Catégories
A la une

Atelier de sensibilisation sur les changements climatiques

Les travaux d’un atelier de sensibilisation des acteurs et décideurs sur l’adaptation aux changements climatiques ont démarré, mercredi matin à Nouakchott, sur la base des écosystèmes appropriés. Et ce, dans le cadre du projet d’amélioration de la gestion rénovée des moyens de subsistance adaptés aux fluctuations climatiques en Mauritanie.

Fruit de la collaboration entre le ministère de l’Environnement et du Développement durable, le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE) et le Fond Mondial de l’Environnement, cet atelier a rassemblé un grand nombre de responsables du secteur de l’environnement, des parlementaires et des gens intéressés par les problématiques environnementales dans notre pays.

Cet atelier de deux jours, vise à sensibiliser les participants sur la problématique du changement climatique en se focalisant sur l’approche de l’adaptation aux moyens des écosystèmes.

Le secrétaire général du ministère de l’Environnement et du Développement durable, M. Mady Ould Taleb, a affirmé que le changement climatique est devenu une réalité vécue et un défi mondial à l’équilibre de nos écosystèmes qui menace la quiétude de leur biodiversité animale et végétale. Il en résulte des dégâts, en termes de vies et de biens.

Il a ajouté que la Mauritanie compte au nombre des pays les plus exposés aux impacts du changement climatique, surtout au niveau du littoral. Il en veut pour preuve les conséquences de ces fluctuations qui apparaissent d’année en année et leurs effets néfastes sur les écosystèmes naturels, la rentabilité agricole, l’abondance des pâturages et les réserves hydriques dans le pays.

Le coordonnateur national du Programme de Changement Climatique, M. Sidi Mohamed Oul El Wavi, avait auparavant présenté le contexte général dans lequel s’inscrit l’organisation de cet atelier qui vise à imprégner les participants de notions sur l’adaptation, qui constitue l’une des priorités des autorités suprêmes du pays, car une large frange de la population se base sur les ressources naturelles, d’où la nécessité de les préserver et de veiller à leur conservation.

Il a souligné que le projet d’amélioration de la gestion rénovée des moyens de subsistance adaptés aux changements climatiques intervient dans les Wilayas des deux Hodh, de l’Assaba et du Guidimagha.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du Secrétaire général du ministère de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire et celui du pétrole, de l’énergie et des mines.

Share this