Catégories
International

Suède: Assange fixé sur son éventuelle détention pour viol présumé

Suède: Assange fixé sur son éventuelle détention pour viol présuméLa justice suédoise se prononce lundi sur un éventuel placement en détention « par défaut » du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, poursuivi pour un viol présumé commis en Suède en 2010 et détenu à Londres, prélude à l’émission d’un mandat d’arrêt européen.

L’audience est prévue à 10H00 locales (08H00 GMT) au tribunal d’Uppsala (est), avant une décision annoncée dans la foulée.

La décision des juges sera une étape importante puisque si le placement en détention est accepté, le parquet a indiqué son intention d’émettre un mandat d’arrêt européen afin d’obtenir le transfèrement en Suède de Julian Assange depuis le Royaume-Uni, où il est actuellement écroué.

Mi-mai, la procureure en charge de l’instruction Eva-Marie Persson avait annoncé la réouverture de l’enquête pour viol contre Julian Assange, 47 ans, après son arrestation à Londres le 11 avril.

Une semaine plus tard, le parquet avait demandé son placement en détention en son absence – une procédure légale en Suède – « en raison de soupçons de viol ».

L’interpellation de Julian Assange en Grande-Bretagne, suivi de la réouverture de l’enquête en Suède, avait ravivé l’espoir de la plaignante et de son avocate de voir le fondateur de WikiLeaks remis au pays scandinave, en vue d’un procès avant la prescription échéant en août 2020.

Agée d’une trentaine d’années à l’époque des faits, la plaignante accuse l’Australien d’avoir engagé un rapport sexuel pendant qu’elle dormait et sans préservatif, alors qu’elle lui avait refusé tout rapport non protégé à plusieurs reprises.

De son côté, Assange a toujours nié les faits, et soutient qu’elle était consentante et avait accepté de ne pas utiliser de préservatif.

Il était aussi visé par une plainte pour agression sexuelle à la même époque, mais celle-ci a été frappée par la prescription en 2015.

– « Torture psychologique » –

La réouverture de l’enquête suédoise visant l’Australien relance ainsi un feuilleton judiciaire qui dure depuis près d’une décennie durant laquelle Julian Assange et ses soutiens n’auront eu de cesse de dénoncer une manoeuvre destinée à le faire extrader vers les Etats-Unis.

Les Etats-Unis reprochent à l’Australien d’avoir mis en danger certaines de leurs sources lors de la publication en 2010 par WikiLeaks de 250.000 câbles diplomatiques et d’environ 500.000 documents confidentiels portant sur les activités de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. lls l’accusent également d’avoir « comploté » avec l’ex-analyste militaire Chelsea Manning, à l’origine de cette fuite sans précédent.

La justice américaine a inculpé Julian Assange le 23 mai en vertu des lois anti-espionnage.

C’est officiellement pour éviter l’extradition aux Etats-Unis que l’Australien s’était réfugié en 2012 à l’ambassade d’Equateur à Londres. En son absence, et faute de pouvoir faire avancer l’enquête, la justice suédoise avait abandonné les poursuites en mai 2017.

Mais à la suite d’une demande d’extradition formulée par les Etats-Unis, Julian Assange a été remis le 11 avril aux autorités britanniques qui l’ont immédiatement emprisonné puis condamné à une peine de 50 semaines de prison le 1er mai pour violation des conditions de sa liberté provisoire.

Selon Mme Persson, « dans l’éventualité d’un conflit entre le mandat d’arrêt européen et une demande d’extradition de la part des Etats-Unis, les autorités britanniques décideront sur l’ordre de priorité. L’issue de ce processus est impossible à prévoir ».

L’audience d’extradition réclamée par les Etats-Unis devait se tenir jeudi dernier, mais a été ajournée à la semaine du 12 juin – les avocats de Julian Assange ayant fait valoir qu’il était en mauvaise santé.

Un rapporteur de l’ONU a affirmé vendredi que Julian Assange présentait « tous les symptômes (de) torture psychologique » à laquelle il a été exposé « pendant plusieurs années ».

Le rapporteur a estimé que s’il venait à être extradé aux Etats-Unis, il « serait exposé à un risque réel de violations graves de ses droits humains, y compris de sa liberté d’expression et d’expression ».

AFP

Catégories
International

Réunions de crise pour la coalition de Merkel après un nouveau coup dur

Les partis de la coalition de la chancelière allemande ont prévu des réunions de crise lundi, le gouvernement se trouvant en péril après de mauvais résultats aux Européennes et la démission de la cheffe des sociaux-démocrates.

Les rencontres séparées des chrétiens-démocrates d’Angela Merkel (CDU) et du SPD doivent s’achever dans l’après-midi. Elles étaient annoncées depuis la semaine dernière pour faire un bilan du scrutin européen du 26 mai qui a vu les deux partis plonger à des plus bas historiques. Ces conclaves ont pris de l’importance avec le départ inattendu dimanche d’Andrea Nahles de la tête d’un parti social-démocrate déboussolé.

La chancelière a promis dimanche la stabilité de la coalition, assurant que son gouvernement allait « continuer (le) travail avec tout notre sérieux et surtout notre sens des responsabilités ».

Battu sèchement aux législatives de 2017 et humilié aux Européennes, le SPD, relégué à 15% derrière les Verts, est cependant en pleine crise existentielle. Certains réclament depuis des mois une cure de jouvence dans l’opposition et un virage à gauche quitte à faire tomber Mme Merkel avant la fin de la législature en 2021.

– Crise extrêmement sérieuse –

Mais la décision est compliquée par les absences de programme et de figure incontestée pour prendre la tête du parti, ainsi que la crainte d’un résultat catastrophique en cas de législatives anticipées. « Ce parti vit une crise extrêmement sérieuse », a reconnu Malu Dreyer, une vice-présidente de la formation.
Jusqu’ici, le plus vieux parti d’Allemagne avait prévu de trancher la question du maintien au gouvernement en septembre, à mi-mandat et autour de scrutins régionaux qui s’annoncent difficiles dans trois régions de l’ex-Allemagne de l’Est.

Dans ces Länder, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD, extrême droite) espère dépasser la CDU de Merkel, et réduire les sociaux-démocrates à la portion congrue.

Les chrétiens-démocrates sont eux aussi mal en point. La dauphine présumée de la chancelière, Annegret Kramp-Karrenbauer est ouvertement critiquée depuis les Européennes, d’autant qu’elle a multiplié les faux pas, s’aliénant notamment d’influents YouTubeurs juste avant ce scrutin.

Si, comme Mme Merkel, elle a déclaré sa fidélité à la GroKo – la coalition au pouvoir – d’autres sont moins affirmatifs. « Si on n’avance pas avec le SPD, alors on devrait en tirer des conclusions et se demander si ça a encore du sens de poursuivre avec la grande coalition », a jugé Carsten Linnemann, chef-adjoint des députés du centre droit (CDU-CSU), dans un entretien au groupe de presse régional RND.

– Ascension des Verts –

Car sur les questions sociales –retraites, indemnisation chômage–, CDU et SPD accentuent leurs différences depuis des mois. S’y ajoute la lutte contre le changement climatique, un domaine où l’Allemagne est à la traîne mais qui est devenu cher aux électeurs, comme l’illustre le succès des Verts aux Européennes.
Des législatives anticipées dans de telles conditions seraient une première en Allemagne et à haut risque pour les deux partis qui ont dirigé ensemble ou à tour de rôle le pays depuis 1949.

A l’inverse, après leur score record aux Européennes, les Verts poursuivent leur ascension.

Dans un sondage RTL publié samedi, ils devancent pour la première fois, avec 27% des intentions de vote, la CDU (26%). Le SPD (12%) est lui au coude-à-coude avec l’extrême droite.

AFP ipreunion

Catégories
A la une International

Irak : neuf Français condamnés à mort au total


Un tribunal antiterroriste de Bagdad a condamné à mort ce dimanche deux autres Français pour appartenance à Daech en Irak. Il y a au total neuf Français condamnés à mort. Aucune exécution n’a eu lieu.

Un tribunal antiterroriste de Bagdad a condamné à mort ce dimanche Fodil Tahar Aouidate, 32 ans, et Vianney Ouraghi, 28 ans. Au total, neuf Français ont écopé de cette peine pour appartenance à Daech.

Fodil Tahar Aouidate « torturé »

Le procès de Fodil Tahar Aouidate qui a été transféré début janvier de Syrie, où il était détenu par une force kurde anti-EI, vers l’Irak, s’était ouvert le 27 mai. Le tribunal a rejeté ses allégations selon lesquelles ses aveux auraient été obtenus sous la torture.

Vianney Ouraghi « a travaillé avec Daech »

Vianney Ouraghi, 28 ans, Français d’origine algérienne dont l’audience, initialement prévue lundi, a été avancée à dimanche, a reconnu devant le juge avoir « travaillé avec Daech ».

« Mais je n’ai pas participé aux combats ni en Syrie ni en Irak », a-t-il ajouté.

AFP

https://www.bienpublic.com/actualite/2019/06/02/irak-un-huitieme-francais-condamne-a-mort

Catégories
International

Guerre commerciale: Pékin passe à la contre-offensive

ANI – (AFP) – La Chine a encore haussé le ton dimanche dans sa guerre commerciale contre les Etats-Unis, rejetant l’échec des discussions sur Washington et ne laissant entrevoir à court terme aucune sortie de crise. 

Menaces d’embargo sur certains métaux, « liste noire » d’entreprises étrangères, hausse des droits de douane et rhétorique guerrière: en quelques jours, Pékin est passé résolument à la contre-offensive, près d’un an après le début de son affrontement économique avec Washington. 

« La guerre commerciale ne rend pas sa grandeur à l’Amérique », a persiflé depuis Pékin le vice-ministre de l’Information, Guo Weimin, en écho au slogan de campagne de Donald Trump. 

Catégories
International

Tirs de missiles israéliens vers la Syrie, trois soldats tués

Benjamin Netanyahu a ordonné ces tirs après que des roquettes syriennes ont visé le mont Hermon, sur le plateau du Golan. OLJ

Israël a annoncé dimanche avoir mené des frappes contre des positions de l’armée syrienne qui ont fait trois morts parmi les soldats selon Damas, deuxième attaque de ce genre en moins d’une semaine dans un contexte de tensions régionales exacerbées.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené plusieurs raids contre le pouvoir de Bachar el-Assad mais aussi ses alliés indéfectibles, l’Iran et le Hezbollah, ses deux grands ennemis, tous deux implantés militairement chez son voisin en guerre. Ces nouvelles frappes interviennent dans un contexte d’escalade de tensions au Moyen-Orient entre l’Iran et les Etats-Unis.

Les médias étatiques syriens ont confirmé les tirs de missiles israéliens près de la capitale Damas mais aussi dans la province de Qouneitra (sud), qui comprend le plateau du Golan dont la majeure partie est occupée et annexée par Israël. La défense antiaérienne syrienne a été activée pour répondre aux tirs israéliens, selon l’agence officielle Sana qui cite une source militaire.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué dimanche avoir ordonné ces frappes après des tirs de roquettes syriens contre l’Etat hébreu. « Nous n’allons pas tolérer des tirs contre notre territoire », a mis en garde M. Netanyahu dans un communiqué. Israël martèle régulièrement qu’il ne laissera pas la Syrie voisine devenir la tête de pont de Téhéran. Dimanche, l’armée israélienne a indiqué dans un communiqué « tenir pour responsable » le régime syrien de « chaque action entreprise contre Israël ».

Selon la même source, deux roquettes ont été tirées samedi tard dans la soirée contre le mont Hermon, situé sur le plateau du Golan. Une de ces roquettes a été « localisée en territoire israélien », selon le communiqué. En réponse, l’armée israélienne a attaqué « deux batteries syriennes d’artillerie, un nombre de postes d’observation et de renseignements sur les hauteurs du Golan et une batterie de défense aérienne SA-2 », est-il ajouté dans le communiqué. « Durant les frappes, un système de défense aérien israélien a été activé en raison de tirs de la défense antiaérienne syrienne. Aucune roquette n’a explosé en Israël », selon la même source.

Défense antiaérienne syrienne


Trois soldats syriens ont été tués et sept blessés dans les tirs de missiles qui ont visé la province de Qouneitra qui comprend le plateau du Golan, a indiqué l’agence officielle syrienne Sana.

Territoire stratégique, notamment par sa richesse en eau, le Golan a été conquis en 1967 par Israël lors de la guerre israélo-arabe et annexé en 1981. Plusieurs résolutions de l’ONU attribuent au plateau un statut de « territoire occupé » illégalement.

Un peu plus tôt à Damas, la défense antiaérienne de l’armée syrienne était entrée en action contre des « missiles ennemis », tirés depuis Israël en direction de « positions » au sud-ouest de la capitale, selon une source militaire syrienne. « Des cibles aériennes ennemies sont arrivées depuis le Golan occupé » par Israël, a-t-elle précisé. « Nos défenses aériennes les ont bloquées et ont abattu ces missiles ennemis qui visaient nos positions », a souligné cette même source.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a affirmé que « des entrepôts et des positions » où sont stationnées des forces syriennes, des forces iraniennes et des combattants du Hezbollah, alliés de Damas, ont été prises pour cible, notamment dans la région de Kesswa. Situé au sud-ouest de la capitale syrienne, ce secteur a déjà été visé à plusieurs reprises par le passé.

Israël a toujours affirmé son intention de continuer à viser les positions tenues par l’Iran ou le Hezbollah en Syrie.

Les dernières frappes imputées à Israël en Syrie remontent au 27 mai. Un missile israélien s’était abattu sur la province de Qouneitra, tuant un soldat syrien.

En janvier, Israël avait frappé des positions iraniennes en Syrie, disant agir en riposte à un tir de missile iranien venu du pays en guerre. Selon l’OSDH, 21 personnes, principalement des Iraniens, avaient été tuées dans ces frappes.

Ces raids figurent parmi les plus importants menés par Israël depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, avait indiqué l’Observatoire à l’époque.

Déclenché avec la répression de manifestations par le pouvoir de Bachar al-Assad, le conflit en Syrie s’est complexifié avec l’implication de puissances étrangères. Il a fait plus de 370.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

https://www.lorientlejour.com/article/1173123/trois-soldats-syriens-tues-dans-des-tirs-de-missiles-israeliens.html

Catégories
International

Etats-Unis: Le tireur qui a fait 12 morts à Virginia Beach identifié

Les autorités américaines ont identifié ce samedi l’auteur de la fusillade qui a fait 12 morts la veille, avant d’être lui-même abattu par la police, dans un bâtiment municipal d’une station balnéaire de la côte est des Etats-Unis.

Il s’agit de DeWayne Craddock, employé municipal depuis une quinzaine d’années à Virginia Beach, ville de 450.000 habitants à environ 300 kilomètres au sud de Washington. L’homme d’une quarantaine d’années était lourdement armé et d’autres armes ont été retrouvées à son domicile.

Qui sont les victimes ?

Les autorités locales n’ont prononcé son nom qu’à une seule reprise lors d’une conférence de presse chargée en émotion, préférant saluer la mémoire des 12 victimes, sept hommes et cinq femmes, dont 11 travaillaient pour les services municipaux.

Le tireur a également fait quatre blessés graves, toujours hospitalisés ce samedi. Chacune des victimes a été présentée sobrement, avec une photo d’identité et sa durée d’emploi auprès des services de la ville.

https://www.20minutes.fr/monde/2530787-20190601-etats-unis-tireur-fait-12-morts-virginia-beach-identifie

Catégories
International

Royaume-Uni : Boris Johnson ferait un « excellent » Premier Ministre, selon Donald Trump

Alors que Theresa May a annoncé sa démission le 7 juin, Donald Trump a déclaré vendredi soir que Boris Johnson ferait un « excellent » Premier Ministre.

Après son échec du Brexit, Theresa May a remis sa démission, effective au 7 juin prochain. Il s’agit donc désormais de trouver son remplaçant. Interviewé par le tabloïd britannique The Sun au sujet des douze prétendants au poste de Theresa May, le président américain a jugé que « Boris ferait du très bon travail ». « Je pense qu’il serait excellent », a-t-il insisté, peu avant d’entamer lundi sa première visite d’État au Royaume-Uni, où il doit rencontrer Theresa May mardi.

Boris Johnson, 54 ans, grand partisan du Brexit, fait partie des candidats prêts à sortir de l’UE sans accord le 31 octobre. L’ancien maire de Londres a ainsi jugé à propos d’un « no deal » que « toute personne raisonnable doit garder cette éventualité sur la table » pour renégocier avec Bruxelles les conditions du divorce.

Critiques et soutiens

N’hésitant pas à se mêler des affaires intérieures du Royaume-Uni, le président américain a aussi affirmé que plusieurs prétendants à la succession de Theresa May lui avaient demandé son soutien, sans révéler lesquels. Il a également réitéré ses critiques sur la façon dont Theresa May a négocié le Brexit avec l’UE, estimant que les Européens « n’avaient rien eu à perdre » car la Première ministre leur avait « laissé toutes les cartes » en main. « J’ai dit à Theresa May qu’elle devait d’abord préparer ses munitions », a-t-il souligné. « Je pense que le Royaume-Uni a laissé à l’Union européenne toutes les cartes », a-t-il poursuivi. « Et il est très difficile de jouer lorsque l’une des parties a tout l’avantage ».

SudOuest avec AFP

Catégories
International

Fin du sommet de l’OCI

Soutien aux Palestiniens, mobilisation face à l’Iran

Le sommet islamique a apporté samedi son soutien aux Palestiniens avant la présentation d’un plan de paix américain jugé favorable à Israël et réconforté l’Arabie saoudite après des attaques qui ont ravivé la tension dans la région.

Dans un communiqué à l’issue de ses travaux dans la ville sainte de La Mecque, en Arabie saoudite, le sommet a dénoncé le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem reconnue par les Etats-Unis comme capitale d’Israël.

La rencontre de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) a également appelé ses 57 membres à « boycotter » les pays qui ont ouvert des ambassades à Jérusalem.

Israël a annexé la partie Est de la ville qui est considérée par la communauté internationale comme un territoire occupé. Les Palestiniens veulent en faire la capitale de l’Etat qu’ils aspirent de créer.

Cette position a été soutenue tout au long de son histoire par l’OCI qui a été d’ailleurs fondée dans le but de défendre les lieux saints musulmans de Jérusalem après l’incendie criminel de la mosquée Al-Aqsa en août 1969.

L’OCI a d’autre part souligné, dans son communiqué, que « la paix et la stabilité dans la région du Proche-Orient ne seront atteints qu’avec le retrait d’Israël des territoires occupés en 1967 ».

La réaffirmation de cette position intervient avant la présentation d’un plan du gendre et conseiller du président américain Donald Trump, Jared Kushner, pour résoudre le conflit israélo-palestinien.

Le volet économique de ce plan sera au centre d’une conférence qui sera organisée fin juin à Bahreïn.

Pour la présidence américaine, la conférence de Manama est une occasion d’ »encourager le soutien à des investissements et initiatives économiques potentiels qui pourraient être rendus possibles par un accord de paix ».

Ces investissements seraient financés par les pays arabes du Golfe alliés des Etats-Unis et qui s’opposent, comme Israël, à l’Iran.

Jusqu’ici, seuls l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis parmi les pays de la région ont annoncé leur intention de participer à cette conférence.

Les dirigeants palestiniens, eux, ne feront pas le déplacement, estimant que Washington n’est pas un interlocuteur crédible à cause de son soutien sans faille à l’Etat hébreu.

Concernant la situation dans le Golfe, le sommet a apporté un soutien sans « limites » aux mesures prises par l’Arabie saoudite pour se protéger après les attaques attribuées par Ryad et Washington à l’Iran.

Mais l’organisation panislamique a pris soin de ne faire aucune mention de l’Iran.

La délégation de Togo a été conduite par le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey.

https://www.togodiplomatie.info/Moyen-Orient/Fin-du-sommet-de-l-OCI

Catégories
International

L’EI revendique l’attentat-suicide contre l’école militaire de Kaboul

L'armée afghane arrive sur les lieux d'un attentat à Kaboul, le 30 mai 2019Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué un attentat-suicide qui a visé jeudi l’Université de la défense nationale afghane, une école militaire située dans l’ouest de Kaboul, faisant au moins six tués.

« L’explosion s’est produite à midi (07H30 GMT) près de la porte d’entrée de l’Université du Maréchal Fahim, au bord de la route », a indiqué dans un communiqué le porte-parole de la police à Kaboul, Firdaws Faramarz.

Le kamikaze à pied « a été repéré par un soldat et s’est fait exploser avant d’atteindre sa cible », a-t-il expliqué.

Selon un dernier bilan, six personnes ont été tuées et 16 blessées, a indiqué M. Faramarz.

L’attentat, survenu à une heure où de nombreux étudiants quittent l’école en cette période de ramadan, a été revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique, selon le site américain Site spécialisé dans la surveillance des groupes islamistes et extrémistes.

L’EI affirme avoir tué « 50 étudiants militaires ».

L’académie militaire nationale afghane, fondée en 2005, forme les officiers supérieurs de l’armée.

Une grande annexe de l’université abrite dans une base ultra-sécurisée de nombreux soldats de l’OTAN qui encadrent les cadets afghans.

Plusieurs attaques à la grenade ou d’hommes armés à moto ont ciblé ces dernières semaines des policiers en faction dans la capitale, tandis que les Etats-unis et les talibans sont engagés depuis des mois dans des pourparlers de paix. AFP

Catégories
International

Des dizaines de migrants débarquent à Malte et Lampedusa

Des dizaines de migrants débarquent à Malte et LampedusaLes migrants secourus par les Maltais étaient accrochés à une cage à thon en pleine mer. Parallèlement, le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a annoncé que deux embarcations avec 46 et 57 migrants étaient arrivées dans la nuit à Lampedusa.

AFP

La marine italienne a secouru une centaine de migrants sur un canot en détresse jeudi matin, tandis que 178 personnes épuisées ont débarqué dans la nuit ou la matinée sur l’île italienne de Lampedusa et à Malte.

Le canot en détresse avait été repéré mercredi par le Moonbird, l’avion de reconnaissance de l’ONG allemande Sea-Watch, et ses occupants étaient en contact via un téléphone satellitaire avec le numéro d’urgence géré par l’association Watch the Med.

« Epuisés et affamés »

Le canot surchargé était instable et les conditions météo étaient en train de se détériorer, a rapporté la marine pour expliquer que son patrouilleur Cigala Fulgosi soit intervenu à 90 milles nautiques au nord de la Libye, dans la zone dépendant officiellement des garde-côtes libyens.

Mercredi soir, la marine maltaise a pour sa part secouru 75 migrants qui étaient accrochés à une cage à thon en pleine mer. « Les réfugiés et migrants secourus étaient épuisés, affamés et extrêmement soulagés de toucher la terre ferme après trois jours en mer », a annoncé le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Des représentants ont pu leur parler à leur arrivée jeudi matin à La Valette.

Parallèlement, le HCR a annoncé que deux embarcations avec 46 et 57 migrants étaient arrivées dans la nuit à Lampedusa, l’île italienne la plus proche des côtes libyennes.

Les ports fermés « pour les clandestins »

La majorité des navires militaires qui ont patrouillé au large de la Libye ces dernières années se sont retirés et les navires humanitaires font face à des blocages judiciaires et administratifs.

Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, a répété que les ports italiens étaient fermés « pour les clandestins ».

Le Cigala Fulgosi se trouve dans la zone des secours dans le cadre de l’opération italienne Mare Sicuro, qui vise à garantir la sécurité des plate-formes pétrolières, des pêcheurs et du Capri, un navire militaire italien posté dans le port de Tripoli pour fournir un soutien logistique aux garde-côtes libyens.

Une personne disparu dans les flots

Plusieurs ONG et politiques ont dénoncé le fait que la marine italienne ait attendu près de 24 heures entre la première signalisation du canot et l’intervention du patrouilleur jeudi.

Sea-Watch a aussi rendu publiques jeudi des images tournées le 23 mai depuis le Moonbird. On y voit des dizaines de migrants à bord d’un canot qui se dégonfle au fil des heures, jusqu’à ce que plusieurs migrants se retrouvent à l’eau.

Sur les images, on voit au moins une personne disparaître dans les flots.

Selon Sea-Watch, un navire militaire italien se trouvait à une trentaine de milles nautiques mais a seulement envoyé un hélicoptère surveiller la situation le temps qu’une vedette libyenne arrive pour récupérer les survivants.

https://www.lalsace.fr/actualite/2019/05/30/des-dizaines-de-migrants-debarquent-a-malte-et-lampedusa-un-canot-en-detresse