Categories
Economie

Mauritanie: le FMI augmente la capacité d’accès à ses ressources et décaisse 52 millions de dollars à Nouakchott

Le Fonds monétaire international va davantage ouvrir ses lignes de crédits à la Mauritanie, afin que la pays puisse faire face aux conséquences de la pandémie du coronavirus. C’est le résultat de la 5e revue du programme de Facilité élargie de crédit -FEC, dont les résultats sont désormais publics.

Dès la semaine prochaine, la Mauritanie va bénéficier d’un accès plus large aux ressources du Fonds Monétaire International (FMI), et d’un décaissement de 52 millions de dollars, au titre de l’accord de Facilité élargie de crédit (FEC).

Ces deux décisions sont les principaux résultats de la cinquième revue du programme du FEC, qui s’est achevé mercredi dernier, selon un communiqué de presse du Fonds monétaire international (FMI), rendu public hier, jeudi 3 septembre 2020.

Elles interviennent dans le contexte de la pandémie du Covid-19, dont les nombreuses conséquences sur l’économie occasionneront «une contraction de 3,2% du Produit intérieur brut (PIB) en 2020», selon les dernières prévisions du FMI.

Le Conseil d’administration de l’institution financière internationale a également a approuvé pour Nouakchott, une augmentation de l’accès  ses ressources à hauteur «de 20,4 millions de Droits de tirages spéciaux (DTS), soit environ 28,7 millions de dollars, correspondant à 15,7% de la quote-part) pour répondre aux besoins de financements plus élevés que prévus, découlant de la pandémie mondiale du coronavirus (Covid-19).

Cette hausse porte l’accès total au titre du FEC à 136, 16 millions de Droits de tirage spéciaux (DTS), soit environ 193 millions dollars ou 105,7% de la quote-part du pays».

Ce décaissement donnera ainsi «plus d’espace pour les dépenses et de protection sociale» en cette période, explique le document du FMI.

De manière générale, l’institution financière constate que «la pandémie du coronavirus (Covid-19) continue à accabler la Mauritanie sur les plans humain, économique et social. L’activité économique s’est considérablement ralentie et les perspectives se sont dégradées.

Le déficit budgétaire global pourrait se creuser, entraînant des besoins notables de financement de la balance des paiements et du budget. Les perspectives risquent d’être révisées à la baisse, du fait d’une pandémie de plus en plus de grande ampleur dans le monde».

En dépit de ce contexte difficile, le FMI qualifie de «solides» les résultats obtenus dans le cadre du programme appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC). Selon l’institution, «les autorités mènent une politique économique prudente et poursuivent des réformes, malgré quelques retards, en vue d’assurer la stabilité macroéconomique, de promouvoir une reprise inclusive et de réduire les inégalités et la pauvreté. Il est essentiel de continuer à donner la priorité aux dépenses de santé, un appui ciblé aux ménages et aux secteurs économiques les plus vulnérables».

Les concours financiers du FMI et la communauté internationale aideront la Mauritanie à faire face, de manière efficace, aux effets du Covid-19, estime l’institution.

Cependant «un appui extérieur supplémentaire sera requis en vue de combler les besoins de financements prospectifs pour l’année prochaine».

Au début du mois d’avril dernier, le Conseil d’Administration de la Banque Mondiale (BM) avait approuvé un don de 5,2 de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) afin de soutenir la riposte Covid-19 en Mauritanie.

La même institution, toujours via l’Association internationale de développement (IDA), a octroyé un don de 70 millions de dollars, début août, pour aider Nouakchott «à faire face aux conséquences de la pandémie du coronavirus (Covid-19), en perspective d’une chute du Produit intérieur brut (PIB) qui devrait atteindre un chiffre compris entre -2 et -6,8% en 2020».

Par notre correspondant à Nouakchott

Le360 Afrique