Catégories
A la une

Les polisariens menacent le Maroc. Du déjà vu et entendu !

Les polisariens menacent le Maroc. Du déjà vu et entendu !

Il n’en fallait pas plus, pour que les délurés pantins polisariens ne brandissent, dans un communiqué publié le 09 novembre 2020 et repris pompeusement par l’agence de presse officielle algérienne (APS), la menace de reprendre les armes contre le Maroc et donc de rompre le cessez-le-feu de 1991.

La raison est que, selon leur grossier mensonge, ces terropolisariens déclarent avoir relevé la présence d’un important dispositif de gendarmes et autres forces de sécurité marocains vêtus en civil dans la zone tampon de Guerguerat, entre la Mauritanie et les Provinces sahariennes marocaines.

Or cette zone tampon, partie intégrante du Sahara marocain, est censée être démilitarisée selon l’Accord de cessez-le-feu signé entre le Maroc et la MINURSO en 1991, et cette dernière et le polisario d’un autre côté.

Depuis cette date, les Casques Bleus de la MINURSO sont chargés de la surveillance du respect du cessez-le-feu au Sahara marocainetleur mandat a été prorogé jusqu’au 31 octobre 2021 par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Une résolution qui n’est pas du goût du polisario.

En conséquence, c’est donc bel et bien le polisario qui a violé ses engagements vis-à-vis de la MINURSO en menant des actions hostiles, visant à perturber le trafic commercial, civil et pacifique transitant par le passage d’El Guerguerat. Un trafic autorisé et fortement soutenu par l’ONU, qui a appelé à trois reprises à ne pas l’obstruer, à cause de ses retombées bénéfiques sur le développement de tous les pays de la région.

Quoiqu’il en soit, le Maroc reste militairement vigilant et ignore superbement le charivari des terropolisariens qui multiplient les communiqués qui appellent à la mobilisation et à la guerre. Alger et sa milice polisarienne ont adopté la voie de la surenchère dans l’espoir de provoquer une réaction marocaine.

A remarquer que cette réaction polisarienne enragée et subite est intervenue peu après le discours du Roi Mohammed VI à l’occasion du 45èmeanniversaire de la Marche Verte au cours duquel le Souverain marocain a affirmé que« le Maroc restera ferme sur ses positions et ne se laissera nullement fléchir par les provocations stériles et les manœuvres désespérées des autres parties ».

Ce discours a d’autant plus mis à mal le tandem Algérie-polisario, qu’il a rappelé les nombreux et irréversibles acquis engrangés par le Maroc dans le cadre du raffermissement de son intégrité territoriale : positions constantes de l’ONU et du Conseil de Sécurité en faveur d’une solution politique et réaliste qui conforte la proposition marocaine d’autonomie comme seule solution au conflit factice du Sahara, réalisme de l’Union Africaine où la voix des autres parties est devenue inaudible, parachèvement du tracé des frontières maritimes du Maroc alors que l’ouverture de Consulats se multiplie dans les villes du Sahara marocain, développement soutenu des Provinces du Sud et projet grandiose en cours du port de Dakhla Atlantique.

Que cela soit bien clair, de l’Organisation des Nations-Unies à l’Union Africaine, la finesse de la diplomatie marocaine a fini par avoir raison des agissements malsains et des manœuvres dilatoires des séparatistes du polisario, doux pantins des caciques du pouvoir de la République algérienne.

D’ailleurs, 163 États membres des Nations-Unies ne reconnaissent pas l’entité factice qu’est la RASD, ce qui est révélateur d’un désaveu criant de la communauté internationale.

A ces revers successifs et de plus en plus prononcés, Alger et sa marionnette, désappointés, répondent par la provocation au travers d’incursions répétitives dans la zone tampon de Guerguerat et d’obstructions de la circulation civile et commerciale régulière dans cette zone.

En plus, la sérénité affichée par le Maroc face aux agissements du polisario à El Guerguerat a fait perdre les nerfs aux terropolisariens. Le Maroc observe calmement les gesticulations du tandem de l’Est. D’ailleurs Alger, qui fait face à une crise inédite avec un Président hospitalisé à l’étranger et une vacance du pouvoir, essaie aussi de faire diversion et de rassembler le peuple algérien dans un front commun contre le Maroc.

Les dernières élucubrations d’Alger, par la voix de médias et de commentateurs à leur solde, accusant Rabat d’avoir envoyé des drones israéliens et des travailleurs clandestins mettre le feu au maquis algérien, suite aux récents feux de forêts qui ont touché une douzaine de Wilayas algériennes, participent du même état d’esprit que les communiqués du polisario qui affirment que des gendarmes marocains se débarrassent de leurs uniformes, devant les Casques Bleus, pour se déguiser en civils.

Néanmoins, ce chahut a ce mérite de nous instruire sur le fait qu’Alger et ses clowns de service ont perdu à la fois la bataille politique et celle du terrain. Ils ne leur restent que la propagande pour espérer se faire entendre.

Le polisario roule bel et bien pour un projet funeste de bloquer une intégration régionale avec à la clé un marché communautaire de plus de 100 millions d’habitants et dont la jeunesse aspire à un présent meilleur.

Pis encore, le polisario est devenu le carrefour des réseaux de traite humaine, de trafics en tous genres et de terrorisme menaçant la paix et la stabilité de plusieurs pays tout en faisant un bras d’honneur à une région qui a une culture et une histoire commune, œuvrant dans l’ombre à la séparation en lieu et place de l’union.

Face à l’anxiété et le branle-bas de bruit de bottes algéro-polisarien inaudible, le Maroc demeure impassible et poursuit la voie qu’il a tracée. Inutile même de faire la comparaison car on ne peut comparer l’incomparable. L’un édifie, l’autre détruit.Le Maroc, fidèle à lui-même, ne se départira pas du bon sens et de la sagesse dont il a coutume.

En revanche, c’est avec la dernière vigueur et la plus grande fermeté qu’il s’opposera aux abus cherchant à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité de ses Provinces du Sud», extrait du discours du Roi du Maroc en date du 07 novembre 2020. Un coup de grâce Royal aux velléités obscènes des buses nourris d’une haine viscérale pour le Maroc et les Marocains.

Un conflit nourri par un amoncellement de contrevérités fomentées par le ticket perdant Algérie-polisario qui, pendant des décennies, s’essaie à traficoter l’Histoire. Mais on ne peut tromper tout le monde, tout le temps. A force de raconter des histoires, les ennemis du Maroc voient toutes leurs thèses hostiles à l’intégrité territoriale du Maroc s’effondrer comme un château de cartes.

A rappeler que le Ministre français des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian s’est dit, au nom de la France, le 09 novembre 2020, lors de sa visite officielle au Maroc, préoccupé par les évènements d’El Guerguerat, tout en saluant la responsabilité dont fait preuve le Maroc.

Farid Mnebhi.