Catégories
A la une

Emmanuel Macron est-il condescendant avec le Maroc de Mohammed VI ?

Par Ali Attar –

Alors que la situation en France est très tendue avec la décision de fermeture des écoles et universités mais aussi de tous les cafés, restaurants et autres commerces non essentiels, Emmanuel Macron continue de donner des leçons aux pays africains. Après le Cameroun de Paul Biya, c’est maintenant le Maroc de Mohammed VI qui fait les frais de la condescendance du jeune Président français.

Aujourd’hui c’est au Maroc de Mohammed VI qu’Emmanuel Macron donne des leçons

Alors que près de 10 000 Français sont bloqués au Maroc en raison de la fermeture des frontières, Emmanuel Macron se permet de donner des leçons de courtoisie aux Marocains en déclarant dans un tweet : « À nos compatriotes bloqués au Maroc : de nouveaux vols sont en cours d’organisation pour vous permettre de regagner la France. Je demande aux autorités marocaines de veiller à ce que tout le nécessaire soit fait au plus vite ». Comme si l’hospitalité marocaine était une légende et que les pauvres touristes français allaient être maltraités, ou que le Maroc serait incapable de faire décoller les avions à destination de l’Hexagone !

C’est la un discours bien triste qui montre qu’aux yeux de la France, l’Afrique est encore un continent sous développé qui doit être aux ordres.

Rappelons pourtant que l’épidémie de Coronavirus se développe de façon galopante en Europe et que tous les premiers cas qui ont touché les pays africains venaient de France et d’Italie. Le fait est que l’Afrique a été contaminée par l’Europe et non par la Chine et les donneurs de leçons devraient s’en souvenir.

Enfin, il est certain que les 10 000 Français qui profitaient du soleil et de l’hospitalité du pays de Mohammed VI vont regretter ce retour en France où les commerces sont désormais tous fermés, la population confinée chez elle et les hôpitaux en situation d’urgence.

Après avoir chanté « Macron un avion », ces touristes français n’auront bientôt que leurs yeux pour pleurer et regretter le bonheur de leur séjour au Maroc.

Hier, c’était le Cameroun de Paul Biya qui était sermonné

En février dernier, lors du salon de l’agriculture qui se tenait Porte de Versailles, à Paris, Emmanuel Macron, alpagué par un opposant camerounais, avait promis d’intervenir et de « mettre la pression » sur Paul Biya pour faire cesser « les violences intolérables » perpétrées la partie séparatiste et anglophone du Cameroun. Il n’est pas la question ici de juger du bien fondé de sa remarque sur la situation politique camerounaise, mais on peut s’étonner que le Président français se permette de tancer vertement son homologue camerounais, pourtant de deux fois son ainé, comme si on était toujours au bon temps de la Françafrique.

« Vous savez mon engagement sur ce sujet ; j’ai mis la pression sur Paul Biya pour que d’abord il traite le sujet de la zone anglophone et ses opposants. J’avais dit, je ne veux pas qu’on se voit à Lyon tant que Kamto n’est pas libéré, et il a été libéré parce qu’on a mis la pression. Là, la situation est en train de se redégrader. Je vais appeler la semaine prochaine le Président Biya et on mettra le maximum de pression pour que cette situation cesse. Je suis totalement au courant et totalement impliqué sur les violences qui se passent au Cameroun et qui sont intolérables ; je fais le maximum », avait déclaré Macron devant les caméras.

Lire l’article : Chut, Emmanuel Macron a raison

afrik.com