Moi compatriote ! Un message de confiance à tous mes compatriotes

Mauritanie : « Le président Ghazouani veut montrer qu’il n’est pas prisonnier des réseaux de son prédécesseur »
Mauritanie : « Le président Ghazouani veut montrer qu’il n’est pas prisonnier des réseaux de son prédécesseur »

j’adresse en tant que compatriote un message de confiance à tous mes compatriotes de la diaspora et en Mauritanie.
Nous sommes un grand pays qui, dans son histoire, a toujours su affronter les épreuves et relever les défis qui se présentaient à lui.
A chaque fois, il y est parvenu en restant lui-même ; toujours dans l’élévation et l’ouverture, jamais dans l’abaissement et le repli.
Tel est le mandat que Mohamed ould Ghazouani à eu à depuis le mois d’août 2019, du peuple Mauritanien pour redresser la Mauritanie dans la justice, et l’égalité et faire en sortes de réconcilier tous notre peuple pour ouvrir une voie nouvelle en Mauritanie et dans la sous région pour contribuer à la paix de bons voisinages à les pays limitrophes.
Je mesure avec vous aujourd’hui même le poids des contraintes énormes auxquelles notre pays fait face :
Une dette maîtrisée mais , une croissance faible, un chômage élevé, une compétitivité légèrement dégradée .
Mais je l’affirme ici : il n’y a pas de fatalité, dès lors qu’une volonté commune nous anime, qu’une direction claire est fixée, et que nous nous mobilisons pleinement les forces et les atouts de la Mauritanie ,Ils sont considérables :
La productivité de nos ressources halieutiques le gaz bientôt et tous le reste , l’excellence le dynamisme de nos entrepreneurs s’il si mettent au travail , le travail de l’ administration la qualité de nos services publics, le rayonnement de notre culture nos langues et surtout notre diversité , Sans oublier la vitalité de notre démographie et l’impatience aujourd’hui de notre jeunesse qui attends un réel changement et j’espère que le président et son gouvernement n’ont pas le droit de l’ignorer c’est une priorité siné-qua none de réconcilier toutes cette force vive puisque chacun des grands problèmes de la communauté nationale atteint la jeunesse.
La première condition de la confiance retrouvée, c’est l’unité de la Nation de tous les Mauritaniens sans distinction . Nos différences ne doivent pas devenir des divisions, nos diversités des discordes. Le pays a besoin d’apaisement, de réconciliation, de rassemblement. C’est le rôle également de tous les partis politiques et du président d’y contribuer : faire vivre ensemble tous les Mauritaniens sans distinction d’origine, de parcours, de lieu , autour des mêmes valeurs, celles de la République islamique de Mauritanie tel est son impérieux devoir. Quel que soit notre composante, quel que soit nos convictions, où que nous vivions dans nos villes, dans les villages , dans nos territoires ruraux, nous sommes la Mauritanie une Mauritanie non pas dressée contre une autre, mais une Mauritanie réunie dans une même communauté de destin à vivre ensemble.
Et nous réaffirmons avec force en toute circonstance nos principes intangibles de notre civilisation islamique , comme la lutte contre le racisme, et contre toutes les discriminations.
La confiance, c’est l’exemplarité.
Le président dans ces discours disais qu’il assumerait pleinement les responsabilités exceptionnelles de cette haute mission que les mauritaniens lui ont confier pour redresser le pays . Nous souhaitons avec lui de fixer les priorités mais ne pas décider de tous, pour tout et partout , Mohamed ould Ghazouani déterminera et conduira la politique de la Nation. Le futur parlement doit être respecté dans ses droits. La justice doit disposer de toutes les garanties de son indépendance. Le pouvoir, au sommet de l’État, doit être aussi exercé avec dignité mais simplicité, avec une grande ambition pour notre pays et une scrupuleuse sobriété dans les comportements. Nous souhaitons que L’État sera impartial, parce qu’il est la propriété de tous les Mauritaniens et qu’il n’appartient donc pas à ceux qui en ont reçu, pour un temps limité, la charge. Les règles de nominations des responsables publics devront être encadrées. Et la loyauté, la compétence surtout doit être mise en avant et le service de l’intérêt général seront à mon avis les seuls critères pour déterminer ces choix pour les grands serviteurs de l’État. La Mauritanie a la chance d’avoir un grand homme Mohamed ould Ghazouani comme président et de disposer d’une fonction publique de grande qualité. Je veux lui dire ma reconnaissance et l’attente que nous Mauritaniens plaçons en elle et en chacun de ses agents. La confiance, elle est dans la démocratie elle-même. Je crois à la démocratie locale, et j’entends qu’on la revivifie par un nouvel acte, de donner des libertés nouvelles pour le développement de nos territoires également .
Je crois en la démocratie sociale et de nouveaux espaces de négociations devrons être ouvertes aux partenaires sociaux avec le respect : aussi bien les représentants des syndicats de salariés, que les organisations professionnelles la société civile et syndicats croyons à la démocratie citoyenne.
La confiance, elle repose sur la justice. Dans les choix. La justice, dans la conception même de la création de richesse. Il est temps d’engager la transition énergétiques et écologique soutenir les ONG dans leurs travaux environnementaux . Il est temps d’ouvrir une nouvelle frontière pour le développement technologique et pour l’innovation.
Mais la justice, elle est aussi dans la répartition de l’effort indispensable. Il ne peut pas y avoir des sacrifices pour les uns, toujours plus nombreux, et des privilèges pour les autres, sans cesse moins nombreux. Ce sera peut être le sens des réformes que doit conduire ce gouvernement avec le souci de récompenser le travail, le mérite, l’initiative, et de décourager les créations d’entreprises.
La justice, devrait être le seul critère sur lequel chaque décision publique prise, au nom de la République.
Enfin la confiance, c’est à la jeunesse et à l’éducation sois un système éducatif performant que la République doit l’accorder et lui rendre la place qui doit être la sienne : la première. C’est le fondement de son engagement pour l’école de la République, car sa mission est vitale pour la cohésion de notre pays, pour la réussite de notre économie et pour la promotion de chacun. C’est la volonté qui anime pour rénover la formation professionnelle, pour accompagner les jeunes vers l’emploi et lutter contre toutes les précarités. Ce sera aussi la belle idée de
Corriger les inégalités sociales à la racine.
L’école est le lieu où se prépare l’avenir de chaque élève. C’est notre meilleur rempart pour lutter contre les inégalités sociales à la racine et pour protéger les plus fragiles.
C’est pourquoi il faut bâtir une école de la confiance, ou chacun maîtrisera les savoirs fondamentaux à la sortie, ou chacun sera accompagné quand il fera face à des difficultés et pourra bénéficier de la liberté de cultiver ses talents afin de construire son projet académique et professionnel.
Au – delà de l’école, c’est l’environnement quotidien de chaque jeune mauritaniens qui doit être améliorer. Faisons en sorte que chacun puisse vivre, étudier et s’insérer dans la vie professionnelle dans les meilleures conditions.
La Mauritanie qui respectera tous les peuples, elle sera partout fidèle à la vocation qui est la sienne : défendre la liberté de chacun , l’honneur et la dignité des personnes.
En cet instant, le président doit mesurer la solennité, lui qui est chargé de présider la destinée de notre pays et de le représenter en Afrique et dans le monde, nous saluons cette vision et engagement pour la patrie.
Bonne chance a notre pays .

Deme Aziz

source : les Amis du président Mohamed ould Ghazouani ( facebook)