Catégories
International

Sahara occidental: les enjeux de la guerre qui reprend après 30 ans en Afrique


L’attaque marocaine du 13 a déclenché des réactions de la part du peuple sahraoui, qui se bat depuis des décennies pour l’autodétermination

« Cette guerre peut durer encore 10, 20 ans. Elle ne se termine qu’avec le référendum et la libération complète des territoires sous occupation marocaine. »

Le pronostic de l’activiste des droits de l’homme Jamaa Baih reflète la méfiance de ceux qui suivent les tentatives de pacifier le conflit entre le Maroc et le Front Polisario depuis des années – un mouvement qui défend l’indépendance du Sahara occidental et l’autodétermination de ses citoyens, les Sahraouis.

Le référendum évoqué par l’activiste est justement une consultation de la population sur l’indépendance du territoire, promise il y a 29 ans. «Le Front Polisario ne fait plus confiance aux Nations Unies et ne mettra plus fin à la guerre tant que ses demandes ne seront pas satisfaites», ajoute Baih, qui fait partie du Collectif sahraoui des défenseurs des droits humains (Codesa).

Indépendant de l’Espagne depuis 1975, le Sahara occidental est en Afrique du Nord, face à l’océan Atlantique, et borde le Maroc au nord, l’Algérie à l’est et la Mauritanie au sud. Depuis 1960, il figure sur la liste des Nations Unies des territoires non autonomes.

Une attaque marocaine contre la région dite du «rift de Guerguerat», dans la partie sud du Sahara occidental, vendredi dernier (13), a rompu l’accord de cessez-le-feu signé entre le Front Polisario et le Maroc en 1991. Aucune réaction ne s’est produite. Attaque des Nations Unies (ONU), les Sahraouis ont déclaré un «état de guerre» et renoué avec la lutte armée après presque 30 ans.

Au moment des attaques, des civils sahraouis ont campé pour protester contre l’occupation marocaine de la région du «rif», considérée par les mouvements indépendantistes comme «un couloir illégal pour piller les richesses». Face à l’inertie de l’ONU, l’Armée de libération du peuple sahraoui (SPLA) a immédiatement riposté contre les attaques et bombardé des bases marocaines. Le nombre de morts et de blessés est encore incertain.

«L’attaque de Guerguerat est stratégique pour le Maroc. Assurer l’occupation pour toujours et l’imposer comme «réalité» peut être l’une des intentions », analyse Mahjoub Hussein Mleiha, qui fait partie du comité administratif de Codesa. «L’analyse ne peut pas non plus ignorer la géopolitique des environs. Le Sahara occidental est une clé de la stabilité dans la région et constitue une autre frontière de l’Algérie à transformer en zone de guerre, après le Mali et la Libye », ajoute-t-il.

Au cours des cinq derniers jours, des affrontements, des agressions et des enlèvements ont été enregistrés le long du soi-disant Mur de la honte, qui s’étend sur 2 700 km, a été construit avec l’aide d’Israël et est gardé par plus de 150 000 soldats marocains. Un enfant de 12 ans a été torturé par la police marocaine.

«Les gens ont peur et veulent une solution pacifique. En fin de compte, les plus grandes victimes sont les civils », se lamente Baih. « Ce sont des gens non armés, dans une zone d’occupation marocaine, qui descendent aujourd’hui pacifiquement dans les rues avec des drapeaux de la République arabe sahraouie démocratique et du Front Polisario parce qu’ils ne veulent pas que leurs enfants continuent de vivre au milieu de tant de violence. »

«La seule chose que le peuple sahraoui souhaite, c’est une opportunité de vivre sur sa terre, en paix. Il faut respecter le droit international et que les Nations Unies et la Croix-Rouge protègent les civils sahraouis dans les territoires occupés », ajoute l’activiste. Baih souligne l’importance stratégique de la région, qui « a été utilisée par l’Espagne et le Maroc pour la pêche et l’exploration du phosphate ».

En ajoutant que les Sahraouis vivant dans les zones sous occupation marocaine, dans les zones «libres» et dans les camps de réfugiés, dans le sud-est de l’Algérie, la population approche les 600 000 habitants.

Historique

Pour Jamaa Baih, l’Espagne est principalement responsable de l’occupation marocaine et du conflit actuel. En 1975, à travers l’Accord de Madrid, le pays européen a cédé l’administration du Sahara Occidental au Maroc et à la Mauritanie. L’accord contredit une opinion de la Cour internationale de justice des Nations Unies.

Le Front Polisario a immédiatement déclaré la guerre à ses voisins. Il a fallu 16 ans et plus de 10000 morts avant le cessez-le-feu, le 6 septembre 1991.

L’une des conditions de la trêve avec le Maroc, négociée par les Nations Unies, était la convocation, l’année suivante, d’un référendum – qui n’a jamais eu lieu.

Violations

Les 30 ans de cessez-le-feu n’ont pas signifié la fin des violations des droits du peuple sahraoui. «Il y a d’innombrables abus», dit Isabel Lourenço, qui représente les familles des prisonniers politiques aux Nations Unies. « Des personnes sont arbitrairement détenues et emmenées dans des prisons au Maroc, ce qui est une violation très claire du droit international et de la Convention de Genève. »

«Dans les territoires occupés, il y a une situation très similaire à celle de l’apartheid, avec l’appauvrissement forcé de la population sahraouie», compare-t-il. «Il y a de la ségrégation dans les écoles. Les enfants sahraouis ne sont pas dans des écoles différentes, comme en Afrique du Sud, mais ils n’ont pas le droit de poser des questions. On les appelle des ânes, des inférieurs, ils entendent dire que leurs mères sont des prostituées et que leurs pays sont des assassins.

Le nombre de détenus «fixes», selon Lourenço, est d’environ 40, mais varie constamment. « Ceux qui avaient les plus longues condamnations appartenaient à un camp qui a été brutalement détruit en 2010, dans lequel ils revendiquaient leurs droits sociaux, économiques et politiques, leur emploi et leur logement ».

«Il y a eu des centaines d’arrestations, de tortures. Certains sont restés trois ans sans aucun procès, et ceux-ci ont été condamnés par un tribunal militaire, 20 ans à la réclusion à perpétuité, accusés d’avoir attaqué les autorités marocaines, sans aucune preuve, preuve médico-légale, rien de tel.

Lourenço est le seul observateur qui a assisté aux deux procès des prisonniers politiques, en 2013 et 2017. «Tant dans l’un que dans l’autre, les marques de torture des accusés étaient visibles. L’un d’eux, même pendant le procès, saignait encore et ses vêtements étaient tous tachés de sang », se souvient-il.

Jamaa Baih, membre de Codesa, explique pourquoi les médias ont du mal à couvrir les conflits au Sahara Occidental: «Les forces militaires de l’occupation sont à l’aéroport de la capitale [El Aiune]. Dans le territoire occupé, les organisations internationales de défense des droits de l’homme ne sont pas autorisées à entrer, les journaux étrangers ne sont pas autorisés à observer la situation », dénonce-t-il.

Au Brésil

Itamaraty a pris position mercredi (18) sur les récents affrontements au Sahara occidental. La note ne mentionne pas les attaques marocaines du 13, mais appelle au respect du cessez-le-feu de 1991.

«Dans l’intérêt de la paix et de la prospérité dans la région, le Brésil espère que le trafic et les flux commerciaux dans le col de Guerguerat seront assurés sans entraves. En réitérant son soutien au processus en cours au sein des Nations Unies en vue d’une solution juste et mutuellement acceptable pour déterminer le statut final du territoire du Sahara occidental, le Gouvernement brésilien rejette le recours à la violence et appelle au respect de la cessez-le-feu en vigueur depuis 1991 », indique le texte.

Créée il y a deux ans, l’Association de Solidarité et pour l’Autodétermination du Sahara Occidental (ASAHARA) prévoit d’organiser des manifestations devant l’ambassade du Maroc dans les prochains jours. «Nous allons promouvoir des actions publiques, des expressions de solidarité, pour briser le manque de connaissances sur le sujet», explique l’ancienne députée Maria José Conceição, présidente de l’Association.

Conceição a rencontré mardi soir (17) l’ambassadeur du Front Polisario pour le Brésil, Emboirik Ahmed, et a reçu des informations en temps réel sur les conflits. L’ancien député salue les manifestations publiques des autorités de Namibie, du Zimbabwe et d’Algérie, en soutien à la cause sahraouie, et rappelle qu’il existe déjà des mouvements de troupes algériennes, alliées du Front Polisario dans la région.

« Le Front Polisario ne se retirera pas de sa position », ajoute-t-il.

Mahjoub Hussein Mleiha souligne que la résolution des conflits ne dépend pas uniquement du peuple Saauarí. «La tenue d’un référendum libre et équitable permettant au peuple saauarien d’exercer son droit à l’autodétermination est le seul pont pacifique pour une décolonisation pacifique au Sahara occidental», réaffirme-t-il.

«La communauté internationale doit agir pour que cela soit mis en œuvre. L’ONU, l’Union africaine et l’Union européenne sont toutes des parties intéressées qui doivent agir immédiatement pour mettre fin à l’occupation marocaine », conclut l’activiste.

Édition: Rodrigo Chagas

Daniel Giovanaz – 19 novembre 2020 à 09:07
Brasil de Fato -Florianópolis (SC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.