Catégories
International

Taïwan : la présidente sortante remporte l’élection face à son rival pro-Pékin

Les électeurs étaient appelés à départager deux visions divergentes de l’avenir de l’île et de ses relations avec la Chine.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 14h28, mis à jour à 14h53

La présidente sortante de Taïwan, Tsai Ing-wen, a remporté l’élection présidentielle dans l’île, selon des résultats partiels publiés samedi 11 janvier. Elle a annoncé sa victoire, tandis que son principal adversaire, Han Kuo-yu, a reconnu sa défaite.

Après le dépouillement de plus de 10 millions de bulletins, la chaîne de télévision SET TV créditait Tsai Ing-wen, en poste depuis 2016, de 57,7 % des votes et CtiTV de 56,7 %. Dix-neuf millions d’électeurs étaient appelés à départager deux visions divergentes de l’avenir de l’île et de ses relations avec Pékin, son plus grand partenaire commercial.

« Taïwan a montré au monde à quel point nous aimons notre mode de vie libre et démocratique ainsi que notre nation, a indiqué Mme Tsai à la presse en annonçant sa victoire. La paix c’est que la Chine abandonne ses menaces contre Taïwan. J’espère que les autorités à Pékin comprendront que Taïwan, pays démocratique, et que notre gouvernement démocratiquement élu, ne cèderont pas aux menaces et à l’intimidation. » La Chine considère l’île comme une de ses provinces et a juré d’en reprendre un jour le contrôle, par la force si nécessaire.

Tsai Ing-wen revient de loin
Tsai Ing-wen se présente comme la garante des valeurs démocratiques face au pouvoir jugé autoritaire du président chinois Xi Jinping. Tout comme sa formation politique, le Parti démocratique progressiste (DPP), qui milite traditionnellement pour l’indépendance, Tsai Ing-wen rejette le principe de l’unité de l’île et du continent au sein d’une même Chine. Cette position a provoqué l’ire de Pékin qui, depuis son arrivée à la présidence de Taïwan, n’a cessé de durcir le ton. La Chine a ainsi rompu toutes les communications officielles avec son gouvernement tout en intensifiant les pressions économiques et les exercices militaires.

Il y a un an, peu de personnes auraient parié sur une victoire de Tsai Ing-wen. A l’époque, elle était à la peine dans les sondages et le parti d’opposition Kouomintang (KMT) réalisait une percée aux élections locales. Han Kuo-yu, nouveau venu sur la scène politique et membre du KMT, avait alors remporté la mairie de Kaohsiung, historiquement un fief du DPP.

Il a ensuite été désigné candidat à la présidentielle de son parti. Mais l’élan autour de sa candidature a commencé à faiblir, ses détracteurs dénonçant notamment son manque d’expérience et ses relations trop chaleureuses avec Pékin.

Share this