Remarques liminaires à la conférence de presse du 4 décembre 2019

Esclavage en Mauritanie : Biram dah Abeid confond le Président
Remarques liminaires à la conférence de presse du 4 décembre 2019

A la suite d’une annonce, par des collègues députés, d’une commission d’enquête sur les crimes économiques de la décennie, je tiens à lever le doute relatif aux allégations de mes prétendues réserves. 

  1. Je soutiens toute investigation indépendante qui contribuerait à établir la vérité sur la mauvaise gouvernance et la délinquance en col blanc, de la part des agents de l’Etat et réfute toute forme d’immunité au profit des contrevenants. Cependant – et il s’agit ici – d’une condition préjudicielle, je n’accorderais mon concours ni celui de mes compagnons de lutte, à une telle initiative tant que les auteurs ne prendraient l’engagement, solennel et écrit, de voter l’abrogation de la loi « Loi numéro 93-23 du 14 juin 1993, portant amnistie » des crimes d’épuration ethnique. Je demande, aux promoteurs de la Commission d’enquête, de bien vouloir signer leur résolution à effacer, de notre corpus législatif, cet obstacle de la honte. Ainsi, à la mémoire des centaines de soldats tués de sang froid, des victimes civiles de la torture, de la déportation, de la spoliation foncière et de l’humiliation, nous rétablirions l’échelle de valeurs de l’humanité, quand elle place l’intégrité du corps et de la vie, au dessus de la matière. Un pays libre, s’il aspire au respect, se doit, à l’évidence, d’éradiquer la banalisation du racisme et son substrat, le déni par le silence. Sans la promesse, individuelle, de voter la levée de la norme scélérate de 1993, je ne participerais à aucune entreprise de moralisation, parce que la sélectivité y prévaudrait. 
  2.  Si mes collègues acceptent ce préalable minimal du point de vue de l’éthique, je m’associerai à eux, sans réserve et irait au terme de l’effort commun. Néanmoins, en guise d’avertissement, il convient de rappeler que l’opération d’assainissement ne s’arrêterait plus à l’ancien Président Mohamed Ould Abdel Aziz mais couvrirait l’ensemble des infractions imputables aux bénéficiaires de ses deux quinquennats. Je suis d’autant plus à l’aise dans le zèle envers l’industrie tribale de la rapine que nos électeurs et partisans n’en ont jamais tiré fortune. Depuis la constitution  du capital privé national sous les régimes de junte,  licences de pêches, subventions, prêts sans garantie, exonérations de taxes, permis d’exploration minière, agréments de banques, importation de faux médicaments, tolérance de diplômes frauduleux, nominations complaisantes et bien des forfaitures du genre n’enrichissent ni ne reproduisent que le noyau de la domination ethnique. Une vraie tentative d’assainissement de la gestion de l’Etat, selon la dynamique « mains propres » ou « tolérance zéro », ne saurait viser une seule personne. 
  3.  Une faction de législateurs qui entend jouer, à plein, son rôle de gardien du droit, est tenue de diligenter une demande d’information, au gouvernement, sur les pratiques de torture et le classement des plaintes visant les auteurs d’esclavage, pendant la décennie écoulée. L’une de nos lois qualifie un tel « crime contre l’humanité » et, pourtant, nos juges endoctrinés à l’école de l’extrémisme, continuent à décourager les victimes et dédouaner les tortionnaires ; le récente affaire Ghaya Maïga illustre mon propos. Demain, n’importe lequel de nos concitoyens peut subir l’arbitraire et la contrainte physique. La roue de l’histoire tourne. 
  4.  Enfin, les élus de l’Assemblée nationale, pour leur honneur, devraient annuler l’article 306 du code pénal, qui viole nos engagements internationaux en matière de protection de la personne contre les groupes terroristes et la haine religieuse. Je tiens, ici, à rappeler que la Mauritanie ne peut prétendre combattre le jihadisme  au titre du G5 Sahel et continuer d’appliquer le programme juridique de Daesh. C’est un non-sens et une imposture monumentale envers nos alliés dans la guerre. Il est temps de lever l’hypocrisie. Ce genre d’hypocrisie tue. 

En conclusion, je le répète, à l’endroit de mes collègues députés : soit nous sommes une chambre d’enregistrement  – et alors vivons à l’ombre du pouvoir exécutif – soit nous respectons le suffrage de nos compatriotes ; le second choix comporte l’obligation de légiférer en conscience, dans l’intérêt général. Comme l’exprime si bien le proverbe hassaniya, « la discrétion et l’avidité  sont incompatibles ». Je n’insulte et ne renvoie nulle accusation mais souhaite, seulement, élever le discernement et la vérité au rang de vertu parlementaire.

Nouakchott le 04/12/19

Biram Dah Abeid, député à l’Assemblée nationale

Spread the love
  • Yum