);

Mauvaise gestion, idéologisation ou politisation à outrance du secteur de la santé, concurrence déloyale public-privé, faible utilisation des ressources humaines, corruption, impunité, répartition déséquilibrée des ressources, insuffisance du plateau technique et absence de mérite créent de véritables obstacles auxquels des réponses urgentes doivent être apportées.
Face à ce sombre tableau, il urge de mettre sur pied une commission technique dont la mission consiste à trouver une solution aux différents problèmes relevés. 
Des actions sont prioritaires pour faciliter l’accès aux soins de qualité, l’amélioration du plateau technique, la construction de nouveaux hôpitaux et les évacuations sanitaires lesquelles constituent le goulet d’étranglement du pavillon ultrasensible de la santé. 
Pour y parvenir, il y a nécessité de construire un hôpital international en Mauritanie qui serait en mesure de soigner toute la population et de façon à ce que même le riche puisse se faire soigner chez-nous sans voyager.

Les raisons qui justifient cet hôpital sont multiples. D’abord, il y a des malades qui, par inaccessibilité financière à défaut de 4000 MRU décèdent. Pendant ce temps, on dépense quelques part au Maroc ou en France deux ou trois millions MRU pour seulement soulager la douleur de certaines personnes qui souffrent d’une sinusite.
Les autorités sanitaires doivent désormais faire une gestion de rigueur tout en prenant le soin de garantir de meilleurs soins de qualité aux populations.
Le temps où des millions partaient dans les évacuations sanitaires doit donc être révolu si nos formations sanitaires fassent l’effort d’améliorer leur plateau technique pour que le plus grand nombre des malades soit soigné.

A bon entendeur salut !

*Ahmed Ould Bettar, gestionnaire des hôpitaux, journaliste