Catégories
Mauritanie

Mauritanie : l’UFP invite Ould Ghazouani à régler le passif humanitaire

A l’occasion de l’anniversaire des crimes commis contre 28 soldats négro-mauritaniens à Inal en 90, l’UFP se recueille devant la mémoire des victimes et réclame une rupture de Ould Ghazouani avec l’esprit manœuvrier de son prédécesseur. C’est ce qui ressort de sa déclaration publiée à la veille de l’indépendance du pays.

A l’occasion de l’anniversaire des crimes commis contre 28 soldats négro-mauritaniens à Inal en 90, l’UFP se recueille devant la mémoire des victimes et réclame une rupture de Ould Ghazouani avec l’esprit manœuvrier de son prédécesseur. C’est ce qui ressort de sa déclaration publiée à la veille de l’indépendance du pays.

Le président de l’UFP un des principaux partis de l’opposition a donné le ton cette semaine en participant à la lecture de Coran à la mémoire des 28 soldats assassinés à Inal en 90 chez la présidente du Collectif des veuves et orphelins. Ould Maouloud est déterminé à soulever des montagnes pour résoudre la question nationale longtemps remise aux calendes grecques par les pouvoirs successifs à Nouakchott depuis 78. La fracture s’est aggravée notamment sous le régime de Ould Taya responsable des exactions extrajudiciaires des 28 soldats négro-mauritaniens en 90 et les déportations de plus de 600000 négro-mauritaniens en 89 au Sénégal et au Mali. Et également sous les deux mandats de Ould Aziz de 2009 à 2019.

Une véritable épuration ethnique dénoncée par l’UFP qui partage avec l’ensemble des forces démocratiques ce crime odieux par l’Etat dans une déclaration publiée à la veille du 28 novembre. Face à cette situation d’injustice et d’impunité depuis 29 ans, l’UFP se recueille devant la mémoire des victimes et réclame une rupture de Ould Ghazouani avec l’esprit manœuvrier de Ould Aziz pour régler définitivement le lourd passif humanitaire. Dans cette perspective seule une large concertation nationale pour renouer avec le dialogue politique est en mesure d’apporter les véritables solutions à la cohabitation.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

Kassataya