Categories
International

Sahara Occidental : La MINURSO a démissionné de ses fonctions (Ignacio Cembrero)

« Il y avait des inquiétudes au Maroc avec le gouvernement de coalition, cela s’est déjà estompé »

« Tout cela était pacifique jusqu’à l’intervention marocaine pour démanteler le camp, dans les forces marocaines il y avait 11 morts », se souvient Cembrero.

« Ces dernières années, plus de 300 observateurs, journalistes, travailleurs humanitaires ou parlementaires ont été expulsés par le Maroc des territoires occupés du Sahara occidental », Hassanna Aalia

Deuxième session de «Le conflit sahraoui aujourd’hui. L’Europe face à la décolonisation en cours  » organisée avec le GUE / NGL

Deuxième session de la conférence Le conflit sahraoui aujourd’hui. L’Europe avant la décolonisation en cours organisée par la quatrième puissance et le groupe parlementaire européen GUE / NGL. A cette occasion, et à l’occasion du dixième anniversaire du camp de Gdeim Izik, une manifestation qui a mobilisé des dizaines de milliers de sahraouis dans les territoires occupés par le Maroc, le journaliste Ignacio Cembrero, la militante sahraouie Hassanna Aalia et la militante Canarienne Silvia García. Trois personnes qui, sous des angles différents, ont participé à cette mobilisation massive. En outre, l’événement en ligne a été présenté par l’eurodéputé Miguel Urbán et animé par le journaliste de ce journal, Miguel Muñoz.

Aalia s’est retournée pour se rappeler comment «à Gdeim Izik nous avons réussi à vivre 28 jours en liberté dans les territoires occupés», une aspiration difficile dans cette zone militairement occupée par le régime marocain. «C’était une manifestation bien organisée, les sahraouis ont organisé de nombreux comités, par zones, qui travaillaient sur les besoins de base», se souvient ce militant, qui a poursuivi: «C’était historique de voir les visages de femmes, de personnes âgées, d’enfants, vivre librement sur ce territoire. Le 24 octobre, l’armée marocaine a assassiné un enfant et il y a eu des arrestations, de nombreux médias ont également été expulsés ».

Cet activiste a également analysé la situation actuelle du peuple sahraoui. Depuis des jours, des dizaines de coupent l’autoroute de Guerguerat, une enclave qui relie le Sahara occidental à la Mauritanie. «Les Sahraouis continuent de protester. Nous allons atteindre la dignité, la liberté et vivre dans la dignité », prévient-il. Et il rappelle à quel point la situation dans les territoires occupés continue d’être grave pour les droits humains de la population sahraouie: « Ces dernières années, plus de 300 observateurs, journalistes, travailleurs humanitaires ou parlementaires ont été expulsés par le Maroc des territoires occupés du Sahara occidental » . Il revendique également « des pressions pour résoudre la situation de 44 prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines » et rappelle qu’à Gdeim Izik il reste « 200 prisonniers politiques en liberté provisoire en attente de jugement ».

De son côté, le journaliste Ignacio Cembrero, qui a rendu compte sur place de la manifestation de Gdeim Izik il y a dix ans, se souvient: «La difficulté de raconter dans mon journal à l’époque, El País, ce qui se passait. Aussi la difficulté d’entrer dans le Sahara et le camp, était une tâche impossible, le Maroc n’a pas émis le document, mais les réseaux sahraouis nous ont aidés à entrer ». Le journaliste a raconté comment il est entré dans le camp: «Dans une voiture, ils m’ont déguisé en sahraoui et une femme obèse s’est assise sur moi pour me cacher. Puis, lorsque nous sommes arrivés au camp, nous avons trouvé la police sahraouie. Dans le camp de dignité, les gens ont parlé librement. « 

A cette époque, la manifestation sahraouie a ouvert les principaux journaux et journaux espagnols: « Elle a eu un écho car elle a fini par prendre en considération dans la presse que c’était important ». « Tout cela était pacifique jusqu’à l’intervention marocaine pour démanteler le camp, dans les forces marocaines il y avait 11 morts », se souvient-il. Après le démantèlement violent du camp par les forces d’occupation, «les affrontements se sont déplacés vers la ville d’El Aaiún», raconte Cembrero, racontant comment «le sale boulot» que les agents marocains n’ont pas fait a été effectué par les colons.

Concernant le moment actuel, le journaliste affirme que le conflit, pour les sahraouis, « a empiré, il n’y a pas eu de mobilisation comme ça, il est très difficile d’y parvenir ». D’autre part, il dénonce que « la MINURSO a démissionné de ses fonctions » et « depuis mai de l’année dernière nous sommes sans envoyé spécial des Nations Unies au Sahara et sans négociation ». Il reconnaît les avancées en matière judiciaire du Front Polisario au cours de ces années, bien que l’Etat espagnol dans ces processus judiciaires ait fait cause commune avec le Maroc, et s’interroge: «Le blocus de l’autoroute Guerguerat, où se trouvent des civils sahraouis soutenus par le Polisario, combien de temps ça va durer? Ce barrage routier fait mal au Maroc, mais bien plus à la Mauritanie ». Et sur la position adoptée par l’actuel gouvernement espagnol, il analyse: «Je pense que cela fait partie des engagements de Podemos de ne pas aborder cette question de la part du gouvernement. Il y avait une certaine inquiétude au Maroc lorsque le gouvernement de coalition a été organisé, cette préoccupation s’est estompée ».

La troisième personne interrogée, la militante Silvia García, était présente au camp il y a dix ans, l’une des rares observatrices internationales présentes. «C’était quelque chose d’assez curieux, les principales chaînes nous ont appelés pour témoigner. C’était une façon pour les médias de se souvenir que c’est un conflit qui existe et que l’Espagne y est pour beaucoup », dit-il. « Je perds quels sont les outils pour pouvoir contribuer à une situation qui persiste encore, j’y ai réfléchi pendant ces dix années », reconnaît García, sur la manière de dénouer le conflit sahraoui. «Des espaces comme celui-ci nous aident, au moins, à ne pas l’oublier», se dit-il.

Source : Cuarto poder, 6 nov 2020 (traduction non officielle) via Maghreb Online