Catégories
A la une

Coronavirus : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Il a invité les Français à «faire bloc» et à adopter une grande «discipline individuelle et collective», en respectant les «mesures barrières» édictées par le gouvernement. Il a ensuite détaillé le nouveau dispositif national visant à limiter la propagation du Covid-19, dont la France est le deuxième foyer européen après l’Italie, avec plus de 2800 cas confirmés.

Pour tenter de limiter la propagation du Covid-19, le chef de l’État a notamment annoncé la fermeture des établissements scolaires.

Pas de report des élections municipales et intercommunales. Mais des mesures «fortes» face à la pandémie de coronavirus. Après avoir consulté les principaux responsables politiques du pays, ainsi que la plupart des autorités sanitaires et scientifiques, Emmanuel Macron s’est exprimé lors d’une allocution télévisée, prononcée ce jeudi soir en direct depuis l’Élysée.

EN DIRECT – Coronavirus: la France compte désormais 2876 cas, dont 61 décès

Il a invité les Français à «faire bloc» et à adopter une grande «discipline individuelle et collective», en respectant les «mesures barrières» édictées par le gouvernement. Il a ensuite détaillé le nouveau dispositif national visant à limiter la propagation du Covid-19, dont la France est le deuxième foyer européen après l’Italie, avec plus de 2800 cas confirmés.

«La plus grave crise sanitaire» en France «depuis un siècle»

Alors que le ministère de la Santé a annoncé ce jeudi 13 nouveaux décès et près de 600 nouveaux cas, dont 129 en réanimation, il s’agit, selon Emmanuel Macron, de «la plus grave crise sanitaire depuis un siècle». Au total, le virus a contaminé plus de 130.000 personnes dans le monde depuis son apparition fin décembre en Chine, selon un décompte de l’Agence France-Presse.

Pas de report des élections municipales

Le chef de l’État a annoncé le maintien des élections municipales et intercommunales, prévues les dimanches 15 et 22 mars prochains, au nom de la «continuité démocratique». La question d’un report avait pourtant fait l’objet d’intenses consultations durant toute la journée, avec notamment les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, Richard Ferrand et Gérard Larcher.

Lire la suite sur Le Figaro.fr