Coup d’État blanc de Maaouiya Ould Taya

president of mauritania maaouya ould sid ahmed taya speaks to a crowd fe5a86
president of mauritania maaouya ould sid ahmed taya speaks to a crowd fe5a86

Maaouiya Ould Taya est né 1941, il a reçu une éducation primaire et secondaire dans la wilaya de Trarza, où il est revenu plus tard comme enseignant à l’école primaire. Mais l’armée représentait sa vocation, alors il est parti en mission en France, où il a rejoint le collège de guerre et y est resté entre 1958 à 1961, mais il poursuit ses études à l’Académie militaire française de Saint-Cyr.


Ould Taya a été l’un des premiers officiers de la nouvelle armée mauritanienne, et après son retour dans son pays. Maaouiya a occupé plusieurs postes militaires, en plus des années qu’il a passées comme aide de camp auprès de l’ancien président mauritanien, Mokhtar Ould Daddah; il a gagné par la suite la confiance des premiers officiers de l’armée. Il a été l’un des instigateurs du coup d’État de 1978 qui a renversé le président élu, Ould Daddah.

Et, la même année, Maawiya a été nommé ministre de la Défense.
Il a continué à occuper des postes militaires, y compris Chef de l’état-major de l’armée et de la gendarmerie puis Premier ministre.

Le 12 décembre 1984, Maaouiya a mené un coup d’État militaire blanc qui a conduit à l’éviction du président Mohamed Khouna Ould Haidalla.
Des années après son accession au pouvoir, la Mauritanie a annoncé, par le biais de la constitution de juillet 1991, un système pluraliste qui a organisé les premières élections présidentielles en décembre 1992.

Le président Maaouiya a gagné et a été réélu en décembre 1997 lors d’une élection présidentielle boycottée par l’opposition, pour remporter à nouveau la présidence lors des élections tenues le 7 novembre 2003, après l’échec de la tentative de coup d’État en juin 2003.

L’opposition a jugé ces élections invalides et elle a exigé de nouvelles élections. En conséquence, Ould Taya a dirigé le pays pendant 21 ans, de 1985 au 3 août 2005, avec un système pluraliste proche du système de parti unique.
Le Parti républicain démocrate et social était le parti le plus fort même après la chute de Taya. Sous son règne, Ould Taya a survécu à deux tentatives de coup d’État infructueuses en 2003 et 2004.

Le 3 août 2005, Maaouya Ould Taya est renversé par un coup d’état alors qu’il assiste, en Arabie Saoudite, aux obsèques du roi Fadh.

Ould Taya, très touché, dénonce depuis Niamey sur chaîne de télévision Al-Arabiya , le coup d’État et appelle à la résistance, avant de se réfugier en Gambie et de bénéficier d’un droit d’exil au Qatar, après avoir essuyé subi le refus du Sénégal et du Maroc.

Ce coup d’état n’est que la consequence logique du desarroi de multiples formes d’injustice. En effet, depuis 1999, plusieurs putchs ont tenté de deposet le président Taya dont celui des islamistes des Cavaliers du changement en juin 2003.

En 2002, plusieurs Mauritaniens portent plainte en Belgique contre Taya pour génocide, crime contre l’humanité et exécution des Mauritaniens noirs.

Ahmed Ould Bettar