Mauritanie, elle a joué un grand rôle dans la scolarisation des filles et elle a incarné également, à travers son combat constructif pour les droits de la femme, l’émancipation de la femme mauritanienne, avec un féminisme islamique moderne.

On ne peut que saluer ici la participation aux funérailles de la défunte du Premier Ministre son Excellence Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya et de plusieurs ministres de son gouvernement ainsi que des chefs religieux.

Propos recueillis par Dalay Lam

Le Calame

Catégories
International

Liban: 3e semaine de contestation et impasse politique

Des barrages routiers ont perturbé à nouveau le Liban jeudi, les manifestants voulant afficher une détermination qui n’a pas été entamée par la démission du gouvernement au début d’une 3e semaine de contestation sans précédent.

Deux jours après la capitulation du Premier ministre Saad Hariri face à la colère de la rue, les tractations pour la formation d’un nouveau gouvernement semblent au point mort.

Certaines écoles et universités ont recommencé leurs cours avant la réouverture prévue vendredi des banques, mais quelques centaines de contestataires ont repris leurs sit-in sur certaines grandes artères du pays.

Des blocages ont été levés tôt le matin à l’entrée de Beyrouth par les forces anti-émeutes, qui faisaient face aux manifestants dans une ambiance tendue.

– « Pas question de baisser les bras » –

« Vos frères sont parmi nous, vous ne pouvez pas vous en prendre à nous! », a crié aux soldats un jeune en colère.

« Il n’est pas question de baisser les bras », a lancé Tarek Badoun, 38 ans, posté sur la voie express qui traverse Beyrouth.

Comme tous ceux autour de lui, il réclame un renouvellement complet de la classe politique pour faire repartir sur de nouvelles bases un pays unanimement jugé corrompu, au bord de la faillite économique et toujours en proie à des pénuries chroniques d’eau et d’électricité 30 ans après la fin de la guerre civile (1975-1990).

Accueillie comme une première victoire par les manifestants, la démission mardi de M. Hariri s’était accompagnée de scènes de liesse populaire à travers le pays.

La quasi totalité des barrages avait été levée dans la foulée, laissant penser à une baisse de la mobilisation. Mais blocages et rassemblements ont repris dès mercredi soir, en particulier à Tripoli, la grande ville du nord devenue un des fers de lance de la contestation.

La révolte a été déclenchée le 17 octobre par l’annonce d’une taxe -vite annulée- sur les appels via la messagerie WhatsApp qui a suscité un ras-le-bol populaire ayant pris le pouvoir totalement de court.

Pour l’analyste Karim Bitar, « la classe politique mise sur un essoufflement ». « Elle espère que les Libanais, pris à la gorge par la crise économique, vont reprendre leur vie ordinaire, contraints de gérer leurs urgences quotidiennes ».

– Discours du président –

La presse libanaise spécule sur les scénarios possibles d’une sortie de crise: M. Hariri serait prêt à reprendre la tête d’un gouvernement à condition qu’il soit composé de technocrates ou de personnalités incontestables.

Mais sa tâche est compliquée par le fait qu’il a « infligé un camouflet à ses partenaires », selon les termes du journal L’Orient-Le Jour, en démissionnant contre leur avis.

Le puissant Hezbollah pro-iranien, allié du président Michel Aoun, s’était clairement prononcé contre une chute du gouvernement dans lequel son influence était prépondérante.

En outre, M. Aoun -qui a publiquement souligné la semaine dernière la nécessité de « moderniser » le régime- refuserait de sacrifier son gendre Gebran Bassil. Ministre des Affaires étrangères du gouvernement démissionnaire, M. Bassil est la cible favorite des manifestants qui voit précisément en lui l’un des symboles d’une classe politique incompétente et corrompue.

Conspué au même titre que les autres dirigeants, M. Aoun devait s’adresser au pays jeudi soir à l’occasion du 3e anniversaire de son accession à la présidence.

Il avait fallu plus de huit mois de tractations entre les innombrables composantes de la vie politique libanaise pour mettre sur pied le précédent gouvernement.

Or, souligne la politologue Amal Saad-Ghorayeb, le Liban ne peut plus s’offrir un tel luxe. Il faut, dit-elle, « un gouvernement capable de stabiliser rapidement une situation économique devenue hors de contrôle et qui puisse faire passer des réformes urgentes » pour tenter de calmer la rue.

La France, puissance encore influente au Liban, s’est à nouveau inquiétée de la situation, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian jugeant « essentiel (…) que soit rapidement formé un gouvernement qui soit en mesure de conduire les réformes dont le pays a besoin ».

AFP

Catégories
International

Destitution: le Congrès vote pour intensifier l’enquête contre Trump

La procédure de destitution qui menace Donald Trump monte en puissance jeudi avec un premier vote au Congrès pour permettre aux élus d’interroger publiquement les témoins de l’affaire ukrainienne.

La Chambre des représentants, aux mains des démocrates, doit se prononcer à partir de 10H15 (14H15 GMT) sur une résolution donnant un cadre formel aux investigations et autorisant l’organisation d’auditions publiques, après cinq semaines d’interrogatoires à huis clos.

Grâce à ce texte, « les Américains vont pouvoir entendre en direct comment le président a abusé de ses pouvoirs », a tweeté la chef des démocrates au Congrès Nancy Pelosi.

Le 24 septembre, elle avait décidé d’engager son parti sur la voie périlleuse de l' »impeachment » –mise en accusation du président– après des révélations sur un appel téléphonique entre Donald Trump et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky au coeur de l’été.

Lors de cet échange, le président républicain avait demandé à son interlocuteur de « se pencher » sur son rival démocrate Joe Biden et les affaires de son fils Hunter en Ukraine.

Les démocrates l’accusent d’avoir abusé de son pouvoir à des fins personnelles, Joe Biden étant bien placé pour l’affronter lors de la présidentielle de 2020.

Lui martèle que sa conversation était « irréprochable » et se dit visé par un « coup d’Etat ».

L’homme d’affaires a retweeté des messages de soutien, jeudi matin, de conservateurs appelant au rassemblement autour de M. Trump contre la « mascarade » des démocrates, qui « ne font que tenter d’annuler l’élection de 2016 ».

– Diplomatie parallèle –

Les démocrates ont déjà entendu une douzaine de diplomates et conseillers de la Maison Blanche.

Selon les éléments qui ont fuité, des ambassadeurs et des hauts responsables ont livré des témoignages parfois accablants pour la Maison Blanche lors de ces auditions-fleuves.

Ils ont notamment révélé les efforts déployés pendant des mois par des proches du président, dont son avocat personnel Rudy Giuliani, en marge des canaux de la diplomatie officielle, pour convaincre Kiev de fournir des informations embarrassantes sur Joe Biden.

Un conseiller à la Maison Blanche spécialiste de la Russie, Tim Morrison, est arrivé jeudi matin pour être entendu à son tour. Il aurait été témoin des pressions exercées par Donald Trump sur Kiev, en mettant une importante aide militaire américaine dans la balance, selon d’autres personnes auditionnées.

M. Morrison a démissionné à la veille de cette audition, a indiqué un haut responsable de la Maison Blanche. Il travaillait avec l’ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton, qui a été appelé à témoigner à son tour le 7 novembre, mais pourrait refuser de le faire.

Le président et son entourage ont vivement critiqué le secret de ces auditions, accusant les démocrates de distiller des éléments choisis. Ils leur ont aussi reproché de violer les droits de Donald Trump à se défendre et d’avancer sans avoir jamais procédé à un vote.

La résolution qui sera soumise à approbation jeudi vise à les priver de cette ligne de défense.

Outre l’organisation d’auditions publiques, elle prévoit d’autoriser les républicains à convoquer leurs propres témoins lors de la phase d’enquête supervisée par la commission du Renseignement.

Le texte prévoit ensuite le transfert des preuves à la commission judiciaire qui sera chargé de rédiger les articles de mise en accusation du président. A ce stade, « la participation du président et de ses avocats sera autorisée », selon une copie du texte.

– « Parler du fond » –

La défense de Donald Trump pourra ainsi demander de nouveaux témoignages ou des documents, procéder à des contre-interrogatoires et soumettre des objections. Mais, si le président refuse de coopérer aux requêtes du Congrès, ses demandes pourront être refusées.

Pour cette raison, la Maison Blanche crie à « l’arnaque ».

La Constitution américaine ne donne que les grandes lignes pour destituer un président: à la Chambre des représentants revient le soin de le mettre en accusation, au Sénat de le juger. Compte-tenu de la majorité républicaine à cette chambre haute qui aura le mot final, une destitution paraît peu probable.

Sur un autre front, un juge fédéral de Washington examinera jeudi après-midi la requête d’un témoin convoqué à la Chambre, qui se dit tiraillé entre le Congrès et la Maison Blanche.

Celle-ci a en effet ordonné aux membres de l’administration de ne pas coopérer à l’enquête. La décision de la justice sera lourde de conséquences pour la suite de l’enquête.

lnc.nc

Catégories
A la une

Victoire tonitruante du Maroc au Conseil de Sécurité de l’ONU

Le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a décidé, le 30 octobre 2019, à une écrasante majorité, 13 voix pour et 02 abstentions (Russie et Afrique du Sud), de proroger pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain tout en se félicitant des efforts sérieux et crédibles du Maroc, incarnés par l’initiative d’autonomie, tout en sommant les terro-polisariens à respecter scrupuleusement leurs engagements.

La Résolution 2494 consacre, à nouveau, l’Algérie en tant que partie principale au processus politique sur le Sahara marocain, tout en soulignant la nécessité de parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable à ce dossier qui repose sur le compromis.

Il ressort donc que le limogeage, en septembre 2019, de John Bolton, ex-Conseiller à la Sécurité Nationale américaine aurait pesé lourd dans la paire de claques infligée par le Maroc à ses quelques ennemis, Algérie en tête car ladite Résolution ne prévoit aucunement son élargissement à la surveillance des Droits de l’Homme dans le Sahara marocain comme le souhaitaient les ennemis du Maroc que sont l’Algérie, l’Afrique du Sud et l’Ethiopie. Globalement, les éléments de cette Résolution marquent une totale rupture avec la ligne politique suivie par John Bolton et son mentor James Baker.

Cette nouvelle Résolution 2494 accorde également du temps au Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, pour trouver, en concertation avec les principaux acteurs régionaux et internationaux sur ce dossier, un successeur au démissionnaire Horst Köhler.

Par ailleurs, le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a réitéré sa préoccupation des violations incessantes par les terro-polisariens des accords militaires au Sahara marocains, tout en sommant cette fantomatique organisation de respecter ses engagements pris à cet égard auprès de l’ancien Envoyé Personnel du Secrétaire Général de l’ONU, Horst Köhler.

L’impact positif du limogeage de John Bolton sur la résolution a démontré aux yeux du monde entier la hargne maléfique de l’Afrique du Sud et de l’Ethiopie, tous deux membres du Conseil de Sécurité, à vouloir faire pression pour que la Résolution 2494 intègre des éléments en faveur des terro-polisariens. Peine perdue, il n’en fut rien !

Quant à la Russie, autre acteur habitué depuis au moins deux années à l’abstention sur ce dossier, elle a adopté une nouvelle fois une position diplomatiquement favorable au Maroc en votant blanc. Une position russe des plus sage en relations internationales et diplomatiques !

Quant à l’ex-Envoyé Personnel du Secrétaire Général de l’ONU pour le Sahara, le très partial diplomate américain Christopher Ross, il vient d’entamer, du 29 octobre au 1er novembre 2019, une visite dans les camps des séquestrés sahraouis marocains de Tindouf à la tête d’une délégation américaine, constituée notamment de membres de l’Université de Princeton. Université chère, comme par un pur hasard, à un certain Prince marocain !

Cette visite de l’ex-diplomate américain auprès des terro-polisariens peut se résumer comme suit : je viens chercher mes rémunérations en personne que vous me devez à moi et aux membres de la délégation m’accompagnant pour poursuivre à vous accorder tout mon soutien. C’est clair et net !

Quant à ceux à qui doutent encore, l’affection mortifère que les polisariens n’ont eu de cesse de témoigner envers le terrorisme international, qu’ils se le mette bien dans la tête que celle-ci est bien réelle avec, bien entendu, tout l’appui des responsables algériens qui ne sont que des baltadjias (voyous).

Pour ce qui est des responsables algériens, principaux soutiens aux terro-polisariens, elle ne peut que constater, sur fond de frustration, la forte détermination des Nations-Unies à pousser vers une solution politique au conflit qui l’oppose au Maroc.

Farid Mnebhi.

Catégories
International

Royaume-Uni : Boris Johnson peut se réjouir, des élections anticipées auront bien lieu dans un mois

Les députés britanniques ont plébiscité mardi le projet du Premier ministre Boris Johnson de tenir des élections législatives anticipées le 12 décembre, afin de sortir de l’impasse du Brexit qui paralyse le Royaume-Uni depuis plus de trois ans. Après plusieurs heures de débats mouvementés, les députés se sont prononcés par une majorité écrasante de 438 voix contre 20 pour l’organisation du scrutin voulu par Boris Johnson. Le texte doit encore recevoir mercredi l’aval des Lords, où le passage du texte pourrait n’être qu’une formalité.

Le Parlement serait ensuite dissous mercredi prochain à 0h01 (1h01, heure française), a indiqué le ministre chargé des relations avec cette institution, Jacob Rees-Mogg. C’était la quatrième tentative du dirigeant pour convoquer les Britanniques aux urnes, cette fois-ci avec succès grâce au soutien déterminant d’élus travaillistes, principale formation d’opposition.

Boris Johnson est en position de force dans les sondages

En position de force dans les sondages, avec une dizaine de points d’avance en moyenne, il espère ainsi conquérir une majorité absolue, dont son gouvernement est actuellement dépourvu. Cela lui permettrait d’enfin honorer sa promesse de mettre en oeuvre le Brexit, déjà repoussé trois fois depuis son vote par 52% des Britanniques en juin 2016.

Plus de trois ans après ce référendum, le Parlement reste profondément divisé sur la manière de le mettre en oeuvre.

Ces élections générales, initialement prévues en 2022, seront les troisièmes en quatre ans, après un scrutin anticipé en 2017, déjà avec le Brexit en toile de fond, deux ans après celui de 2015. Habituellement organisées au printemps, ce sont aussi les premières à se tenir en décembre depuis 1923.

Jeremy Corbyn a fini par se résoudre à soutenir le scrutin

Longtemps réticent, le chef du Labour, Jeremy Corbyn, a fini par se résoudre à soutenir un scrutin en décembre, son prérequis ayant été rempli: la menace d’une sortie sans accord de l’UE le 31 octobre, cauchemar des milieux économiques pour les perturbations qu’elle engendrerait, a été écartée par le nouveau report du Brexit accordé par Bruxelles jusqu’au 31 janvier.

Le leader travailliste, qui avait en vain plaidé pour un scrutin le 9 décembre, a réagi après le vote en promettant « la campagne la plus ambitieuse et la plus radicale, pour un vrai changement, que notre pays ait jamais vue ».

Dans les rangs de l’opposition, qui a mis en échec une ratification de l’accord de divorce arraché par Boris Johnson à Bruxelles mi-octobre, les travaillistes espèrent pouvoir négocier leur propre accord avant de le soumettre à référendum, tandis que les europhiles libéraux-démocrates, qui ont le vent en poupe, veulent carrément annuler le Brexit.

Des élections sont « la seule façon maintenant de faire avancer ce pays », avait plaidé le Premier ministre Boris Johnson devant les députés. Mais même s’il mène dans les sondages, Boris Johnson risque gros, estime John Curtice, de l’université écossaise de Strathclyde. « Boris doit gagner. Un Parlement sans majorité, et Boris est dehors », a-t-il dit à l’AFP.

Le dirigeant a préparé le terrain mardi en décidant de réintégrer 10 des 21 députés rebelles qu’il avait exclus du parti pour avoir voté contre la stratégie de l’exécutif sur le Brexit.

leJDD

Catégories
A la une

Saad Hariri, le premier ministre du Liban, annonce sa démission au treizième jour de manifestations

Saad Hariri, le premier ministre libanais a annoncé mardi 29 octobre qu’il allait présenter la démission de son gouvernement, au 13e jour d’un soulèvement populaire marqué par de nouveaux heurts dans les rues de Beyrouth.

Cette décision n’implique pas des élections anticipées. Le président de la République peut désigner une autre personnalité sunnite pour constituer un nouveau gouvernement.

Son intervention a été accueillie par les vivats de la foule qui l’écoutait en direct dans plusieurs lieux de rassemblement, avant que ne retentisse l’hymne national – An-nasid al-wataniyy al-lubnani – repris à pleins poumons par les manifestants. Des feux d’artifice ont été aussitôt tirés dans Beyrouth tandis que des voitures sillonnaient la ville klaxons hurlants en signe de victoire.

M. Hariri, 49 ans, a fait savoir qu’il allait se rendre au palais présidentiel de Baabda pour présenter cette démission décidée « face à la volonté de nombreux Libanais qui sont descendus dans la rue pour réclamer le changement ». Lors de sa très brève allocution télévisée, il a appelé « tous les Libanais à privilégier l’intérêt du Liban (…) à protéger la paix civile et à prévenir toute détérioration de la situation économique ».

avec Le Monde et AFP

Catégories
Economie

Mauritanie : BP fait la plus grande découverte de Gisement de gaz

Mauritanie- Le puits d’exploration Orca-1 a mis au jour d’importantes quantités de gaz dans la zone BirAllah du bloc offshore mauritanien C8, a annoncé Kosmos Energy.

La découverte d’importants gisements de gaz au large du Sénégal et de la Mauritanie a déchaîné les passions, et même les accusations de corruption, sur fond de craintes de voir surgir la « malédiction des matières premières ». Jonathan Evas, vice-président de BP Exploration, qui a notamment participé aux discussions avec Kosmos Energy, expose les enjeux de ce projet pour son groupe et les deux pays.

Le mégaprojet de Grand-Tortue, qui doit faire du Sénégal et de la Mauritanie des producteurs de gaz dans trois ans, est actuellement en plein développement. Le géant BP, qui le pilote, entend s’appuyer sur cette nouvelle base africaine pour rattraper ses grands concurrents Shell et Total, qui parient comme lui sur une explosion du marché du gaz naturel liquéfié (GNL).

Après avoir racheté la majorité des parts du projet à l’américain Kosmos Energy en décembre 2016, le découvreur du gisement, la major britannique prévoit d’investir plus de 1 milliard de dollars pour la première phase du projet et « plusieurs autres milliards de dollars » pour les suivantes, sur une durée d’exploitation de trente ans.

Des sommes énormes en jeu qui alimentent espoirs – et fantasmes – à Dakar et à Nouakchott, où les gouvernements entendent profiter du boom gazier, mais aussi éviter la « malédiction des matières premières » qui affecte souvent les nouveaux pays producteurs et dont les symptômes sont la dépendance au secteur extractif et la mauvaise gouvernance.

Le Britannique Jonathan Evans, ingénieur géologue formé à Cambridge et vice-président pour l’Afrique de la branche exploration de BP, est impliqué dans ce projet depuis les origines car il a participé aux premières discussions avec Kosmos Energy, au début de la décennie 2010.

Il revient pour JA sur les enjeux de ce projet pour les deux pays ouest-africains francophones et pour son groupe, actuellement le quatrième producteur d’hydrocarbures au monde – 3,7 millions de barils par jour en 2018 –, qui a réalisé l’an passé 9, 4 milliards de dollars de bénéfices, soit 2,8 fois plus qu’en 2017.

Jeune Afrique : Que représentent pour BP les projets gaziers menés au Sénégal et en Mauritanie ?

Jonathan Evans : Cette région est amenée à devenir une nouvelle base pour BP. D’ici à une dizaine d’années, sa production dépassera celles de nos deux bases africaines historiques : l’Égypte, où nous avons une production importante depuis cinquante-cinq ans, essentiellement gazière aujourd’hui ; et l’Angola, où nous nous sommes installés voici trente ans, mais dont la production d’huiles décline, car issue de champs vieillissants.

Jeune Afrique

Catégories
A la une

Insécurité au sahel: Les attaques terroristes font 500 morts en 4 mois

Insécurité au sahel: Les Chefs d’État-major des armées du G5 Sahel se sont réuni mercredi dernier à Nouakchott la capitale mauritanienne.

Au cours de cette 9e réunion, les responsables des armées des pays membres du G5 Sahel n’ont pas caché leur inquiétude face aux modes opératoires des groupes armés. Des modes qui ont fait des centaines de morts en quatre mois selon le président du Comité de défense et de sécurité du G5 Sahel.

Le Chef d’État-major Général des Armées du Burkina Faso, le général Moise Minoungou, président en exercice du comité de défense et de sécurité du G5 Sahel, a indiqué au cours de cette rencontre que la situation sécuritaire dans la zone est inquiétante à cause des actes de violence perpétués par des groupes de terroristes, ce qui constitue une menace pour la sécurité et la paix et un handicap pour les efforts de développement et du progrès des pays du G5 Sahel.

Il précise que la situation sécuritaire dans l’espace du G5 Sahel a connu une dégradation inquiétante particulièrement dans le fuseau centre, caractérisée par de nombreux cas d’attaques terroristes ces derniers temps. Selon le général Moise Minoungou, ces attaques de juin à septembre 2019 dans les pays membres du G5 Sahel ont fait 500 victimes.

L’objectif de cette rencontre à Nouakchott était d’échanger sur les voies et moyens des connaissances sécuritaires, la coordination conjointe et la gestion des structures de formation en lien avec l’action sécuritaire dans les pays du groupe. Une rencontre qui devra permettre de donner un coup d’accélérateur à la lutte contre les forces du mal et singulièrement contre le terrorisme a signalé les chefs d’état-major.

Cette rencontre de trois jours des chefs d’état-major des armées du G5 Sahel intervient après le sommet Afrique Russie où les présidents du Burkina Faso du Tchad et du Mali étaient présents. Ils ont sollicité l’appui de la Russie sur le plan sécuritaire.

A. Haidara Copyright Malijet © 2008 – 2019. Tous droits réservés

Source: Le Combat

malijet