Catégories
A la une

Communiqué de presse – Barkhane : Actualités du 28 février au 5 mars février 2020

Cette semaine, Barkhane a de nouveau mené une série d’opérations qui a permis de maintenir les groupes terroristes sous pression, tout en affirmant sa présence dans la zone des trois frontières afin de rassurer les populations.

Un mois d’engagement aux côtés des forces armées nigériennes dans le Liptako nigérien

À l’occasion du Sommet de Pau, les dirigeants du G5 Sahel ont réaffirmé l’importance et la nécessité de l’opération Barkhane pour la stabilité du Sahel. À la demande du président de la République, les Armées ont ainsi accentué leur effort dans la lutte contre les groupes armés terroristes dans la région dite « des trois frontières ».

Pour la force Barkhane, une partie de ces renforts a structuré un troisième groupement tactique désert (GTD), le GTD « Altor ». Armé principalement par les soldats du 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP), ce troisième GTD a été déployé fin janvier. Opérant depuis un mois dans le Liptako en autonomie, le GTD « Altor » a été engagé conjointement avec les forces armées nigériennes (FAN) pour lutter contre les groupes armés terroristes (GAT) qui sévissent dans cette région. Au cours de cet engagement exigeant, le GTD « Altor » a neutralisé plusieurs terroristes, et saisit de nombreuses ressources.

Partis en janvier de Côte d’Ivoire, les soldats du GTD « Altor » sont ainsi engagés dans le Liptako nigérien depuis un mois loin des bases françaises, aux côtés des forces armées nigériennes (FAN), afin de mettre les groupes armés terroristes sous pression. Leur action dans la durée a pour but d’isoler les groupes terroristes de leurs ressources, de dégrader leur logistique et de déstructurer leurs réseaux de commandement.

Le GTD « Altor » et les forces nigériennes combinent des modes d’action très variés pour surprendre et harceler les groupes armés terroristes, de jour comme de nuit. Infiltrations, embuscades, contrôles de zone, opérations de ratissage et de fouilles, opérations héliportées, ont notamment permis de neutraliser plusieurs terroristes et de saisir de nombreuses ressources logistiques ainsi que de l’équipement de guerre comprenant entre autres des armes, des munitions, du matériel permettant la confection d’IED, des postes radio, un drone et de nombreux matériels militaires en tout genre.

En particulier, les 21 ,23 et 27 février, le GTD « Altor » a neutralisé près d’une dizaine de combattants armés et détruit plusieurs motos en trois actions de combat menées contre les groupes opérant dans cette région reculée.

Son action s’inscrit en complément de celles réalisées par les autres groupements tactiques désert de la force Barkhane, les forces armées partenaires et la force conjointe du G5-Sahel, qui ont obtenu des résultats significatifs ces dernières semaines dans cette région. Mais plus que cela, l’action conjointe menée par le groupement « Altor » aux côtés des forces armées nigériennes s’inscrit dans le partenariat de combat qui permet progressivement la montée en puissance des forces partenaires et qui concourt pleinement à l’objectif principal de la force Barkhane : mettre les groupes armés terroristes à la portée des forces partenaires.

Pour en savoir plus, suivez ce lien.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 5100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Contact presse : [email protected]


Opération Barkhane – service communication