Ahmed Yahya : « Ma main ne tremblera pas quand il s’agira de défendre le football africain »

df2d1fe 752954575
df2d1fe 752954575

Le Mauritanien, candidat à la présidence de la Confédération africaine de football, affirme vouloir « respecter les plus hauts standards en matière de transparence ».

Propos recueillis par Pierre Lepidi(Nouakchott, Mauritanie, envoyé spécial)

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Le Mauritanien Ahmed Yahya, 44 ans, a décidé en novembre de présenter sa candidature à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF), dont l’élection se tiendra le 12 mars à Rabat. Il sera opposé à l’Ivoirien Jacques Anouma, au milliardaire sud-africain Patrice Motsepe et au Sénégalais Augustin Senghor. Accusé de détournement de fonds, l’ancien président, le Malgache Ahmad Ahmad, a été suspendu par la FIFA.

Patron d’une société de pêche, Ahmed Yahya a 24 ans lorsqu’il crée le FC Nouadhibou, le club de sa ville natale, actuel champion de Mauritanie. Elu en 2011 à la tête de fédération nationale, il lance plusieurs projets pour développer le football dans son pays, dont l’équipe pointe alors à la 190e place du classement FIFA (101e aujourd’hui). Trois ans plus tard, la Mauritanie se qualifie pour le Championnat d’Afrique des nations (CHAN). Et en 2019, les Mourabitounes décrochent leur première participation à la Coupe d’Afrique des nations (CAN).

Pourquoi présentez-vous votre candidature à la tête de la CAF ?


J’ai le football au cœur. Cela fait une vingtaine d’années que je suis dans le milieu. Aujourd’hui, j’estime que j’ai suffisamment d’expérience, de dynamisme et d’engagement pour améliorer le football en Afrique. Rien ne m’a été offert, je me suis battu avec mes équipes pour faire sortir le football mauritanien d’un état léthargique profond. Et c’est cette envie de changer les choses, cette dynamique que je souhaite impulser demain à la tête de la CAF.

« La Coupe d’Asie est trois fois plus rentable que la CAN, ce n’est pas normal. »

Mon envie est de faire rayonner le football africain, rendre les compétitions aussi prestigieuses que celles qui sont organisées par les autres confédérations. Il faut qu’elles soient plus attrayantes, plus rentables, plus transparentes et surtout plus fiables. La Coupe d’Asie est trois fois plus rentable que la CAN, ce qui n’est pas normal. Je ne me résignerai pas à accepter cela.

De quoi souffre la CAF ?


Elle a besoin de vision, de changements profonds. La CAF a le potentiel pour faire aussi bien que les autres confédérations, et même mieux. La FIFA et le cabinet d’audit PwC ont rédigé un ensemble complet de recommandations et je pense qu’une grande majorité d’entre elles devraient être mises en œuvre. Non pas parce que la FIFA ou PwC l’ont dit, mais parce que ce sont des propositions qui vont dans l’intérêt du football africain [PwC, qui a notamment révélé une comptabilité opaque au sein de la CAF et un manque de suivi des paiements aux fédérations, recommande une modification des statuts et préconise que les procédures soient en conformité avec les normes internationales de gouvernance financière].

Comment trouver de nouveaux moyens ?


J’irai les chercher, comme je suis allé les chercher pour la Mauritanie, où, avant mon élection, nous n’avions pas de stade, pas de ressources, pas de conditions de travail. Mais il y a eu une vision, de la volonté, de la bonne gouvernance et de l’ambition pour faire bouger les lignes. En dix ans, les revenus du football mauritanien ont été multipliés par 20. Aujourd’hui, nous avons des infrastructures et un football qui émerge grâce au marketing, au sponsoring ou au numérique, par exemple.

Je souhaite redresser la CAF. Il faudra pour cela une énergie redoublée, mais aussi un esprit collectif, car rien ne se construit durablement dans l’individualisme. Mon projet consiste à multiplier les recettes afin de redistribuer davantage de subventions aux associations membres. Plus celles-ci vont se structurer, plus le football africain va se développer.

De nombreux dirigeants du football mondial ont été accusés de mauvaise gouvernance. Le grand public a le sentiment qu’il règne une forme d’opacité dans les hautes instances. Comment y remédier ?
Il y a aussi des dirigeants, au niveau des fédérations ou des confédérations, qui n’ont jamais connu de problèmes et ne comptent pas leurs heures pour servir le football. Ce que je propose, c’est de séparer les pouvoirs afin que plus aucun doute ne soit permis. Je propose de gérer l’administration de façon indépendante afin de respecter les plus hauts standards en matière de gouvernance.

« La transparence et l’exigence sont les valeurs cardinales qui guident mon action »

L’éthique sera au centre de ma gouvernance. Je placerai toute ma confiance dans les hommes et femmes qui œuvreront pour l’intérêt du football en Afrique. La transparence et l’exigence sont des valeurs cardinales qui ont guidé mon action depuis vingt ans [Ahmed Yahya a été élu meilleur dirigeant africain par la CAF et par la FIFA]. Cela continuera. Ma main ne tremblera pas quand il s’agira de défendre l’intérêt du football africain. Ne comptez cependant pas sur moi pour organiser une chasse aux sorcières.

Lors d’un déplacement en Mauritanie, Gianni Infantino, le président de la FIFA, a cité en exemple le football mauritanien. Avez-vous son soutien ?
Le football mauritanien est le reflet de ce qu’il est possible de faire avec énergie et passion. Mais il faut replacer les choses dans leur contexte. Le football mauritanien a été cité en exemple parce que beaucoup de choses ont été réalisées, grâce notamment aux moyens de la FIFA et à travers son programme « Forward ». En Mauritanie, nous avons été les premiers à demander le financement d’un stade. Cette enceinte a été réalisée dans des délais records et lorsqu’une délégation de la FIFA est venue l’inaugurer, elle a été agréablement surprise. C’est par rapport à cela que Gianni Infantino a fait cette déclaration, cela n’a rien à voir avec un éventuel soutien ! La FIFA est l’instance faîtière du football mondial et elle est à équidistance de tous les candidats. Elle ne me soutient pas plus qu’un autre. Je suis un homme engagé, passionné, mais je suis d’abord un homme libre.

Propos recueillis par Pierre Lepidi(Nouakchott, Mauritanie, envoyé spécial)

Monde Afrique

Publié le
Catégorisé comme Sport