Monographie de la wilaya de l’Inchiri

Monographie de la wilaya de l’Inchiri
Monographie de la wilaya de l’Inchiri

Monographie: la wilaya de l’Inchiri qui couvre une superficie (47000 km²), abrite près de 24 000 habitants compte deux maoughataas(Akjoujt et Bénichab) et un arrondissement administratif (Mheijrat) qui sont également les trois communes de la wilaya.

Elle est situé par 19°45’ Nord et 14°35’Ouest, à quelques 200 km de l’Océan Atlantique, sensiblement à la même latitude que l’île d’Arguin, dans la pénéplaine de l’Inchiri où apparaît le socle granitique précambrien des Mauritanides.

Cette immensité caillouteuse, d’où émergent des reliefs comme l’Araguib et des pitons isolés comme Taagot, est bordée vers le nord-ouest et vers le Sud-Est par les ergs de l’Akchar et de l’Amatlich. On y remarque des alignements de dolérites récentes, matériau dont se sont servis les mineurs protohistoriques de la région.

Elle recèle d’importantes potentialités, son économie est essentiellement axée sur les mines d’or et de cuivre dont l’exploitation génère emplois et revenus. Dans une moindre mesure, le secteur agropastoral connait une croissance limitée en raison du caractère aride la région qui connait des précipitations annuelles moyennes de 60 mm.

L’approvisionnement en eau en quantité suffisante pour la population et le bétail a toujours été un défi malgré l’existence de l’aquifère frais de Bennichab et les différents puits d’eau de la région. Au cours des dernières années, les pouvoirs publics ont lancé un programme comprenant différentes initiatives visant à développer de nouvelles sources d’eau.

Ce programme a commencé par identifier les principaux puits d’eau située dans des zones éloignées où les populations dépensent beaucoup d’argent pour les pompes diesel et/ou utilisent les systèmes traditionnels basés sur la force humaine pour tirer l’eau des puits.

Dans la ville d’Akjoujt, il y a un besoin croissant d’eau en raison de l’extension des quartiers urbains et de l’augmentation significative de la population.

A la veille de la célébration cette année du 28 novembre, des travaux d’extension du réseau d’adduction d’eau et de construction d’un réservoir ont été entrepris et des solutions durables sont entrevues par des ouvrages de retenue d’eau, d’augmentation des forages et l’installation d’une unité de dessalement pour répondre au déficit en eau dont la pointe se situe pendant la saison estivale. De même, l’installation d’un château d’eau à côté du barrage administratif sur deux forages récemment forés a été achevée dernièrement permettra d’augmenter le volume d’eau disponible pour la ville d’Akjoujt.

On s’attend à ce que ce château d’eau puisse fournir environ 40m3 par heure, ce qui pourrait être utilisé au moins pour l’abreuvement du bétail.

D’importants travaux d’extension du réseau d’adduction d’eau, la construction d’un nouveau réservoir viennent d’être réalisés sur fonds propres de l’Etat
L’Inchiri est par excellence une wilaya minière.

Cette vocation a été affirmée depuis l’indépendance du pays avec une succession de sociétés nationales et internationales pour l’exploitation du gisement de cuivre.

L’exploitation de l’or dont les réserves prouvées dépassent les 230 tonnes d’or a, par la suite, a donné un nouvel essor au secteur minier.

Avec, la mine Kinross de Tasiast entre dans une nouvelle ère d’exploitation. Ayant prévu d’investir quelque 900 millions de dollars dans les installations, le groupe canadien peut entrevoir un quadruplement de la production d’ici 2020, sur la base d’une capacité de traitement de 30000 t/j.

A 25 km au sud-est de Tasiast, Algold, une autre société canadienne, a finalisé une étude de faisabilité sur la base du permis octroyé par les autorités.

Le forage a permis de mettre en évidence un dépôt d’or de haute qualité avec un potentiel de hausse significatif. Selon le calcul initial, la ressource aurifère serait de plus de 600 000 onces à une teneur moyenne de 2,29 g/t.
Les exportations de l’or se font majoritairement en direction de la Suisse.

L’exploitation de la mine de cuivre est assurée par MCM, filiale de First Quantum qui a acquis une participation de 80 % de la mine Guelb Moghrein en 2004 avant de la racheter entièrement en 2010. Elle produit environ 15 000 tonnes de concentré de cuivre par mois, emploie plus de 1400 personnes et contribue à l’ensemble de l’économie mauritanienne à raison de 5,6 % du revenu national brut. La Chine est le principal client du cuivre mauritanien.

Au niveau des infrastructures, un effort appréciable a été consenti ces derniers mois, en préparation de la célébration à Akjoujt de la fête nationale de l’indépendance. Ainsi les principales artères de la ville ont été bitumées, des trottoirs construits et un éclairage public mis en place, conférant à la cité un aspect moderne.