Catégories
A la une

G5 Sahel : à Nouakchott, les chefs d’Etat font le point avec Macron sur les engagements pris à Pau

Il convient de noter qu’en plus du président français, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Mahamat-Faki, et la secrétaire générale de l’Organisation internationale Francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo seront aussi présents au Sommet. La chancelière allemande, Angela Merkel, le président du conseil italien, Giuseppe Conte, celui de la Commission européenne, Charles Michel, et le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, participeront également par visioconférence.

La capitale mauritanienne accueille ce mardi 30 juin 2020, un sommet des Chefs d’Etat des 5 pays membres du G5 Sahel. En compagnie de leur homologue français, Emmanuel Macron, ils vont faire le bilan des engagements pris le 13 janvier dernier lors du Sommet de Pau notamment sur le renforcement des opérations militaires dans la zone des trois frontières. Par la suite, il sera question d’examiner de nouvelles perspectives de développement dans le cadre de la Coalition pour le Sahel, avec l’UA, l’OIF et les partenaires européens.

C’est une journée à l’agenda chargé pour les chefs d’Etat du G5 Sahel. Ce mardi 30 juin 2020, Issoufou Mahamadou du Niger, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina, Idriss Déby du Tchad et Ibrahim Boubacar Keita du Mali vont déroger à la fermeture des frontières aériennes en vigueur dans leurs pays respectifs pour cause du Covid-19, pour rallier la capitale mauritanienne. A Nouakchott, ils vont, en compagnie du chef de l’Etat Mohamed Ould Ghazouani, président en exercice de l’organisation, participer à un sommet du G5 Sahel qui verra également la participation du président français Emmanuel Macron. A l’ordre du jour, faire le point sur la mise en œuvre de la feuille de route définie de commun accord entre les 5 chefs d’Etat du G5 Sahel et celui de la France, lors du Sommet de Pau (France), tenu le 13 janvier 2020. Pour rappel, à Pau, les chefs d’Etat avaient pris la résolution de créer une « Coalition pour le Sahel », et lancé un appel aux autres pays et partenaires à y prendre part et à soutenir cette initiative. Ils ont surtout convenu de renforcer les opérations militaires dans la zone dite des trois frontières (Niger, Mali et Burkina), où les attaques des différents groupes terroristes ont pris une ampleur inquiétante fin 2019 et début 2020. Six (6) mois après, les résultats sont encourageants avec les victoires militaires enregistrées par les armées nationales, la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5Sahel), dont les actions commencent à porter leurs fruits, et surtout la force française Barkhane dont les effectifs sont depuis passés à plus de 5.000 hommes. Malgré cette montée en puissance contre les groupes terroristes, la situation sécuritaire est pourtant loin d’être maitrisée même si les attaques sont devenues moins récurrentes. La menace terroriste plane toujours au Mali, au Burkina et au Niger comme en témoignent les dernières attaques enregistrées dans certaines zones encore sous le contrôle des bandes armées qui disposent toujours d’une véritable capacité de nuisance. Avec la situation qui prévaut en Lybie, dans le bassin du Lac Tchad et les risques sur les autres pays frontaliers, notamment côtiers, l’urgence de renforcer la mobilisation des moyens militaires pour stabiliser le Sahel devient une impérieuse nécessité et sera au cœur du Sommet.

Sécurité et développement

En plus de l’évolution de la situation sécuritaire au Sahel, il sera aussi question pour les chefs d’Etat, d’évoquer le contexte socioéconomique de la zone avec la pandémie du Covid-19 qui est venue amplifier les défis de développement. Au delà des prévisions de baisse de croissance pour les pays sahéliens, cette crise sanitaire se traduit également par des répercussions négatives sur la vie économique et sociale des populations qui sont déjà affectées par la crise sécuritaire. Le 27 avril dernier, les chefs d’Etat du G5 Sahel ont tenu une session extraordinaire, par visioconférence, à l’issue de laquelle ils avaient lancé un appel pour l’annulation de la dette extérieure des pays du G5 Sahel, afin d’aider à la relance de l’économie, et soutenir la résilience des populations. Un appel qui sera certainement relancé dans le cadre du Sommet de Nouakchott.

Il convient de noter qu’en plus du président français, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez,  le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Mahamat-Faki, et la secrétaire générale de l’Organisation internationale Francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo seront aussi présents au Sommet. La chancelière allemande, Angela Merkel, le président du conseil italien, Giuseppe Conte, celui de la Commission européenne, Charles Michel, et le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, participeront également par visioconférence.

Le sommet sera clôturé le même jour et si aucune grande annonce n’est attendue, il permettra de réaffirmer et de renforcer la volonté et la détermination des dirigeants de poursuivre la guerre contre le sous-développement et le terrorisme qui perdurent dans la région.


A.Y.B

(actuniger.com)

Laisser un commentaire