Construisons l’agriculture du futur en Mauritanie, innovante et diversifiée

agriculture e1613827306925
agriculture e1613827306925

Construisons l’agriculture du futur en Mauritanie, innovante et diversifiée! Comme chacun de nous le sais avec l’augmentation des importations agricoles et l’aggravation de la pauvreté en milieu rural chez nous en Mauritanie nous souhaitons dire au président, et à son gouvernement de conduire et à appuyer la mise en œuvre de politiques nationales de développement agricole afin d’augmenter le professionnalisme et la productivité de ce secteur agricole tant attendu.

Depuis 1960 jusqu’à nos jours, la valeur ajoutée par actif agricole a diminué avec pour conséquences une augmentation des importations et une aggravation de la pauvreté en milieu rural. Chaque année, notre pays doit importer des tonnes de céréales, ce qui représente à peu près 5 à 15 % de ses besoins.

Elaborer une stratégie de services agricoles

Le gouvernement de Mohamed ould Ghazouani doit élaborer une stratégie de services agricoles mettant en place des centres de services et des fonds régionaux de développement pour répondre aux besoins du secteur. En parallèle, la rénovation de l’ensemble du système de formation initiale et continue dans le secteur.

Cependant, le peu d’outils de veille et d’information rend l’appréhension des réalités du secteur difficile. Où est-on aujourd’hui ? Le Projet d’appui aux politiques et stratégies de développement Agricole, qui est arrivé à terme est obsolète ! Qui visait à améliorer la pertinence, l’efficacité et la mise en œuvre des stratégies de développement agricole en matière de services, d’information et de formation, en vue d’augmenter le professionnalisme et la productivité du secteur agricole en Mauritanie qui est le parent pauvre !

Développer les services aux agriculteurs

Pour cela, nous suggérons premièrement ces volets qui compose ce projet : Développer les services aux agriculteurs : consolidation du réseau de Centres de Services Agricoles dans trois régions agricoles du pays et abondement d’un Fonds Régional de Développement Agricole au Grogol, dans la vallée du fleuve et dans l’Adrar.

Deuxièmement, pérenniser le système d’information sur le secteur rural : valorisation et diffusion des données en direction des décideurs politiques, professionnels et du secteur privé comme le suggère Mr le ministre Kane Ousmane pour d’autres secteurs !

Troisièmement, appuyer la Stratégie nationale de formation agricole : mise en place d’une assistance technique avec tous les agronomes qui attendent d’être consultés pour leurs expertises et expériences.

Quatrièmement, permettre de mobiliser des cofinancements en soutien de l’État voir avec Kane Ousmane ministre des affaires économiques et de la promotion des secteurs productifs !Faire profiter les agriculteurs des Régions et des communes pour profiter de ce programme. La réforme de la formation agricole et rurale doit être aussi engagée.

Cinquièmement, un premier guide au métier d’exploitant agricole doit être écrit et validé par la commission nationale de Formation agricole et rurale. Des bulletins et notes thématiques sur le riz, maïs, sorgho, Niébé et pastèques etc. Doivent être élaborées et diffusées aux acteurs du milieu rural, l’agriculture peut nous nous nourrir ; elle transforme nos paysages ; elle est aussi un formidable atout économique pour le pays.

Surtout, elle est au cœur de notre identité : les agriculteurs ont toujours tenu une place particulière dans notre société Mauritanienne et il faut une volonté politique tout simplement.

Sixièmement, améliorer les conditions de vie des agriculteurs Mauritaniens est une urgence absolue monsieur le président.Nos agriculteurs ne demandent rien d’autre que de pouvoir vivre de leur travail par un juste prix payé.

Changer des méthodes qui n’ont pas fonctionné

Pour y parvenir, il faut changer des méthodes qui n’ont pas fonctionné depuis une décennie : rémunérer le travail des agriculteurs et les libérer de la dépendance aux aides publiques, mettez aux « pas » le ministère du développement rural.Monsieur le président, nous avons des forces incroyables nous les mauritaniens.

Notre situation géographique. Notre climat. La diversité de nos régions du bord du fleuve, la richesse des terres de nos régions. La puissance de travail et la motivation de nos agriculteurs même s’il manque du matériel pour travailler.

La force de nos caractères, le dynamisme de notre toute petite industrie agro-alimentaire : l’agriculture est l’un des secteurs de l’économie les plus faible à l’international ; notre rayonnement, partout dans la sous-région doit s’accompagner de nos produits que nous cultiverons en quantité et en grande qualité et une longue tradition de savoir-vivre qui prend sa source dans nos régions.·

Des agriculteurs Mauritaniens tous en souffrance !

Les crises agricoles sans précédent de par leur ampleur et leur durée, la complexité de plus en plus importante du métier d’agriculteur, en Mauritanie ce secteur doit avec l’éducation être des priorités pour votre gouvernement. Permettant une meilleure connaissance des secteurs.

Dans votre programme le président Mohamed ould Ghazouani vous avez promis je vous cite :Pour cela je vais :Mener une réforme foncière juste et équitable pour favoriser le développement économique,Mettre un système de financement du secteur agricole (banque agricole, assurance agricole, fonds de garantie et de bonification),Aménager chaque année 5000 Ha au profit des communautés les plus défavorisées.

Continuer le projet de la grande muraille

Il faut continuer le projet de la grande muraille verte pour restaurer notre faune et flore et créer des activités économiques pour les populations rurales,Favoriser l’aménagement par le privé d’au moins 2000 Ha par an sur le fleuve et ses affluents sur le canal de l’Aftout Essahli,Construire un chenal reliant le Fleuve au lac d’Aleg.

Il faut aussi désenclaver les zones de production et accélérer leur raccordement aux sources d’énergie,Créer trois bassins de production du fourrage au niveau du Gorgol, Brakna et Trarza et inciter le secteur privé en subventionnant les semences et engrais,Améliorer la maîtrise des eaux de surface à travers la construction de 60 petits barrages permettant d’irriguer chacun entre 100 et 500 Ha et 6 grands barrages dans 5 wilayas (Tagant, Assaba, Gorgol, Brakna et Guidimagha)..


Monsieur le président, il faut savoir qu’un développement accéléré et soutenu de l’agriculture est la clé du développement économique et de la réduction de la pauvreté dans notre pays faites un effort pendant votre mandat !

Étant donné l’importance critique que revêt l’agriculture, il faut bien comprendre comment l’expansion de ce secteur pourrait être accélérée, l’ordre de priorités à établir et l’impact que pourrait avoir une croissance plus rapide sur les niveaux de pauvreté et vous serez gagnant et la Mauritanie aussi !

PARIS le 01 Décembre 2020

Abdoul Aziz DEME