Catégories
A la une

LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL : Les acteurs en conclave à Bamako

LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL : Les acteurs en conclave à Bamako

Le forum de recensement des bonnes pratiques en matière de lutte contre l’extrémisme violent dans les pays du sahel, a débuté hier, jeudi 2 septembre à Bamako. L’objectif général de cet atelier initié par la CELLRAD, une structure basée à Nouakchott, est de contribuer à la promotion d’une culture de documentation et d’évaluation des interventions dans la lutte contre l’extrémisme violent, afin d’identifier les bonnes pratiques applicables dans les pays du G5 Sahel.

Le Sahel est confronté depuis plusieurs décennies au défi de l’extrémisme violent, une crise majeur qui continue d’hypothéquer considérablement le développement des pays du sahel.

Afin de prévenir ce fléau, la CELLRAD a initié hier un projet de recensement des bonnes pratiques en matière de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent. La cérémonie d’ouverture de ce forum a enregistré la présence du secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et du Culte, Toumani Sangaré, du chef adjoint de l’Antenne national de la CELLRAD, Dame Seck et de plusieurs leaders religieux et acteurs de la société civile

Selon Dame Seck, chef adjoint de l’Antenne nationale de la CELLRAD, cet atelier de 2 jours, qui se tient après ceux des régions de Ségou et de Mopti courant avril 2020, permettra de sélectionner les trois bonnes pratiques en matière de lutte contre l’extrémisme violent. Il s’agira pour les leaders religieux, acteurs de la société civile, de présenter et d’identifier  en vue de leur vulgarisation les pratiques qu’ils jugent efficaces en matière de lutte contre l’extrémisme violent au Mali et dans les pays du  Sahel.

« Ce forum est un recensement des bonnes pratiques en matière de prévention et de localisation, une initiative de la CELLRAD qui est basée  à Nouakchott. Il est demandé au 5 pays du G5 sahel de présenter trois bonnes pratiques en matière de lutte contre l’extrémisme violent au nom de chaque pays. Ici au Mali, nous avons fait la même activité dans  les  régions de Ségou et de Mopti. Le forum d’aujourd’hui est la finalité de ces différentes activités de recensement et de la sélection des trois meilleures pratiques au nom du pays afin de pouvoir présenter ce document au niveau régional », a annoncé Dame Seck.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau