Catégories
International

L’Espagne réactive les rapatriements vers la Mauritanie et le Maroc

Le gouvernement espagnol réactive les rapatriements vers la Mauritanie et le Maroc.
Plusieurs observateurs espèrent que le voyage du ministre de l’Intérieur, Grande Marlaska, les accélérera.

Le Gouvernement a réactivé, après un arrêt dû à la pandémie, le rapatriement des immigrés clandestins des îles Canaries vers la Mauritanie et le Maroc, bien que dans ce cas il ait été très limité par les restrictions de mobilité contre Covid-19.

Des sources diplomatiques ont reconnu que la coopération avec le Maroc dans ce domaine pouvait encore être améliorée et elles espèrent que la visite du ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, qui se trouve à Rabat depuis hier vendredi, contribuera à réactiver cette coopération dans les prochaines années. jours.
Avec la Mauritanie, en revanche, il y a plus de rapatriements et à un rythme plus élevé. Les sources, qui n’ont pas fourni plus de détails, ont insisté sur le fait que cette «diplomatie du retour» est une question très sensible également pour les pays qui accueillent des rapatriés et sensibles à leurs opinions publiques.

Troisièmement, le gouvernement s’emploie à activer les rapatriements avec l’Algérie, qui est à l’origine de la grande majorité des arrivées en Espagne via la Méditerranée.

Jusqu’à présent, en 2020, au 15 novembre, 33 946 personnes étaient arrivées en Espagne, soit environ 57% de toutes les arrivées irrégulières dans l’UE. Un peu moins de la moitié de ces arrivées, soit 16 760, sont allées aux îles Canaries.

Les sources consultées ont insisté ce vendredi sur le fait que la gestion des migrations, avec désormais l’accent sur les îles Canaries, est une tâche dans laquelle l’ensemble du gouvernement est coordonné, et en particulier les quatre ministères les plus concernés: Intérieur, Affaires étrangères, Inclusion et Politique. Territorial.

En outre, l’agence européenne des frontières, Frontex, a envoyé deux équipes à Gran Canaria pour aider aux tâches d’identification et de traitement des demandes, soit un total de sept personnes, selon des sources de l’agence.

Laisser un commentaire