Cartographie et profil socio-économique des communautés de retour en Mauritanie (Juillet 2018)

u sommaire : Mauritanie, les rares trésors du banc d’Arguin
Processed with VSCO with kp5 preset

INTRODUCTION AU CONTEXTE MAURITANIEN

L’ENVIRONNEMENT POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

reliefweb.int – La Mauritanie est un pays majeur de destination et de transit pour les migrants d’Afrique de l’Ouest. En 2015, UN DESA estimait à 138,162 le nombre d’immigrants et de réfugiés en Mauritanie, la majorité venant du Mali, Sénégal, Guinée et Algérie – un chiffre qui a doublé depuis 2005.

Ce chiffre est légèrement supérieur au nombre de Mauritaniens résidant à l’étranger la même année, un peu moins de 120,000 partagés entre le Sénégal (43%), la France (15%) et le Mali (14%). Pourtant, le départ et le retour des citoyens mauritaniens est un sujet peu étudié, et mal connu des parties prenantes locales.Par ailleurs, de nombreux mauritaniens se trouvent dans des situations qui pourraient les pousser à faire une demande d’Aide au Retour et à la Réintégration : selon Eurostat, sur les 6085 demandes d’asile de mauritaniens ayant reçu une décision finale en Europe entre 2012 et 2017, seules 11% des demandes ont été acceptées.

En parallèle, 303 mauritaniens ont rejoint l’Espagne par la Méditerranée en 2017.La Mauritanie est historiquement qualifiée de « trait d’union » entre le Maghreb et l’Afrique Subsaharienne – un pays pluriethnique et multiculturel qui doit gérer des défis de cohésion sociale et économique. Économiquement, la Mauritanie fait face à de nombreuses contraintes qui impactent les dynamiques migratoires locales et les décisions des jeunes mauritaniens de migrer régulièrement ou irrégulièrement. Son économie repose sur le secteur extractif, dont le partage des profits est inégal au sein de la société, et qui ne représente que 1,7% de l’emploi.

La Banque Mondiale estime que seul 0,5% du territoire est propre à l’agriculture – pourtant l’agriculture, l’élevage, la pêche, et l’exploitation forestière représentent ensemble 31% du Produit Intérieur Brut (PIB) mauritanien, et génèrent des emplois pour près d’un tiers de la population mauritanienne. De la même manière, à Nouakchott, le secteur informel ne représente que 30% de l’économie de la capitale, mais serait la source de revenu principale de plus de 80% des habitants.

Les retours assistés par l’OIM des mauritaniens dans leur pays ont commencé en 2016. 8 400 retours sont prévus dans le cadre du Fonds Fiduciaire, mais seuls deux bénéficiaires ont été assistés au retour en Mauritanie au moment de l’étude de terrain.

International Organization for Migration:

Copyright © IOM. All rights reserved.

Spread the love
  • Yum