Commission d’ enquête parlementaire: bref rappel

La Commission d’ enquête parlementaire n’ est pas une structure permanente.

C’ est un organisme créé par l’ assemblée nationale pour un but trés précis: chercher partout oû c’ est possible, les informations nécessaires pour permettre aux députés qui l’ont mise sur pied de se faire leur propre idée sur une ou plusieurs questions susceptibles d’interesser leurs activités présentes ou futures et pour exercer dans les meilleures conditions leur mission de contrôle des autres institutions de l’ Etat ( Pouvoir Exécutif et Pouvoir judiciaire). La durée de la mission est de 6 mois.

La commission ne peut en aucun cas décider de l’objet de cette mission. Elle ne peut inscrire aucun dossier dans son agenda sauf accord express de l’Assemblée nationale qui a désigné ses membres et leur a défini le cadre précis de leur intervention.

Donc ceux qui reprochent à l’ actuelle commission de ne s’ être occupée que de certains dossiers et non d’ autres et qui pointent du doigt son prétendu parti-pris doivent d’ abord bien comprendre de quoi il s’ agit ici. La commission n’ est pas souveraine, mais asservie. Asservie à la majorité des députés qui l’ont élue et à qui elle doit rendre compte de son travail au bout des 6 mois fatidiques. Une fois cela fait, la commission meurt de sa belle mort.

D’autres commissions d’ enquêtes pourraient ( et même devraient ) être mises sur pied sur d’ autres sujets tout aussi sensibles et importants que ceux relatifs à des dossiers de gabegie dont l’ enquête vient de finir. Il faut rappeler que chaque député a parfaitement le droit de demander la mise sur pied d’une commission d’ enquête sur le sujet de son choix.

En additionnant leurs forces et en agissant avec intelligence et responsabilité, beaucoup de sujets de préoccupation entourés d’opacité pourraient ainsi être traités par les parlementaires animés d’un esprit républicain coopératif pour crever des abcés et instaurer un vrai dialogue au sein des institutions de la république. Celà pourrait aider à restaurer la fonction parlementaire dévoyée et asservie à la dictature traditionnelle de l’ Exécutif depuis l’ accession du pays à l’indépendance.

Lô Gourmo

Facebook 30 juillet 2020