Catégories
A la une

Quand l’Afrique subsaharienne soutient le Maroc au Sahara occidental

Dix pays ont récemment ouvert des représentations diplomatiques sur le territoire non autonome du Sahara occidental occupé par le Maroc. Le Burkina Faso doit bientôt faire de même.

Côte d’Ivoire, RCA, Gabon, Guinée… La liste des pays qui ouvrent des représentations diplomatiques sur le territoire du Sahara occidental s’allonge depuis la fin décembre. Elle compte même aujourd’hui dix pays au total. Djibouti, la Côte d’Ivoire, les Comores, la Gabon, Sao Tomé-et-Principe, la RCA, le Burundi, la Guinée, la Gambie et le Liberia ont ouvert des bureaux sur place. Un véritable défilé sur le dernier territoire non autonome de tout le continent -occupé en partie le Maroc qui nomme la zone « provinces du Sud« – illustre une réelle guerre diplomatique à laquelle prennent désormais ouvertement part les pays d’Afrique de l’Ouest. 


« Reconnaissance de l’occupation illégale »

À chaque fois, lors de ces ouvertures, ce sont des images semblables. Le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita lui-même, et un ou une de ses homologues africain(e)s, tout sourire, côte à côte. Ils coupent un ruban, dévoilent une plaque ou tiennent un discours sur l’amitié entre leurs pays. À chaque fois, cela se passe soit à Laâyoune, soit à Dakhla.

Des ouvertures de représentations diplomatiques qui ont une véritable portée politique. « C’est une façon d’essayer à tous prix d’obtenir une reconnaissance de l’occupation illégale -c’est bien une occupation illégale- des territoires par le Maroc », explique le professeur de relations internationales et directeur de recherche en géopolitique, Yahia Zoubir. « On prend des pays qui n’ont pas vraiment de poids et on fait avancer doucement, pour essayer d’influencer le cours des événements. »

lire la suite sur DW