Le Ministre de la Santé visite de nouveau la CAMEC

Le département n’épargnera aucun effort pour la mise à niveau et l’équipement des formations sanitaires (ministre de la santé)
Le département n’épargnera aucun effort pour la mise à niveau et l’équipement des formations sanitaires (ministre de la santé)

Dans le cadre de l’assainissement et la mise en place d’une stratégie de santé efficace dont l’une des composantes essentielles est le secteur pharmaceutique, le Ministre de la Santé, Dr Mohamed Nedhirou Ould Hamed a effectué samedi dernier dans l’après-midi une visite à la centrale d’achat des médicaments.

L’objectif principal de cette visite est de s’assurer, selon nos radars, après la fermeture de toutes des pharmacies privées en situation illégale de la disponibilité permanente des médicaments essentiels de qualité, et à moindre coût.

L’économiste de la santé considère, selon nos câbles, la Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels et Consommables Médicaux (CAMEC) comme étant un élément essentiel de sa politique sanitaire dont la mission consiste à approvisionner les formations sanitaires en médicaments essentiels et en consommables médicaux de qualité à moindre coût mais générateur lui permettant d’assurer son fonctionnement et le renouvellement de son stock et ses équipements.

Sur place l’économiste de la santé, Dr Mohamed Nedhirou Ould Hamed s’est assuré du stockage et la distribution des produits pharmaceutiques.

Au niveau des infrastructures, les attentions du ministre semblent être maintenues sur la mise en valeur et la délocalisation effective des infrastructures de la CAMEC.

Coté pharmaciens, c’est le soulagement pour leur majorité !

 Ils ont témoigné leur gratitude au Ministre de la Santé et ils ont salué la vision stratégique du Président de la République et le Gouvernement pour avoir permis à la structure de jouer pleinement son rôle.

« C’est donc un pan en avant », estime un pharmacien interrogé par nos soins. Mais, il urge entre autres de :

– revaloriser le pharmacien

– mettre en place des comités de santé opérationnels dans les hôpitaux, de partager la liste des produits traceurs et de la rendre toujours disponible

– assurer un feed-back sur les constats ou défaut de qualité des produits ou risques de rupture de produits médicaux, conclut-il.

Ahmed Ould Bettar

Spread the love
  • Yum