Categories
International

Le coronavirus dans le monde : le nombre de décès s’accélère en Italie et en Espagne ; plus de 100 000 cas aux Etats-Unis

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 02h40, mis à jour à 07h49

Pour parer à l’urgence sanitaire, le président américain Donald Trump a, par décret, contraint le constructeur automobile General Motors à produire des respirateurs artificiels, vitaux pour les malades du Covid-19.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 02h40, mis à jour à 07h49

L’épidémie due au coronavirus a déjà tué plus de 25 000 personnes dans le monde, l’Espagne et l’Italie enregistrant, vendredi 27 mars, de nouveaux tristes records quotidiens de décès.

Chiffres records en Italie, en Espagne et aux Etats-Unis

L’Italie compte désormais 9 134 morts, après 969 nouveaux décès par rapport à jeudi, un bilan quotidien inédit pour un seul pays. La contagion continue toutefois de ralentir, avec une hausse de seulement 7,4 % du total des cas positifs (86 498). Derrière la Péninsule, c’est l’Espagne qui compte le plus de morts (plus de 4 858, dont 769 lors des dernières 24 heures) dans le monde, devant la Chine (3 292 morts déclarés).

Les Etats-Unis, qui ont enregistré un nombre record de 345 décès en vingt-quatre heures, comptent depuis vendredi 100 000 cas officiellement déclarés, pour 1 544 morts recensées. Pour parer à l’urgence sanitaire, le président Donald Trump a, par décret, contraint le constructeur automobile General Motors à produire des respirateurs artificiels, vitaux pour les malades du Covid-19. L’agence fédérale américaine du médicament (FDA) a, elle, donné l’autorisation à la compagnie Abbot Laboratories de commencer à produire des tests « portables » capables de notifier en cinq minutes si une personne est atteinte du Covid-19 et en treize minutes, si les résultats sont négatifs. L’entreprise sera en mesure d’en fournir aux professionnels de la santé dès la semaine prochaine.

La Corée du Sud a fait état, samedi, de 146 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus, le total quotidien le plus élevé depuis deux semaines. Le Centre de contrôle et de prévention des maladies a précisé que le bilan de l’épidémie dans le pays était désormais de 9 478 cas et que cinq décès supplémentaires ont été recensés, portant le total à 144 décès.

Près de 550 000 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans le monde depuis fin décembre, dont plus de la moitié en Europe. Le premier ministre britannique, Boris Johnson, qui se vantait il y a peu de continuer à « serrer la main à tout le monde », a été testé positif au nouveau coronavirus, comme son ministre de la santé, Matt Hancock.

Des confinements décrétés, prolongés et reportés

Outre la France, le confinement a également été prolongé de deux semaines en Belgique, quand l’Irlande impose un confinement total à sa population jusqu’au 12 avril.

Quelques heures après être entrée à son tour en confinement pour trois semaines, l’Afrique du Sud a annoncé vendredi ses deux premiers décès. A Kinshasa, capitale surpeuplée de République démocratique du Congo, le confinement a été reporté par crainte d’« insécurité » après une flambée des prix des biens de première nécessité.

A Singapour, les autorités menacent désormais de six mois de prison ceux qui ne respecteront pas les distances entre particuliers. Et en Serbie, trois personnes ont été condamnées à de lourdes peines allant de deux à trois ans de prison pour non-respect du confinement.

Des plans de sauvetage mis en place

Face à l’autre catastrophe, économique, qui s’annonce, la communauté internationale tente de mobiliser des sommes astronomiques. Dans un entretien à des journaux italiens vendredi soir, le président français, Emmanuel Macron, a appelé à la solidarité budgétaire européenne en se disant favorable à des « corona bonds » – un grand emprunt européen mutualisé – face aux réticences de Berlin.

Très inquiets de l’accélération de la pandémie de coronavirus, notamment aux Etats-Unis, les marchés boursiers ont à nouveau sombré dans le rouge vendredi, alors que Donald Trump promulguait le plan historique de relance de l’économie américaine. Mobilisant 2 200 milliards de dollars, c’est le plus vaste ensemble de mesures jamais adopté aux Etats-Unis.

De nouvelles mesures de soutien à l’économie canadienne ont été annoncées par le gouvernement canadien, doublant pratiquement le montant du plan d’aide adopté mercredi, à plus de 200 milliards de dollars canadiens (128 milliards d’euros). Le gouvernement brésilien a, lui, débloqué vendredi 40 milliards de réais (environ 7 milliards d’euros) pour soutenir les PME durant la crise.

Le Royaume-Uni va aussi devoir réagir : l’agence de notation Fitch Ratings a abaissé sa note de solidité financière à AA-, assortie d’une perspective négative, en raison notamment de l’affaiblissement « significatif » de ses finances publiques causé par l’impact de l’épidémie due au coronavirus.

leMonde