Catégories
Mauritanie

Images : Aziz s’effondre, Ghazouani s’impose…

Qui l’eût cru ? Coup de théâtre en une semaine. Avant le retour d’Aziz en Mauritanie, le mystère demeurait entier pour la majorité des observateurs de la scène politique : qui est le chef ? Aziz ou Ghazouani ? Qui tient qui ? Qui joue à quoi ? Telles étaient les seules questions face à un Ghazouani peu bavard, en retrait des médias, laissant les opposants et les ennemis proches d’Aziz laisser entendre qu’il n’est qu’une marionnette d’Aziz ; un Sidioca Bis.

Qui l’eût cru ? Coup de théâtre en une semaine. Avant le retour d’Aziz en Mauritanie, le mystère demeurait entier pour la majorité des observateurs de la scène politique : qui est le chef ? Aziz ou Ghazouani ? Qui tient qui ? Qui joue à quoi ? Telles étaient les seules questions face à un Ghazouani peu bavard, en retrait des médias, laissant les opposants et les ennemis proches d’Aziz laisser entendre qu’il n’est qu’une marionnette d’Aziz ; un Sidioca Bis.

Même les soutiens de Ghazouani commençaient à se poser des questions tant il semblait avaler des couleuvres sans broncher ; les couleuvres glissées dans sa campagne par l’azizanie : fonds bloqués ou livrés au compte-goutte, la présence d’Aziz intempestive jouant les premiers rôles jusqu’aux audios mis en circulation par une main criminelle.

Chacun se disait que Ghazouani est otage, l’azizanie le tenant par quelque chose, il donnait l’air d’un captif pris dans la gueule du loup avec la crainte de la morsure fatale. Les nominations des protégés d’Aziz aux postes les plus précieux n’ont fait que donner de l’eau au moulin des questions pénibles.

Pour les ennemis de Ghazouani, tout était clair et pour ses soutiens c’en était assez ! Tous attendaient le retour d’Aziz pour en avoir le cœur net.

D’abord, Aziz qui rentre en refusant un accueil populaire comme l’UPR sait en déguiser. Là, chacun s’est dit que c’est un retour tactique discret pour ne pas déranger sa marionnette et peser de tout son poids à l’ombre. Cet Aziz était attendu comme le vrai chef d’Etat à tel point qu’une photo de lui, pas à son avantage, postée par un cadre de Mauritania Airlines fier d’être à ses côtés, lui valut d’être viré par une brillante ex-ministre protégée d’Aziz devenue directrice générale de la compagnie.

Jusque-là, personne ne pouvait imaginer la suite… Le 28 novembre approchait, il se murmurait que Ghazouani réservait à Aziz la place d’invité d’honneur, ce qui confirmait les questions gênantes…

lire la suite chezvlane