Catégories
Economie

Emmanuel Macron en appelle à la « solidarité » budgétaire européenne pour répondre à la crise due au coronavirus

Dans un entretien à des journaux italiens publié vendredi soir, le chef de l’Etat français continue de plaider pour un emprunt commun à toute l’Union européenne face aux « réticences » de Berlin.

Le Monde avec AFP Publié hier à 09h26, mis à jour hier à 16h46

Emmanuel Macron, favorable à des « emprunts Corona » face aux « réticences » de Berlin, en appelle à la solidarité budgétaire européenne, dans un entretien à des journaux italiens paru dans la soirée du vendredi 27 mars.

La situation en direct : Coronavirus : en Allemagne, le confinement prolongé jusqu’au 20 avril

Neuf pays européens, dont la France et l’Italie, avaient appelé mercredi à lancer un emprunt commun à toute l’Union européenne (UE) pour faire face à la crise due au coronavirus, mettant la pression sur l’Allemagne, opposée à toute mutualisation des dettes. « Nous ne surmonterons pas cette crise sans une solidarité européenne forte, au niveau sanitaire et budgétaire », estime le chef de l’Etat français dans une interview accordée aux journaux Corriere de la SerraLa Stampa et La Repubblica.

Lire aussi  Coronavirus : les trois semaines qui ont chamboulé l’orthodoxie économique européenne

« L’UE et la zone euro se résument-elles à une institution monétaire et un ensemble de règles, très assouplies, qui permettent à chaque Etat d’agir de son côté ? Ou agit-on ensemble pour financer nos dépenses, nos besoins dans cette crise vitale ? », questionne Emmanuel Macron.

« Il peut s’agir d’une capacité d’endettement commune, quel que soit son nom, ou bien d’une augmentation du budget de l’UE pour permettre un vrai soutien aux pays les plus touchés par cette crise », a-t-il détaillé. « Le montant est secondaire, c’est ce signal qui compte, à travers l’endettement commun ou le budget commun. » Face aux « réticences » de pays comme l’Allemagne, « on ne peut pas lâcher ce combat », a insisté le président de la République.

Samedi, l’ancien président de la Commission européenne Jacques Delors, âgé de 94 ans, qui s’exprime très rarement, a mis en garde les pays de l’UE sur le manque de solidarité entre eux : « Le climat qui semble régner entre les chefs d’Etat et de gouvernement et le manque de solidarité européenne font courir un danger mortel à l’Union européenne », estime, dans une déclaration transmise à l’AFP, l’ancien ministre français de l’économie, grand défenseur de l’Europe, qui a présidé la Commission de 1985 à 1995.

Lire aussi  L’Eurogroupe ne parvient pas à un accord pour décider de mesures face à la pandémie

« Nous avons pris les mesures les plus dures le plus tôt »

Interrogé sur un éventuel retard français sur les mesures de confinement au moment où la situation se dégradait en Italie, Emmanuel Macron se défend d’avoir ignoré les signaux venus d’Italie révélant l’ampleur de la crise sanitaire : « Nous n’avons absolument pas ignoré ces signaux. J’ai abordé cette crise avec sérieux et gravité dès le début, lorsqu’elle s’est déclenchée en Chine », a-t-il assuré.

Notamment « parce que l’Italie nous a précédés dans cette crise »« nous avons pris en France les mesures les plus dures le plus tôt (…) à nombre de cas comparables », a-t-il soutenu, alors qu’il était interrogé sur sa sortie au théâtre le 6 mars, onze jours avant les mesures de confinement.

« J’ai suivi à chaque étape trois principes essentiels : fonder nos décisions sur des avis scientifiques, s’adapter à l’évolution de la crise, prendre des mesures proportionnées », a expliqué Emmanuel Macron.

Au dixième jour de confinement en France, le premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé vendredi la prolongation de cette mesure jusqu’au 15 avril. Le pays compte désormais 1995 morts causées par le nouveau coronavirus depuis le début de l’épidémie, dont près de 300 survenues en vingt-quatre heures, selon le bilan officiel communiqué vendredi soir.

Le Monde Economie