Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Attaque de champs pétroliers en Arabie saoudite: l’Iran nie toute implication

 RFI 

Arabie saoudite: fumées sur le champ pétrolier d'Abqaïq exploité par Aramco, après l'attaque du samedi 14 septembre 2019 au matin.
© REUTERS Arabie saoudite: fumées sur le champ pétrolier d’Abqaïq exploité par Aramco, après l’attaque du samedi 14 septembre 2019 au matin.

L’Iran a réfuté ce dimanche 15 septembre les accusations de Washington à propos de l’implication de Téhéran dans l’attaque contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite en les qualifiant d’« insensées » et de « mensongères ».

avec notre correspondant à Jérusalem, Siavosh Ghazi

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a répliqué dans un tweet à son homologue américain. « Mike Pompeo qui a échoué dans sa politique de pression maximale contre l’Iran a maintenant recours au mensonge maximal », écrit Mohammad Javad Zarif. Il ajoute qu’accuser l’Iran ne mettra pas fin à la tragédie du Yémen et que la seule solution est de cesser les attaques contre ce pays et commencer des négociations inter-yéménites.

L’Iran soutient les rebelles Houthis et dénonce les attaques quotidiennes de l’Arabie saoudite et de ses alliés contre le Yémen. Téhéran demande aussi aux pays occidentaux de cesser de livrer des armes à Riyad.

Après ces attaques contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite, la tension a de nouveau monté dans la région entre l’Iran et les Etats-Unis. Le général Amir Ali Hadjizadeh, commandant de la force aéro-spatiale des Gardiens de la révolution, n’a ainsi pas rejeté la possibilité d’une guerre entre l’Iran et les Etats-Unis. Ni l’Iran, ni les Etats-Unis ne veulent la guerre, mais une confrontation involontaire peut aboutir à un conflit ouvert entre les deux pays, a déclaré le général Hadjizadeh.

Il a ajouté toutes les bases et tous les navires américains dans un rayon de 2.000 kilomètres sont sous le contrôle des forces armées iraniennes et seront attaqués en cas de conflit ouvert entre les deux pays.

Print Friendly, PDF & Email