Apprenez le français pour la santé de votre destin.

Hanefi
Hanefi

Apprenez le français pour la santé de votre destin. En 1988 une jeune touriste française, très riche vint en Iraq. Elle visita tout le pays de l’Est à l’Ouest. Elle était émerveillée par la douceur de la population, la gastronomie, le climat religieux, la philosophie l’art et les lettres.
En quittant le pays, elle laissa la lettre suivante : « Moi Christiane. A, âgée de 21 ans, j’ai beaucoup aimé ce pays, ses habitants, sa philosophie dans la vie etc… je ne sais quand il me sera permis d’y revenir.

Aujourd’hui je laisse dans la présente lettre mon nom et mon téléphone personnel. Je fais serment d’épouser le premier jeune homme qui découvre cette lettre et me joint sur ce numéro. »
Elle plaça la lettre dans une petite boite et l’enterra dans la région de Doulou’iya.
La note resta cinq années dans la terre et un jour un groupe de jeunes sorti en excursion. Leur voiture tomba en panne et ils décidèrent de camper dans cet endroit. Ils étaient heureux insouciants et échangeaient gaiement le bonheur de ce beau printemps quand une lettre arriva. Elle était destinée à l’un d’eux, répondant au nom de Fayssal.
Mauvaise nouvelle, très mauvaise nouvelle sa cousine, qui était en même temps la femme qu’il avait choisie pour partager sa vie, lui apprenait que sa main était demandée par un important personnage et qu’elle allait épouser cet homme.
Défiguré par la tristesse et le désespoir, il errait autours du campement, ayant demandé à ses camarades de le laisser seul pour « digérer » sa peine.
Il avait une brindille de bois dans la main et grattait frénétiquement le sol en un geste mécanique, quand un objet sonna sous le bâtonnet.
C’était la boite de la richissime jeune européenne.
Surpris, il prit la boite l’ouvrit et tira la lettre.
Elle était en français. Il ne pouvait rien comprendre. Il la déchira, la jeta au loin et l’histoire se termina là.
Morale : quand vous fermez les portes de la communication, vous ne pourrez jamais évaluer les dégâts sociaux, politiques, religieux ou culturels ou autres que vous aurez occasionnés.
Traduit de l’arabe de mon cher ami le professeur Abd Al Aziz Al Agha. Le Halabi. Du Bilad Esh-Sham. Un arabe authentiquement authentique.

Mohamed Hanevi

Share and Enjoy !

0Shares
0