Algérie: l’UMA sans le Maroc, le PJD recadre le chef des islamistes du MSP algérien

Le PJD a réagi, via une lettre ouverte, aux divagations de Abdelaziz Makri, chef de file du parti islamiste algérien Mouvement de la société pour la paix (MSP) suite à ses déclarations concernant l’UMA, le Sahara et les relations avec Israël. Les détails.

Il y a quelques jours, Abdelaziz Makri, président du MSP (le parti islamiste algérien autorisé par le régime militaire), a fait siennes les déclarations de Rached Ghannouchi, le chef du parti tunisien Ennahda, appuyant son appel à une Union du Maghreb Arabe sans le Maroc. La réponse du côté des partis marocains est venu du PJD via une lettre ouverte signée par Mohamed Réda Benkhaldoun, ex-ambassadeur du Royaume en Malaisie et patron de la Commission des relations extérieures au sein de la formation d’El Othmani.

Et, dès le début, Mohamed Réda Benkhaldoun plante le décor concernant le Sahara et rappelle que les déclarations de Abdelaziz Makri vont « à l’encontre de l’union de la Oumma, des intérêts communs et des liens de la fraternité et du bon voisinage ». « Nous vous avions dit que les partis à référentiel islamique ou panarabiste ne peuvent en aucun cas soutenir un mouvement séparatiste que ce soit dans le monde arabe, islamique ou nulle part ailleurs », enchaîne Mohamed Réda Benkhaldoun.

Ce dernier accuse le patron du MSP d’avoir sorti les déclarations de Ghannouchi de leur contexte et d’en avoir même rajouté. Car, si le patron d’Ennahda avait appelé à une UMA restreinte à l’Algérie, la Tunisie et la Libye, Abdelaziz Makri a surenchéri en ajoutant « il a oublié la Mauritanie. Nous appelons à rajouter la Mauritanie, mais non le Maroc qui a introduit les sionistes dans notre région ».

Mohamed Réda Benkhaldoun a rappelé, au sujet du Sahara, que l’option du référendum était dépassée depuis une éternité, pour plusieurs raisons, et que même le Conseil de sécurité de l’ONU n’évoque plus cette option depuis des années.

Une UMA (plus) bancale

« Vous avez déclaré que la normalisation (avec Israël) était une raison pour exclure le Maroc et nous vous demandons à notre tour: qu’avait fait votre parti avant pour relancer l’union maghrébine et pour faire pression, dans ce sens, sur vos gouvernements respectifs? Quelle a été votre contribution pour la réouverture des frontières comme y a appelé le roi du Maroc? » s’interroge le PJD par la voix du dirigeant. Et d’enchaîner: « Cela montre que vous avez un problème avec le Maroc et les dernières évolutions ont démontré que vous vous alignez sur la position officielle du régime algérien ».

Mohamed Réda Benkhaldoune enfonce le clou en rappelant l’expulsion de dizaine de milliers de Marocains d’Algérie en 1975. Quant à la convention de l’UMA (signée à Marrakech en 1989), c’est bien l’Algérie qui en a violé et qui continue à en violer les termes en abritant sur son sol un mouvement séparatiste armé, créé par Houari Boumédiène et Mouammar Kadhafi.

Par Mohammed Boudarham

fr.le360.ma