A l’adresse du Président, Mohamed Cheickh Mohamed Ahmed Cheickh El – Ghazouani

81935664 958357738
81935664 958357738

Monsieur le Président, Mohamed Cheickh Mohamed Ahmed Cheickh El – Ghazouani voilà bientôt presque dix huit mois que vous êtes aux commandes de notre patrie la République Islamique de Mauritanie. Beaucoup de choses se sont passées, les premiers actes que vous avez posés sont louables quand vous voulez unir tout le peuple Mauritanien miser sur cette espoir. Notre espoir était que vous n’allez pas faire comme vos prédécesseurs qui après quelques temps au pouvoir ont changé et ont commencé à tromper le peuple…

Je sais, le chemin que vous avez empruntez est parsemé d’embûches et d’obstacles… Je sais aussi que si vous et votre gouvernement montrez l’exemple en agissant avec justice et droiture, en marchant dans l’humilité, le peuple suivra votre exemple et délaissera les mauvaises habitudes et les vices qu’il a acquis ces soixante dernières années. S’il vous plaît Monsieur le Président, laissez-vous instruire par l’expérience de ceux qui vous ont précédé et que cela vous serve d’exemple à ne pas suivre donc c’est maintenant qu’il faut rectifier le tir, avant que ça soit trop tard . Ouvrez les yeux monsieur le président, le monde entier vous regarde aujourd’hui en cette fin d’année..Pourquoi est-il si important pour notre peuple tout entier de commémorer les événements de 1989 qui était traumatique en même temps ? Parce qu’il s’agit, justement, de s’instituer, de se ré-instituer à chaque fois, comme peuple, comme une nation.Il est difficile de parler de la fête de l’indépendance ou de la commémoration en général, car la commémoration est une forme symbolique souple, qui vient de très loin, qui n’est pas universelle ; par ailleurs, dans l’histoire de notre civilisation, elle a supporté des fonctions sensiblement différentes selon les sociétés.J’insiste sur la commémoration, nous nous installons dans une temporalité qui n’est plus, ou plus seulement la réaffirmation de l’origine maintenue dans le présent, mais son dépassement dans une trajectoire orientée ; dans un temps progressif, où nous tirons de l’expérience du passé des convictions et un idéal, une promesse et une mission, un élan pour l’avenir, une orientation de l’action vers une fin.

Dans cette démarche on convoque le souvenir des morts, pour dire aux vivants : rien ne vaut la vie, mais certains sacrifices nous disent ce qui vaut la peine de mettre la vie en jeu. Et ce faisant, la mémoire donne à la vie collective sa boussole.Ouvrez l’espoir d’une amélioration rapide de la situation des populations victimes et surtout remédié tés rapidement aux problèmes de l’enrôlement de la population qui pose un réel problème de cohésion sociale et d’unité à toute une frange de nos compatriotes. En bref regard panoramique sur les derniers développements de la situation politique, économique, sociale et morale, révèle que notre pays est traversé par une crise multidimensionnelle. Ni les interdictions répétées , ni la corruption à grande échelle dans les milieux dirigeants , ni les bruits de botte qu’on entend ici et là, ni les complots imaginaires, ni les procès fabriqués, ne sauraient constituer des solutions à la crise actuelle de notre pays.La notion de mémoire collective est très importante, notamment au sens de l’histoire de peuple, de notre patrie la Mauritanie.

Chers compatriotes je demande solennellement au président Mohamed Cheickh Ould Ghazouani de soutenir chaque personne concerné par l’événement de 1989 le concernant et de l’accompagner dans sa douleur, dans le rituel du processus du deuil, le deuil collectif.C’est une référence au passé, un rappel de la dette à l’égard des morts, une exhortation à se souvenir, un vœu de fidélité… mais en fait il s’agit bien plus de l’avenir que du passé.L’enjeu est de nous raconter à nous-mêmes ce qui nous importe, et de favoriser, par l’émotion produite, quelque chose comme un engagement solennel et partagé. La commémoration joue avant tout sur l’émotion, le sentiment de partage et d’adhésion, c’est sa fonction propre de créer de la communauté, de lier des affects et des significations. Or, là où il n’y a que de la commémoration, là où la recherche, l’enseignement de l’histoire, la production savante sont absorbés par la commémoration monsieur le Président L’importance d’un souvenir à préserver, façon de lutter contre l’oubli, le drame de 1989 ! Le souvenir des générations mauritanienne suivantes, façon de montrer la lutte contre l’ensemble des drames et d’écrire autrement l’histoire de la Mauritanie de demain ! Monsieur le Président, notre nation et notre peuple sont dans un tel état qu’il faut plus qu’une volonté politique pour sa reconstruction. A mon humble avis, nous avons tous besoin d’un sursaut patriotique. Je sais que dans notre pays se trouvent des hommes et des femmes de qualité, des hommes et des femmes intègres mais malheureusement ils n’ont pas été souvent sollicités. Des hommes et des femmes qui ont pour « VOCATION » de servir le pays et le peuple Mauritanien. Ma prière ce vendredi c’est que ça soit à ces hommes que vous faites appel. Je prie que ces personnes qui ont cette vocation de servir se mobilisent pour créer une dynamique afin de motiver le peuple. Nous devons tous devenir des acteurs afin de permette à notre peuple et à notre nation de ne pas frôler le chaos et éviter c’est qui est la guerre civils.Monsieur le Président, pour qu’il y ait un climat de confiance et de sérénité, il vous faut privilégier le dialogue et la concertation. Le pardon et la réconciliation doivent être incarnés par chaque Mauritanien que nous sommes.Ce pays a tant souffert, Monsieur le Président, aujourd’hui nous pouvons nous, ses enfants, lui donner la possibilité de se relever… La réconciliation et le pardon c’est ce dont nous avons besoin. Je suis convaincue que c’est ce qui permettra à tous les Mauritaniens sans distinctions de se réconcilier les uns les autres. Vous savez Monsieur le Président, nous avons longtemps laissé, la haine, la rancune, le mensonge, la manipulation, la corruption et l’esprit de vengeance dominer dans notre pays… Aujourd’hui, nous avons la possibilité d’écrire l’Histoire. Vous êtes à la tête de notre pays. Qu’allez-vous faire ? Allez-vous suivre les traces de ceux qui vous ont précédé ?Monsieur le Président, souvenez-vous de ceci, en tant que Chef de l’Etat, vous avez des droits mais aussi des devoirs. Ceux qui vous ont précédé à un moment de leur parcours ont oublié cela, ils ont même bafoué le droit du peuple, et cela a été le début du dérapage. Je sais, ce n’est pas évident pour un homme de bonne foi de gouverner un pays où la jalousie, la haine, l’hypocrisie, la corruption, l’orgueil, le vol toutes ces choses que nous connaissons dans notre pays. Dans l’année de la sécheresse, il n’a point de crainte. Et il ne cesse de porter du fruit. Que cette parole soit gravée dans votre cœur afin que vous marchiez dans l’humilité et aussi dans la crainte car c’est en faisant cela que monsieur le président que marchera. Notre pays a eu la grâce et le privilège d’organiser le Dialogue National ; de ce dialogue sont sortis des ACTES DU DIALOGUE qui si, on l’applique va permettre à notre nation et à notre peuple de relever la tête. J’espère que vous et votre gouvernement n’allez pas piétiner ce que le peuple Mauritanien a accouché dans la douleur… C’est pourquoi, je vous exhorte à mon humble avis à considérer ces choses et à faire de votre mieux pour que ce nous avons acquis lors de « tentatives » ce dialogue national de réconciliation ne reste pas lettre morte… Monsieur le président, vous avez l’opportunité de faire entrer notre nation et notre peuple dans le Repos et de permettre au peuple Mauritanien de bâtir à nouveau sur un solide fondement de pardon et de réconciliation.phase de colère comme aujourd’hui pour des centaines et plus de veuves, d’orphelins ,de frères et sœurs : ces personnes expriment leurs révoltes face à ce qui leurs à été imposé : « Pourquoi ? ». Elles peuvent où ils peuvent -être agressive face à l’entourage en cherchant les responsables à leurs malheurs. Il est donc important de laisser cette colère s’exprimer pacifiquement et dans la douceur ! Monsieur le président vous devez accompagner chaque compatriote ou ces personnes endeuillées, c’est prendre en charge selon quatre quadrants : le physique, l’émotionnel, l’intellectuel et le spirituel. Ainsi, il est d’abord nécessaire de soulager la souffrance psychique, puis les peines affectives avant de mettre en place l’accompagnement spirituel d’ Allah Swt. L’énergie supprime le découragement et laisse place à la confiance et l’espoir ;déni : c’est le refus de croire à la difficile réalité ;dénégation ou connaître la réalité mais la rejeter car elle est inacceptable ;déplacement : c’est transférer son angoisse sur quelqu’un .Le deuil doit être respecter monsieur le Président.Le deuil doit être « National »Un deuil national est une journée dont votre gouvernement décide officiellement qu’elle sera marquée, durant les activités de la population, par le deuil et la mémoire de plusieurs morts auprès de l’opinion publique de ce pays : des personnes ayant accompli des actes reconnus comme les victimes d’un acte de barbarie , etc. Un instant de recueillement doit être convoqué ce 28 Novembre 2020.Pour notre cohésion sociale et pour l’unité nationale de toutes les composantes de notre patrie.Ces commémorations (drapeaux en berne, minutes de silence, etc.) peuvent être accompagnées de demande de pardon et une grande prière a la grande mosquée de Nouakchott pour unir tous les Mauritaniennes, et Mauritaniens a se rapprocher comme des frères et chacun demande le pardon pour repartir sur des bases saines. Je prie pour que vous vous serviez des exemples du passées pour vous aider et vous encourager à être lucide et juste dans la gérance de la nation, je prie que Dieu vous accorde la sagesse et le discernement pour savoir quoi faire et comment faire. Je prie pour que vous et votre gouvernement incarniez par vos vies la réconciliation, le pardon, l’amour de la nation et le changement. Que vos actes, vos actions, vos paroles témoignent de cela. Je prie que vous ne vous laissiez pas tromper ni asservir par votre entourage mais que vous sachiez discerner les bons conseillers et ceux qui ont vraiment l’amour pour notre nation et le peuple. Qu’il vous donne de trouver des conseillers sages et responsables qui ne regardent pas à leurs propres intérêts mais qui voient l’intérêt de la nation Mauritanienne tout entière et surtout qui ont pour objectif de servir la nation ET NON SE SERVIR EUX MËMES ; des hommes et des femmes qui ont pour vocation la transformation de notre nation.Monsieur le Président, s’il vous plaît, choisissez d’écrire l’histoire. L’opportunité vous est donnée pour ré’ écrire l’histoire. Aidez-nous à entrer dans notre destinée. Que ces paroles vous aident et vous encouragent à réfléchir et à prendre la bonne décision. Surtout pour revenir sur le problème du recensement de tous les Mauritaniens qui en ce moment ne trouve pas de solutions pour retrouver leurs dignités et leurs vies.Qu’ Allah soubehanenou wataalah vous accorde tout ce dont vous avez besoin . Que sa grâce, sa paix et son amour soient votre partage.Mais ouvrez les yeux pour que vous l’emportiez au paradis son excellence Monsieur le président avec tous mon respect de compatriote.

Abdoulaziz DEME Paris le 13 Novembre 2020