Catégories
A la une Santé

L’épidémie de COVID-19 est une «pandémie», déclare l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié mercredi l’épidémie de COVID-19, qui a contaminé plus de 110 000 personnes dans le monde depuis fin décembre, de «pandémie», mais a assuré que le coronavirus pouvait «être maîtrisé».

L'épidémie de COVID-19 est une «pandémie», déclare l'OMS
L’épidémie de COVID-19 est une «pandémie», déclare l’OMS

Au cours des deux dernières semaines, le nombre de cas en dehors de la Chine a été multiplié par 13 et le nombre de pays touchés a triplé, selon l’OMS.

«Nous sommes profondément préoccupés tant par les niveaux alarmants de propagation et de gravité que par les niveaux alarmants d’inaction» dans le monde, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse à Genève.

AFP

«Nous avons donc estimé que la COVID-19 peut être qualifiée de pandémie», a-t-il dit.

«Nous n’avons jamais vu une pandémie déclenchée par un coronavirus», a-t-il dit.

«Décrire la situation comme une pandémie ne change pas l’évaluation de la menace posée par ce coronavirus. Cela ne change pas ce que fait l’OMS, et cela ne change pas ce que les pays devraient faire», a-t-il affirmé.

Le patron de l’OMS a estimé que dans «les jours et les semaines à venir», le nombre de cas, de décès et de pays touchés allait augmenter. Mais il a appelé, une fois de plus, les pays à agir pour «contenir» l’épidémie, qui a fait plus de 4000 morts dans le monde.

«Nous devons être plus agressifs», a insisté Tedros Adhanom Ghebreyesus. «Plusieurs pays ont démontré que le virus peut être supprimé ou maîtrisé».

Comme ces derniers jours, l’OMS a continué d’appeler la communauté internationale à «endiguer» l’épidémie plutôt que de simplement en «atténuer» l’impact.

«Italie et Iran souffrent»

Apparu en décembre en Chine, le coronavirus affecte tous les continents, sauf l’Antarctique, et perturbe la vie quotidienne et économique dans un nombre croissant de pays.

«L’Iran et l’Italie sont en première ligne, ils souffrent», a souligné le directeur général du Programme pour les urgences de l’OMS, Michael Ryan, assurant que d’autres pays allaient connaître la même situation.

«En ce moment en Iran, il y a une pénurie d’appareils d’assistance respiratoire, d’oxygène», a-t-il détaillé.

Le directeur général de l’OMS a assuré pour sa part que «l’Iran fait de son mieux». «Ils ont besoin de beaucoup d’équipements. Nous essayons de mobiliser davantage de soutien pour l’Iran», a-t-il insisté.

Les responsables de l’OMS n’ont en revanche pas souhaité établir la liste des pays qui n’agissaient pas assez face à l’épidémie, M. Ryan faisant valoir que l’agence spécialisée des Nations unies «ne critiquait pas les États membres en public». «Ce que nous essayons de faire c’est de travailler avec les États membres».

Il a en revanche critiqué les pays qui imposaient beaucoup trop de conditions, telles qu’être très âgé ou revenir de Chine, pour tester les personnes. 

Il a également appelé la communauté internationale à renforcer son système de surveillance, à mieux protéger les centres hospitaliers et à ne pas cesser de détecter les cas et de suivre les contacts des personnes malades afin de stopper la chaîne de transmission du coronavirus.

Et «d’autres pays ne communiquent pas bien avec leur population», tandis que d’autres peinent à s’organiser et coordonner leur action, a déclaré l’expert de l’OMS.