Catégories
A la une

Les partenaires du G5 haussent à 2 milliards d’euros l’aide financière pour la lutte contre le terrorisme

Lors d’une réunion ce jeudi à Nouakchott, en Mauritanie, les partenaires du G5 Sahel se sont plus engagés pour la mise en œuvre de projets de développement destinés à endiguer les violences jihadistes dans cette région du sud du Sahara en portant à 2,4 milliards d’euros leur aide.

Pour plus d’une quarantaine de projets, « les partenaires du G5 Sahel ont fait des annonces de financement pour un montant total de 2,4 milliards d’euros, correspondant à 127 % de l’objectif de mobilisation initial », précise l’organisation régionale dans un communiqué publié à l’issue d’une conférence.

L’UE a ajouté 122 millions d’euros « d’argent frais », portant sa participation à 800 millions d’euros, selon le commissaire à la Coopération internationale et au Développement, Neven Mimica.

Outre son premier engagement de 280 millions d’euros, Paris a également promis une rallonge de 220 millions. « La France (…) investira 500 millions au profit des priorités » du G5 Sahel, a souligné le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. Outre son premier engagement de 280 millions d’euros, Paris a également promis une rallonge de 220 millions. « La France (…) investira 500 millions au profit des priorités » du G5 Sahel, a souligné le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

Pour sa part, l’Arabie saoudite a également annoncé une aide de 100 millions de dollars pour le PIP et de 50 millions de dollars pour la force conjointe antijihadiste du G5 Sahel. Le chef de l’Etat Nigérien Mahamadou Issoufou, président en exercice du G5 Sahel qui s’est réjoui de la décision a affirmé que ces engagements pris par des partenaires couvrent largement les besoins globaux du programme d’investissement prioritaire.

Parmi les projets pour limiter le fléau du terrorisme, les pays concernés envisagent de construire des écoles, des centres de soins, donner l’accès à l’eau.

Ainsi les gouvernements espèrent fidéliser des populations déshéritées susceptibles sinon de céder aux sirènes jihadistes. En prélude à la rencontre de Nouakchott, à laquelle ont pris part la Mauritanie, le Mali, le Tchad, le Burkina Faso et le Niger, les 5 pays concernés, le G5 avait estimé à 1,9 milliard d’euros les fonds nécessaires pour financer son Programme d’Investissements prioritaires (PIP) pour la période2019-2021, qui vise en particulier les régions frontalières où les jihadistes tirent parti des carences des Etats pour s’implanter. Cependant, les cinq pays membres de l’organisation, prendront en leur propre charge 13% des besoins. « La sécurité avait pris le dessus sur le développement au sein du G5 Sahel », relevait récemment une source diplomatique française, en référence à la force conjointe réactivée en 2017. Le président Nigérien a en outre indiqué que leur » souhait, c’est d’asseoir vigoureusement le second pilier stratégique et décisif d’une action commune, le développement économique et social du G5 Sahel », a affirmé M. Issoufou.

lespharaons.africa

Catégories
A la une

Eau-Assainissement : 74 localités bénéficieront d’un projet du G5 Sahel

Ce projet bénéficiera à 60 mille habitants, y compris les personnes déplacées internes et les réfugiés.

Tunis (dpa) – Le Groupe des cinq pays du Sahel africain (G5 Sahel) a lancé, le 30 octobre 2019, un projet d’accès à l’eau et à l’assainissement en faveur de 74 localités au Sud de la Mauritanie.

Ce projet qui bénéficiera à 60 mille habitants, s’inscrit dans la cadre du «Programme d’investissements prioritaires» (PIP) du G5 Sahel. Les 74 localités relèvent de deux Wilayas (provinces) mauritaniennes frontalières avec le Mali, à savoir: «Hodh El Charqui» (Sud) et «Hodh el Gharbi» (Sud-Est).

«Pour le G5 Sahel, les populations de ces zones – y compris les personnes déplacées internes et les réfugiés – font l’objet d’une attention particulière en matière d’investissement en infrastructures», selon un communiqué du G5 Sahel. «Les interventions du PIP veulent améliorer de façon tangible les conditions de vie dans ces zones – en améliorant notamment l’accès à des services de qualité».

«Il contribue directement à la lutte contre la pauvreté, à réduire les inégalités en matière d’accès des populations aux services de base, en améliorant l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, ce qui contribuera à réduire la vulnérabilité aux crises de ces zones». Ce projet qui a bénéficié d’un appui de «l’Agence française de développement» (AFD) sera exécuté par le ministère mauritanien de l’hydraulique et de l’assainissement.

Source: dpa-news.de via kababachir

Catégories
A la une

Munitions volées dans l’armée : L’acheteur arrêté, le cerveau localisé

L’affaire des munitions volées dans la base militaire de Ouakam connait de nouveaux développements. Selon Libération, les autorités mauritaniennes ont arrêté, sur leur territoire, Moustapha A., l’acheteur. Le soldat Bécaye Sankharé, qui serait le cerveau et qui est toujours en fuite, a été localisé.

Les enquêteurs de la Section de Recherches, qui avaient pris le relais de la brigade de gendarmerie de Pire n’ont pas tardé à identifier Moustapha, qui est la personne à qui devait être livrée en Mauritanie les munitions volées. Par on ne sait comment, les gendarmes ont pu avoir une copie de son passeport, utilisé une fois pour entrer au Sénégal, avant de le communiquer aux autorités mauritaniennes.

Cependant, si les autorités ont pu mettre la main sur Moustapha, il reste une personne sur toutes celles impliquées, qui court toujours. Il s’agit de Bécaye Sankharé, le soldat qui serait le cerveau de ce vol minutieusement préparé. Mais selon Libération, son téléphone portable est localisé au Mali.

SeneNews.com

Catégories
A la une

Vol de munitions dans l’armée : Les aveux farfelus des deux convoyeurs

Après les minutions volées à la base militaire de Ouakam, l’armée sénégalaise n’a pas tardé à mettre la main sur deux personnes qui tentaient de convoyer la marchandise en Mauritanie. Interrogés par les enquêteurs, Macky Taal Ndiaye, chauffeur de profession, et Ameth Ndiaye, sont passeés aux aveux.

Lors de leur interrogatoire, ils se sont lavés à grande eau, déclarant qu’on leur a demandé de livrer ces munitions qui devaient être « transformées en ferrailles ». Dans ses propos rapportés par Libération, Macky affirme qu’il a reçu un appel d’Ahmet Ndiaye (le père de son épouse), qui lui a confié des bagages à transporter à Rosso. Mais arrivé à Rufisque, il ouvre les sacs et tombe sur des munitions. Il panique et appelle son beau-père qui lui assure que les munitions ne sont plus utilisées et qu’elles serviraient à faire de la ferraille.

Ainsi, les enquêteurs se tournent sur Ahmet Ndiaye pour savoir d’où il a reçu les munitions. Il déclare alors avoir reçu un appel d’un ami mauritanien qui lui a demandé de transporter la marchandise (les munitions) de Dakar à Rosso, où l’attendait le militaire Bécaye Sangharé. Il décide donc de confier la mission à Macky Taal Ndiaye.

Mais avant que ce dernier n’atteigne la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, il sera arrêté par les forces de l’ordre, qui découvrent les minutions dans sa cargaison.

SeneNews

Catégories
A la une

Le Président de la République sera représenté au forum de Paris sur la paix par le ministre des Affaires étrangères

le Président de la République, Son Excellence, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani sera représenté par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur, M. Ismail Ould Cheikh Ahmed, aux travaux de la deuxième session du forum de Paris sur la paix, qui se dérouleront du 11 au 13 novembre courant à la Grande Halle de La Villette.
Le ministre a quitté Nouakchott, lundi, pour Paris.

Notons que ce forum s’inscrit dans la dynamique pour réaffirmer l’importance du multilatéralisme et de l’action collective, reprend les 3 axes qui ont fait le succès du premier Forum dont les objectifs visent à encourager la coopération internationale et l’action collective pour un monde en paix en mettant en place les moyens permettant de présenter, de discuter et de faire avancer des solutions concrètes et innovantes avec l’ ambition de renforcer, de repenser ou de créer de nouvelles règles, normes et bonnes pratiques.

Pour sa deuxième édition, le Forum de Paris sur la Paix a reçu plus de 700 candidatures venant de 115 pays du monde entier. Ces projets émanent d’une grande diversité d’acteurs de la gouvernance mondiale : des États, des organisations internationales, des ONG, des entreprises, des agences de développement, des fondations, des organismes philanthropiques, des groupes religieux, des associations et des universités.

Les projets du Forum de Paris sur la Paix sont rattachés à leur pays de mise en œuvre et structurés autour des thématiques de paix et de sécurité, d’environnement, de développement, de nouvelles technologies, d’économie inclusive, de culture et d’éducation.

Le ministre est accompagné, au cours de ce voyage, par M. Mohamed Ould Sidaty, ambassadeur chargé de mission au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur.

Catégories
A la une

Le départ d’Evo Morales sonne le glas des polisariens en Bolivie

Une nouvelle citadelle pro-polisarienne, à savoir la République de Bolivie, vient de réussir un coup de maître en se débarrassant magistralement, le 10 novembre 2019, de son Président Evo Morales.

Le dictateur de La Paz, Evo Morales, autocrate connu pour son grand soutien aux terro-polisariens, a été acculé à rendre son tablier par le peuple, bolivien soutenu par la police et l’armée, après trois semaines de vives contestations suite à sa réélection à un quatrième mandat très controversé.

Cet Evo Morales avait été élu à la Présidence bolivienne en 2006 et depuis, il n’a eu de cesse de manifester son hostilité envers le Maroc en soutenant les terro-polisariens, dont les soi-disant délégués étaient accueillis en grandes pompes sans parler des accointances qu’il entretenait avec le chef de bande Brahim Ghali lequel était qualifié de « grand pote » par le Président bolivien déchu.

Il était de notoriété publique, qu’en Amérique Latine, la Bolivie était un allié stratégique pour le chef terro-polisarien, Brahim Ghali, et n’avait jamais changé d’un iota sa position, optant pour un alignement aveugle aux terro-polisariens et ce, depuis décembre 1982.

Aussi, avec la mise à la porte du dictateur bolivien, Evo Morales, une autre citadelle sud-Américaine des terro-polisariens est sur le point de tomber et ouvre la voie à l’avènement de la droite bolivienne et, surtout, à un retour à des relations diplomatiques normales avec le Maroc, tout comme ses voisins, Brésil, Paraguay, Argentine, Chili et Pérou qui soutiennent la défense de l’intégrité territoriale du Maroc.

Le départ du dictateur Evo Morales ouvrira très certainement la voie à l’avènement de la droite bolivienne. Un espoir d’autant plus permis que le peuple bolivien veut tourner au plus vite la page Morales.

A quand le grand coup de pied des boliviens à ces terro-polisariens ?

Farid Mnebhi.