Consultations multisectorielles sur la gestion du littoral mauritanien sur les réformes les plus efficaces

Consultations multisectorielles sur la gestion du littoral mauritanien sur les réformes les plus efficaces
Consultations multisectorielles sur la gestion du littoral mauritanien sur les réformes les plus efficaces

Les travaux d’un colloque consultatif sur la préparation des directives relatives à la remise en état des plages mauritaniennes ont démarré mercredi à Nouakchott. La rencontre est organisée par le ministère de l’Environnement et du Développement durable, en collaboration avec la Banque mondiale dans le cadre du projet de gestion des zones côtières d’Afrique de l’Ouest (WACA MP: West Africa Coastal Areas Management Program).

Le colloque examinera des exposés sur le cadre institutionnel et juridique de la gestion de cet espace et les étapes franchies dans la préparation de directives pour la restauration de la côte, en plus de l’analyse de toutes les activités menées à cet égard.

L’évènement, qui regroupe tous les secteurs concernés par la gestion du littoral mauritanien, la société civile, certains professeurs et des étudiants universitaires, est l’occasion de lancer le processus de préparation des directives pour la restauration de la côte de manière participative, ce qui constitue un outil essentiel pour la mise en œuvre du plan de remise en état des plages.

La planification, l’acquisition, l’exploitation et la protection des sites côtiers doivent prendre en compte les principaux défis de la part de tous les acteurs.

Le secrétaire général du ministère de l’Environnement et du Développement durable, M. Hamady Ould Taleb, a supervisé l’ouverture de ce colloque, insistant sur le fait que la plage mauritanienne souffre de la détérioration rapide de son environnement. Le littoral, la fragilité des dunes riveraines et l’érosion de la côte ont évolué en raison des déchets solides et liquides mal gérés produits par l’environnement urbain.

Il a ajouté que, malgré les efforts considérables déployés par les autorités publiques, la protection de la plage nécessite de redoubler d’efforts et de renforcer le partenariat, notant que le projet d’investissement dans les zones côtières de l’Afrique de l’Ouest avait été mis sur pied à cet effet depuis 2015 avec le financement de la Banque mondiale.

Il a déclaré que le projet vise à aider les États membres à planifier, à coordonner et à mettre en œuvre la protection des zones côtières contre les risques liés au changement climatique. Les secrétaires généraux des ministères de l’équipement et des transports, de la pêche et de l’économie maritime ont assisté à l’ouverture du colloque.

Spread the love
  • Yum