Catégories
Culture

« L’Espagne a promis aux Sahraouis leur indépendance »

Ana Martínez – dimanche 22 novembre 2020- latribunadealbacet
« Les Sahraouis sont partis avec ce qu’ils portaient vers un désert, en route vers nulle part et au milieu de nulle part »

Elle a étudié l’art dramatique parce qu’elle voulait être actrice. Ce qu’il n’a pas eu l’intuition, c’est l’engouement qu’il allait ressentir pour le peuple sahraoui une fois qu’il aurait mis les pieds dans les camps de réfugiés de Tindouf, pour produire le clip vidéo Haiyu, de La ChicaCharcos.

Tel était l’amour intérieur qui naît en elle que María Morote Pérez, artistiquement connue sous le nom de María Porcel, a créé l’Association L’huria de Albacete pour lutter pour la liberté du peuple sahraoui, activisme qu’elle combine en tant que membre actif de l’AE! Théâtre, avec un cours sur la communication de tranchée du groupe d’action communautaire et la diffusion de causes justes dans les médias nationaux.
Comment votre relation avec le peuple sahraoui a-t-elle commencé?
Bien que j’ai déjà entendu parler du peuple sahraoui depuis que je suis enfant, mon contact direct est né d’une visite dans les camps de réfugiés. Quand j’ai voulu réaliser que j’étais amoureuse, parce que le peuple sahraoui est comme ça, il a ce don, si vous passez sans armure ça vous change et finit par vous faire tomber amoureux, vous allez croire que vous allez leur donner quelque chose, mais ce sont eux qui vous donnent . La vie, ils vous donnent la vie. Si vous êtes une personne qui se laisse pénétrer, il y a quelque chose avec lequel vous fermez les yeux la nuit, ce qui vous fait les ouvrir le matin et ce qui vous fait même rêver, et c’est le peuple sahraoui, car quand on se laisse faire , les mots justice et liberté prennent un autre sens que nous ne pouvons ni atteindre ni découvrir ici.
Quelles sont les conditions de ces personnes dans les camps de réfugiés?
Ce sont des conditions d’extrême nécessité et de dépendance totale et absolue à l’aide humanitaire. Ils sont très différents des images entre plastiques et toiles que l’on voit dans les camps de réfugiés plus modernes qui émergent ces dernières années en Europe. Les Sahraouis sont repartis avec ce qu’ils portaient vers un désert, en route vers nulle part et au milieu de nulle part. Les femmes ont enlevé la melfha, le tissu avec lequel elles couvrent leurs corps, pour construire des khaimas improvisées pour protéger leurs enfants du désert rude, du sirocco et d’un soleil brûlant. Les Sahraouis ont fui les bombardements au napalm et au phosphore blanc, ils ont laissé derrière eux leurs terres, leurs biens et une partie de leurs familles et ont cru qu’ils reviendraient le lendemain. Pourtant, malgré ces conditions de dépendance, ils se surpassent et avec un sourire et une hospitalité que je n’ai jamais expérimentés auparavant, ils vous font sentir comme un de plus … Au milieu de nulle part et sans rien ils vous font aimer cet endroit.
Avec quelle philosophie l’Association L’huria Albacete est-elle née?
La philosophie est culturelle. Lorsque nous voyageons là-bas, nous découvrons l’importance de leur culture orale, histoires, chansons, légendes, poésie … Tout se transmet de génération en génération à travers la voix et la parole. Ils disent: « Chaque fois qu’un vieil homme meurt, une partie de notre culture meurt », parce que dans la mémoire des générations plus âgées, ils sont encore vivants, les histoires des nomades perdurent, quand leurs pieds ont touché la mer de leur terre et le climat dévastateur du désert profond n’a pas effacé l’espoir et l’illusion. Un autre objectif de L’huria est d’être une voix, une plateforme de diffusion de la parole. Nous ne pouvons oublier que la situation du peuple sahraoui est celle qui est due au silence et à l’abandon de la communauté internationale et c’est pourquoi nous voulons nous faire entendre. Des programmes tels que Vacations in Peace et la caravane de solidarité nous semblent importants, mais si nous nous concentrons uniquement sur cela, nous oublions que le combat est de les aider à regagner leur terre.
Et comment l’association va-t-elle le faire, jusqu’où veut-elle aller?
L’objectif est de voir un Sahara libre et indépendant, à travers la diffusion, être cet espace et lieu pour raconter, transmettre et faire connaître sa réalité. Pour nous aujourd’hui, il est plus utile pour trois jeunes scouts de s’intéresser à ce qui se passe au Sahara Occidental que d’envoyer des colis de riz, car notre objectif est de mettre fin à cette situation d’injustice et d’abandon. Si nous pouvons tirer quelque chose de bien de ce combat, c’est l’union entre associations, groupes, personnes, etc. Ce n’est pas un combat d’ego, c’est un combat commun pour atteindre un objectif très grand, ambitieux, mais possible, car il y a beaucoup de mains et de voix que nous essayons d’atteindre.
Le 14 novembre, 45 ans se sont écoulés depuis les accords tripartites entre l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie. Pour contextualiser, que s’est-il passé ce 14 novembre 1975?

Ce 14 novembre, l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie se sont assis et, a dit d’une manière familière et pour que tout le monde me comprenne, l’Espagne leur a dit: «Regardez, je vous laisse ce morceau du gâteau que j’avais dans la répartition des colonies, faites avec lui ce que tu veux, je m’en fiche. Mais sans que personne ne le sache, le propriétaire dudit gâteau est toujours l’Espagne. C’est la puissance administrant du dernier territoire en attente de décolonisation en Afrique. Ces accords ont été signés en violation de nombreuses lois internationales, sous le capot et de manière lâche et subtile. L’Espagne a promis aux sahraouis qu’elle leur donnerait leur indépendance, mais a littéralement ouvert les portes à l’occupant marocain, laissant l’invasion dans la marche verte désastreuse – ou comme les sahraouis préfèrent l’appeler marche noire – se perpétrer, ignorant les appels à l’aide. et la liberté de la population sahraouie. Il convient de rappeler que des tribunaux tels que la Cour nationale espagnole ont qualifié les attaques systématiques contre la population civile sahraouie de génocide, mais cela ne semble pas avoir été suffisant pour que les différents gouvernements qui sont passés par l’Espagne aient décidé de faire quelque chose. À son tour, la résolution 1514 n’a jamais été respectée ni appliquée, même si c’est l’ONU elle-même qui l’a publiée. Elle établit le droit des peuples coloniaux à disposer d’eux-mêmes de leur condition politique et de poursuivre librement leur développement économique, social et culturel; en même temps, il établit l’obligation de respecter l’intégrité territoriale de ces peuples et de transférer immédiatement les pouvoirs aux peuples de ces territoires.
Pourquoi 45 ans plus tard, tout n’est pas résolu? Quels sont les intérêts pour que le référendum d’autodétermination n’ait pas lieu?
Deux facteurs se rejoignent, premièrement, cela n’intéresse ni économiquement ni politiquement. Le Sahara occidental est un territoire riche en ressources naturelles: poulpe, sardines, tomates, sable, minéraux et phosphates. Plus de 50% de la production de poulpe de la planète provient du Sahara Occidental et bien que l’étiquette indique une origine marocaine, elle est sahraouie, mais ils ne l’indiqueront jamais. En fin de compte, tout cela revient au chantage et aux transactions économiques et capitalistes qui font bouger le monde. Le deuxième facteur est que les Sahraouis ne sont pas du tout dans les médias et je suis désolé de le dire. Ce sont des réfugiés dans une partie du désert algérien où ils ne dérangent pas, ils ne dérangent pas, ils ne sont en route nulle part, même pas au milieu d’une grande ville européenne, ils sont éternellement oubliés. De plus, comme c’est un peuple pacifiste qui ne dérange pas, qui ne pose pas de bombes mais de drapeaux, personne ne se retourne pour regarder où il se trouve. Ce sont les activités commerciales qui perpétuent l’occupation, car de nombreuses sociétés transnationales, ainsi que des gouvernements du monde entier, bénéficient de ce pillage. Tant que l’occupant continuera de compter sur ces appuis économiques et gouvernementaux, l’occupation continuera de se perpétuer.
Comprenez-vous la déclaration de l’état de guerre par le Front Polisario?
C’est une chose à comprendre et une autre à partager. J’ai toujours été et je serai un pacifiste, non seulement parce que prendre la vie me semble un acte terrible, mais parce que je pense toujours que ceux qui vont défendre une cause avec des balles en avant sont innocents, mais maintenant j’ai découvert une autre dimension qui va plus loin et c’est mettre une voix, des yeux, une histoire, des visages, le son de leurs rires, leurs rêves … A ce stade je dois dire que ton âme se brise et se brise en morceaux, car ils sont innocents Ils ont été victimes et continueront de l’être. Beaucoup sont nés réfugiés et maintenant ils doivent se battre parce que personne, moi y compris, n’a fait quelque chose ou assez. Les êtres humains ne peuvent pas être aussi subjugués, car la condition humaine elle-même est la liberté.
Comment et dans quelle mesure affecte-t-il l’Espagne, compte tenu des relations fondamentalement sociales et familiales qui existent avec le peuple sahraoui?

Sur le plan administratif, économique ou moral, il ne l’affecte pas, car il ne l’a pas affecté pendant ces 45 années depuis sa vente et son abandon ou depuis les 29 qui se sont écoulés depuis la signature du cessez-le-feu. Et dans cette Espagne, j’inclus la politique et la population qui ne sait pas ou ne veut pas savoir. Mais il y a une partie de la population qui est dévastée, qui ne dort pas, qui écrit à toute heure, crie, pleure de rage, fait des appels, des manifestations, mais surtout elle se demande si nous aurions dû faire plus, car cela n’aurait pas dû arriver . C’est dans la morale, dans l’éthique et dans l’âme de cette partie de la population que bat la dignité, la lutte et la résistance que le peuple sahraoui nous a stoïquement appris pendant toutes ces années, donc maintenant plus que jamais essayez de soutenir, mais surtout de combattre.
Quelle serait la solution?
C’est compliqué, car plus un problème n’est pas résolu, plus il devient enkysté et la boule devient si grosse qu’il est difficile de trouver comment la défaire. Je ne sais pas très bien dans quel ordre le lister, mais le premier, sans aucun doute, c’est la liberté et l’autodétermination du peuple sahraoui. Ils doivent et doivent rendre leurs terres, tant les réfugiés que ceux de la diaspora, mais ils doivent retourner dans une terre en paix, où la torture, les violations des droits de l’homme et les disparitions ne sont pas à l’ordre du jour. Pour cela, le gouvernement de la République Arabe Sahraouie Démocratique doit être autorisé à avoir le contrôle du territoire, car cette terre est, a été et finira par appartenir aux Sahraouis. Je ne pense pas que expulser des générations de Marocains qui sont nés là-bas fait partie de la solution, car je ne pense pas non plus que les Sahraouis ont fait cela à quiconque leur a fait ça, mais ils reconnaissent la souveraineté de la RASD et la mettent en pratique. Enfin et surtout, il procéderait à des procès de guerre, car si l’ONU était créée après un génocide comme celui de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale pour que cela ne se reproduise plus, que fait-elle maintenant? Il y a même une mission spéciale des Nations Unies pour tenir un référendum qui n’a rien fait pendant ces 29 années, ni un référendum ni pour maintenir la paix. C’est pourquoi elle procéderait à des procès, comme ceux de Nuremberg, car il y a des noms, des visages et des identités de véritables machines à torturer, des viols de femmes et des meurtres parmi les forces armées de l’armée marocaine, qui ont agi en toute impunité et à plusieurs reprises et sans avoir été jugées pendant ces presque 45 ans.

Que peuvent faire les Espagnols depuis leurs localités?
Surtout, unissez-vous, diffusez, participez à la collecte de signatures, assistez à des rassemblements, partagez des publications qui parlent de ce qui se passe, donnez de l’espace pour raconter ce qui se passe. Mais surtout crier, parler, raconter, répandre, proclamer, manifester, s’unir, écrire, ne pas avoir peur, résister, persister et se battre, se battre sans s’arrêter, comme ils nous l’ont appris … Nous leur devons, sans perdre de vue l’horizon, et toujours plus près, les mots: dignité, justice, paix et liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.