Catégories
Santé

Le ministre de la Santé présente devant la 73ème session de l’Assemblée générale de l’OMS les efforts de notre pays dans la lutte contre la Covid-19

Le ministre de la Santé, Dr Mohamed Nedhirou Ould Hamed, a indiqué que notre pays a adopté dès la première heure de l’apparition de la pandémie du coronavirus une stratégie nationale anticipative et globale visant à empêcher la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le ministre s’exprimait, mardi soir, par vidéoconférence, devant la 73ème session de l’Assemblée générale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Voici le texte intégral de ce discours :

« Madame la Présidente

Mesdames et Messieurs les ministres de la Santé,

Monsieur le Directeur général de l’OMS,

Honorable assistance,

Madame la présidente, je voudrais d’abord vous féliciter pour votre pour élection à la présidence des travaux de l’actuelle session qui se tient cette année dans des circonstances particulières dans lesquelles le monde entier fait face à des défis sans précédents à tous les niveaux sanitaires, économiques et sociaux se répercutant négativement sur tous les domaines de la vie et, particulierement, sur les programmes internationaux de la santé.

Il s’agit d’une situation inouïe et effrayante qui exige vigilance, travail tenace et solidarité entre tous pour gagner la bataille contre la pandémie de la Covid-19.

Je ne peux ici que prier pour les âmes des milliers de victimes décédées des suites de cette douloureuse tragédie, tout en présentant mes sincères condoléances et ma compassion aux milliers de familles éplorées.

Je saisis également l’occasion de notre réunion et la tribune qui m’est offerte pour rendre hommage au rôle remarquable d’avant-garde joué par les staffes de santé dans toutes les régions du monde pour alléger les souffrances des contaminés, réduire les décès, prendre en charge des hospitalisés et atténuer la douleur des sinistrés avant et après l’émergence de cette épidémie.

Le seul avantage connu de cette nouveau fléau épidémique est d’avoir démontré clairement que le secteur de la santé est un secteur stratégique dont les systèmes connaissent malheureusement de grands dysfonctionnements qu’il convient de surmonter afin de le développer et pour qu’il puisse dorénavant résister aux défis majeurs qui se posent à la santé publique.

Durant les dernières années, de grands efforts ont été entrepris pour atteindre une couverture sanitaire globale et pour booster les indicateurs de santé en vue de l’atteinte des objectifs de développement durable à l’horizon de l’année 2030, mais tout ce qui a été accompli va connaitre un recul en raison des effets du coronavirus .

Je voudrais ici remercier le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé pour l’important rôle que l’OMS entreprend pour accompagner la lutte contre cette pandémie.

Madame la Présidente,

Excellences,

Mon pays, la République Islamique de Mauritanie, a adopté très tôt une stratégie anticipative et globale caractérisée par la précision, la compétence nécessaire et la fermeté. Cela nous a permis de réduire la vitesse de la propagation inouïe du virus et les risques découlant de la contamination dans les rangs des citoyens. A l’heure actuelle, le nombre des contaminations a atteint 62 cas avec 4 décès.

Ainsi notre pays a pu, conformément aux hautes directives de Son Excellence le Président de la République, M Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, être parmi les premiers pays qui ont pris un ensemble de mesures sérieuses et fermes dont la création d’un fonds de solidarité spécial de solidarité sociale et de lutte contre le coronavirus. L’Etat y a injecté d’importantes sommes d’argent et toutes les composantes du peuple y ont contribué dans un large élan national de générosité.

Ces montants considérables sont dépensés pour l’acquisition des besoins du pays en médicaments et en équipements médicaux liés à la lutte contre la pandémie du Covid-19 comme ils profitent aux milliers de familles nécessiteuses à travers la distribution de produits alimentaires et d’aides financières, en plus de la prise en charge par l’Etat des factures d’électricité et d’eau.

Un plan national de réponse rapide a été également mis en place dont les principaux axes prennent en considération tous les aspects relatifs à la gestion de l’épidémie et à la limitation des facteurs de transmission du virus. Il s’agit de :

– La formation de l’encadrement médical des hôpitaux, des centres de santé et des points de santé sur les protocoles sur le diagnostic de l’épidémie, la prise en charge des malades contaminés en plus de l’acquisition des équipements nécessaires et les divers moyens de protection et de prévention.

– L’élaboration d’une stratégie de veille et de vigilance communautaire.

– La fermeture de l’espace aérien à tous les vols commerciaux.

– La fermeture des frontières terrestres.

– La quarantaine pour tous les visiteurs avant la fermeture des frontières.

– L’interdiction de la circulation entre les wilayas.

– Le couvre-feu sur toute l’étendue du territoire national.

– La fermeture de tous les établissements scolaires et d’enseignement.

– La fermeture des marchés et de tous les lieux publics.

– L’interdiction de toutes les activités et manifestations favorisant le contact entre plusieurs personnes.

Madame la Présidente,

Mesdames et Messieurs,

Notre conviction est que ces stratégies qui ont été élaborées dans chaque pays du monde ne vont donner des résultats garantissant la victoire contre l’épidémie qu’à travers la conjugaison des efforts, l’encouragement de la solidarité et de la coopération entre les Etats et les gouvernements. C’est la lueur d’espoir qu’attendent des millions d’êtres humains pour l’allégement de leurs souffrances individuelles et collectives. C’est l’occasion de répondre de manière forte et efficace aux colossaux défis résultant de cette crise sans précédent dans l’histoire contemporaine.

Je ne peux ici qu’attirer l’attention sur trois problématiques qui pourraient saper les efforts des pays à faibles revenus si des mécanismes efficaces ne sont pas mis en place pour eux:

– Premièrement, le manque d’accès des staffs médicaux à tous les niveaux aux moyens de protection et de prévention du virus qui font l’objet d’une grande concurrence au détriment de ces pays.

– Deuxièmement, le faible accès aux médicaments et aux équipements essentiels en raison de la faiblesse de leur disponibilité sur le marché conduisant à l’interdiction de leur exportation dans certains pays impactant ainsi l’accès général à la santé dans les Etats à faibles revenus.

– Troisièmement, la problématique du transport international : après l’acquisition de ces médicaments et équipements avec beaucoup de peine, les pays buttent sur la situation du transport aérien, objet, lui aussi, d’une forte pression et d’une grande concurrence défavorisant ces pays.

Je saisis cette occasion pour rappeler la déclaration de Nouakchott du G5-Sahel qui invite à la nécessité d’annuler la dette du continent africain afin qu’il puisse consacrer ses efforts à la lutte contre l’épidémie, à l’amélioration de la santé des citoyens et à la limitation des impacts économiques et sociaux de cette pandémie.

Dans l’espoir de surmonter toutes ces grandes difficultés, je vous remercie ».

Laisser un commentaire