Edito : Honorable député !

Ahmed Ould Bettar
Ahmed Ould Bettar

 » La liberté, c’est le respect des droits de chacun ; l’ordre, c’est le respect des droits de tous. « 
Citation de Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)

La transition a été principalement ombrageuse pour Mohamed Ould Abdel Aziz lequel après plus  de deux décennies à diriger la Mauritanie certifie  le 2 août à « Thoueib el tel Walata »  avoir quitté le pouvoir en 2019 conformément aux dispositions de la Constitution qui l’empêche de briguer un troisième mandat.

Seulement, avec l’annonce du renouvellement des instances du parti dont il est le fondateur, c’est un peu comme s’il était dans le très vaste désert de Tiris ou s’il est en train de traverser, au cours d’une randonnée ; les dunes et oasis d’Amatlich ensevelies entre les montagnes noires de l’Adrar.

Son portable ne sonne plus, les gens ne l’abordent plus comme avant dans les coulisses du palais ocre.

Quand pendant deux décennies, il a eu une vie politique à cheval entre trois monde, c’est vraiment aller très loin au bout du monde, regrette l’un des meneurs du coup d’État d’août 2005 qui dépose le président Maaouiya, puis conduit le coup d’août 2008 qui renverse Sidi Ould Cheikh Abdellahi , à l’issue de votre crise politique et de celle de vos confrères.

Honorable député, Mohamed Ould Abdel Aziz se rend donc compte qu’il n’a pas encore fait une fête de transition similaire à _celle du Liban.

Et, avec la moitié de ce qui lui a été versé ces années, « le précédent dangereux » peut vivre la politique le reste de ses jours et il en restera encore pour ses enfants et petits-enfants.

Ahmed Ould Bettar