Catégories
A la une

Le directeur de la sécurité de l’armée limogé : changements en douce à l’ANP

De Nabil D. – Le directeur central de la sécurité de l’armée a été remplacé, indiquent des sources informées. Nommé par Gaïd-Salah, le désormais ex-DCSA cède le poste au général Sid-Ali Benzemirli. Ce dernier avait déjà été nommé à la tête de cette direction en novembre 2018, avant d’être limogé cinq mois plus tard, en avril 2019, soit après la démission forcée de l’ex-président Bouteflika et la prise du pouvoir par le général Gaïd-Salah.

Ce changement dans cette structure rattachée à l’état-major de l’ANP coïncide avec la désignation du nouveau chef des forces terrestres et de son remplaçant à la 5e Région militaire. Le général Saïd Chengriha semble ainsi être passé à une nouvelle phase dans la restructuration de l’armée, en accélérant les changements dans les corps relevant de son autorité. Son prédécesseur avait, dans le sillage de la déchéance de l’ancien chef de l’Etat, concentré tous les pouvoirs entre ses mains et mis les services de sécurité sous sa férule. Après l’avènement du nouveau président de la République, au lendemain de l’élection du 12 décembre dernier, imposée par Gaïd-Salah et le décès de ce dernier, Abdelmadjid Tebboune a récupéré la fonction de ministre de la Défense nationale de plein exercice, et le poste de vice-ministre n’a pas été pourvu.

Le désormais ex-directeur de la sécurité de l’armée avait été désigné sur proposition de l’actuel parton de la Direction de la sécurité intérieure, relevant de la Coordination des services de sécurité (renseignements), selon les mêmes sources. Cette proximité entre les responsables – issus de la défense antiaérienne du territoire – de deux structures sensibles, mais dont les missions sont différentes, semble avoir poussé le chef d’état-major par intérim à rappeler un ancien «enfant de la boîte» pour éviter tout amalgame entre les deux directions, l’une obéissant aux directives du ministre de la Défense, l’autre à celles du chef d’état-major.

Ces changements préludent d’autres qui devront être annoncés dans les semaines à venir, aussi bien au sein de l’ANP qu’au ministère de la Défense nationale où la majorité des directeurs centraux ont allègrement dépassé l’âge de la retraite et «monopolisent» le poste depuis de longues années.

N. D.

Algerie Patriotique