Catégories
A la une

Les îles Canaries tirent la sonnette d’alarme avec l’arrivée massive d’immigrants

EFE
L’afflux d’immigrants secourus en mer au quai d’Arguineguín, sur la côte sud-ouest de l’île de Gran Canaria, a dépassé la capacité des autorités de l’archipel à se relocaliser, ce qui exige le soutien du gouvernement espagnol, tandis que les organisations humanitaires internationales dénoncent la violation de leurs droits.


Les îles Canaries, situées dans l’océan Atlantique au large des côtes de l’Afrique, connaissent la plus grave crise migratoire de ces 14 dernières années, alors que l’arrivée irrégulière de personnes par voie maritime en provenance du continent africain se multiplie de mois en mois, plusieurs centaines de personnes ils sont assistés au quotidien et les services de secours, de sécurité, de santé sociale et d’accueil sont débordés.
Avec les dernières arrivées, le nombre d’immigrants pourrait être d’environ 16 000 depuis le début de cette année. Bien que loin des 31 678 qui ont débarqué sur les îles en 2006, l’année 2020 restera déjà dans l’histoire comme la deuxième plus intense pour l’instant en flux migratoires après 2007, date à laquelle 12 478 personnes sont arrivées.
Face à cette situation, le président du gouvernement des îles Canaries, le socialiste Ángel Víctor Torres, a déclaré hier que le gouvernement espagnol annoncerait avant la fin de la semaine un plan pour répondre à cette situation dramatique.
Le flux constant de bateaux arrivant sur les îles rend « impossible » de pouvoir accueillir les immigrants qui arrivent sur elles, a déclaré Torres lors d’une apparition devant les médias.
Jusqu’à présent cette année et jusqu’à mardi, 15 404 immigrés étaient arrivés aux Canaries à bord de 526 bateaux ou cayucos – le nom sous lequel les bateaux précaires dans lesquels ils voyagent sont connus – selon les dernières données officielles.

Ce chiffre multiplie non seulement par six celui de l’année 2019 complète (2698), mais aussi le fait que plus de 9000 arrivées se sont produites depuis le 1er août, ce qui a complètement submergé le réseau.
Le week-end dernier, les îles Canaries ont accueilli 2188 personnes dans 58 bateaux ou cayucos, ce qui constitue un double record: il n’y a pas de précédent dans toute son histoire d’un afflux comme celui-là en seulement 48 heures, ni de record d’une journée comme celle de la Samedi avec 1461 sauvés.
Jusqu’au 29 octobre dernier, l’État espagnol avait accueilli 5748 immigrés aux Canaries, la grande majorité, 4500, dans des complexes touristiques jusqu’à présent fermés en raison de la crise du secteur qui ont été temporairement convertis en abris humanitaires.
Réclamations
L’organisation internationale Human Rights Watch (HRW) a dénoncé hier que les conditions du camp d’immigrants dans le dock d’Arguineguín «ne respectent pas la dignité de ces personnes ou leurs droits fondamentaux» et «ne représentent pas bien l’Espagne».

Dans un rapport publié sur son site internet, HRW reconnaît les efforts et les « bonnes intentions » de ceux qui travaillent dans ce lieu de premier accueil des immigrés, mais souligne que les conditions d’hébergement sont « totalement inadéquates » et rendent impossible le respect des précautions élémentaires contre la Covid-19.
Cette ONG critique non seulement la surpopulation et les conditions insalubres que son représentant a observées dans le dock d’Arguineguín alors qu’il y en avait deux fois moins qu’il y en a actuellement, mais met également en garde contre d’autres violations des droits, qui concernent l’assistance juridique ou des informations sur la droit d’asile.
«L’improvisation d’un camp d’accueil et d’identification sur un quai n’a jamais été une bonne idée, et à l’heure actuelle, le chaos qui y règne représente une réelle menace pour les droits, la santé et la sécurité de ces personnes. Les temps sont durs, mais l’Espagne peut et doit offrir une réponse humaine aux personnes qui atteignent ses côtes », déclare Sunderland, qui demande aux autorités de chercher« rapidement »une alternative.

Dans le document, il rappelle que ce camp était à l’origine mis en place pour héberger environ 400 personnes pendant que leur affiliation était prise et qu’elles étaient testées pour le coronavirus.
Cependant, il en abritait 835 lorsqu’elle l’a visité et en avait plus de 2000 dans ses magasins après les sauvetages le week-end dernier, lorsque les records historiques d’arrivées aux îles Canaries en 48 heures ont été battus.
Entre autres points, il souligne que, selon la loi espagnole, cette période de première rétention des immigrants arrivant irrégulièrement sur la côte ne peut excéder 72 heures, mais à Arguineguín, il y a des gens qui y ont passé jusqu’à deux semaines.
Ils signalent les expulsions
Après plusieurs mois de frontières fermées en raison de la pandémie, l’Espagne a repris hier l’expulsion des immigrés vers la Mauritanie avec l’expulsion de 22 immigrés: 20 du Sénégal, un de Guinée Conakry et un autre de Mauritanie.

L’Espagne a conclu un accord avec la Mauritanie depuis 2003 en vertu duquel ce pays accepte le retour de tout immigrant arrivé aux îles Canaries s’il a quitté ses côtes ou simplement traversé son territoire. Au cours des trois premiers mois de l’année, l’Espagne a ainsi expulsé 162 autres immigrants.
Concernant les expulsions, Amnesty International (AI) a dénoncé hier que les îles Canaries traitent les commandes de retour d’immigrants sauvés de bateaux et de cayucos sans offrir auparavant à ces personnes, parmi lesquelles il pourrait y avoir des réfugiés potentiels, une « assistance juridique adéquate ». .
Dans un communiqué, l’organisation a mis en garde contre cette « grave violation du droit international » qui, selon elle, pourrait avoir lieu sur le quai d’Arguineguín, où près de 2 000 Africains ont passé la nuit.

En plus de souligner que cette pratique enfreint également la loi espagnole sur l’immigration, Amnesty International montre que, par conséquent, « des centaines de personnes pourraient être renvoyées sans avoir la possibilité de demander l’asile ».
Pour cette raison, Amnesty International appelle le gouvernement espagnol à mettre en place «un mécanisme d’urgence et à assurer une prise en charge adéquate de toutes ces personnes afin que leurs droits soient garantis et que les plus vulnérables soient identifiés, y compris les éventuelles victimes de la traite».