Catégories
Sport

Ouistreham et Colleville-Montgomery. Deux nouveaux techniciens à l’AJSCO

François Seguin, entraîneur principal du club, et Dylan Orange, responsable de l’école de football de l’Amicale des jeunesses sportives de Colleville-Ouistreham (ASJCO) intègrent le club.

Entretien

François Seguin, entraîneur principal du club, et Dylan Orange, responsable de l’école de foot de l’Amicale des jeunesses sportives de Colleville-Ouistreham (ASJCO).

Pourquoi avoir choisi Ouistreham ?

François Seguin : La proposition de Ouistreham était celle qui correspondait le mieux à mes attentes, avec la prise en charge d’un groupe et le travail dans un environnement favorable pour pouvoir développer mes idées.

Dylan Orange : J’avais quitté Ouistreham, le club de mon enfance pour découvrir autre chose. J’ai passé plusieurs années à l’ASPTT Caen où je me suis principalement occupé de l’équipe des moins de 17 ans (U17). Les propositions de l’ASPTT pour l’avenir ne me convenaient plus. Je me suis alors tourné vers mon club de cœur devenu l’AJSCO où le nouveau projet m’a plu.

Quel sera votre rôle ?

F. S. : Je serai entraîneur principal. Je vais avoir en main une part importante de la gestion du club : la partie technique. Avec tous les éducateurs du club, nous travaillerons ensemble au quotidien pour instaurer une identité, une ligne de jeu directrice commune.

D. O. : Je vais prendre en charge l’école de football du club, de toutes les équipes de jeunes et de leurs éducateurs. Je travaillerai en accord avec François Seguin, le nouvel entraîneur principal.

L’objectif du club, c’est la montée en régionale 1. Qu’en pensez-vous ?

F. S. : On ne va pas jouer le maintien (clin d’œil à Guy Roux, François a été formé à l’AJ Auxerre), donc construire une équipe pour rivaliser avec les meilleurs, composée des joueurs fidèles et motivés du club et recruter si c’est nécessaire pour atteindre l’objectif.

Conserverez-vous votre poste en Mauritanie  ?

F. S. : Je suis entraîneur des gardiens de l’équipe nationale de Mauritanie. C’est une aventure humaine extraordinaire, très enrichissante sur un plan personnel. La fonction m’occupe un mois dans l’année et les deux pourront se gérer.

Vous avez côtoyé Guy Roux, à Auxerre ?

F. S. : Oui, comme gardien de but pendant quatorze ans. Il avait l’art de conseiller sans que nous nous en rendions compte. C’est plus tard que je me suis aperçu que son exigence, sa dureté par moments, sa valeur de travail m’avaient formé. Je devais intégrer l’AJ Auxerre et m’occuper des gardiens de but lorsqu’une proposition à l’étranger m’a incité à y renoncer. Au cours de mes vingt ans de carrière, j’ai travaillé à Rennes, au Havre, à Quevilly-Rouen, Châteauroux…

Ouest-France