Catégories
A la une

Pour L’Histoire.. je le dis:


Une audience accordée par le Président de la République à l’lGE, le 24 Juin 2008 pour présenter le bilan de 6 mois d’activités de l’Inspection Générale d’Etat.

Pour L’Histoire.. je le dis:

Lors d’une audience qu’il m’a accordée, le 24 Juin 2008 pour présenter le bilan de 6 mois d’activités de l’Inspection Générale d’Etat, le Président de la République, M. Sidi Mohamed Ould Sheikh Abdallahi, m’a informé que Mohamed Ould Bouamatou lui avait envoyé, parmi d’autres, le président Massaoud Ould Belkheir pour mettre fin à ce qu’il appelait « l’acharnement de l’inspecteur général » à son encontre. Dans le même ordre d’idées, le président de la République a indiqué que Mohamed Ould Bouamatou, parmi une délégation de l’Association Nationale des banques accompagnée du gouverneur de la banque centrale de l’époque, M. Kane Ousmane, prétendait que l’Inspecteur Général veut déstabiliser les banques nationales au profit des banques étrangères. Et à Bouamatou d’ajouter que les banques mauritaniennes fournissent leurs véritables informations financières à l’administration fiscale et fournissent de fausses informations à la banque centrale en vue d’obtenir une excellente position de négociation avec leurs partenaires étrangers. J’ai donc dit au Président de la République: « Monsieur le Président, je suis malheureux de savoir que les banques mauritaniennes trompent leurs partenaires. Mais je suis d’autant plus choqué que ces banques perçoivent des impôts de leurs clients par la force de la loi et ne les reversent pas au trésor public comme le prévoit cette loi. Monsieur le président, le chiffre d’affaires déclaré par la banque de Bouamatou en 2006 à l’administration générale de la fiscalité est inférieur à son chiffre d’affaires avec un seul client, en l’occurrence la SOMAGAZ, durant la même année ».

Le président m’a, toutefois, demandé de lui préparer une lettre détaillée à ce sujet. Ce qui fut fait le 8 juillet. Il a donné ses instructions à ce sujet le 19 juillet.

Le 6 août 2008, le coup d’état a tout sapé.

Bienvenus à ceux qui ont pillé le pays et contribué à faire avorté le premier espoir d’un travail institutionnel sérieux.


Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

PAR 


Le blog de

source URL: https://blogs.mediapart.fr/maouldsidigmailcom/blog/160320/pour-lhistoire-je-le-dis