De quoi clore le bec des ennemis du Maroc et des terropolisariens

000mali
000mali

De quoi clore le bec des ennemis du Maroc et des terropolisariens.

Tout d’abord, commençons par un Etat souverain, qu’est le Burundi, que la presse algérienne et polisarienne avaient annoncé de façon mensongère et en grandes pompes, le 21 janvier 2021,la non ouverture de son Consulat Général à Lâayoune, ville du Sahara marocain.

Or, le 25 février 2021, le Ministre burundais des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, Monsieur Albert Shingiro, est reçu par son homologue marocain à Rabat auquel il a remis un message du Président de la République du Burundi, Monsieur Evariste Ndayishimiye, à Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

A l’issue de sa rencontre avec le Ministre marocain des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, Monsieur Nasser Bourita, le Chef de la diplomatie burundaise a réitéré, lors d’un point de presse, l’appui de son pays à l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc et à son unité nationale conformément à la Charte des Nations-Unies et réaffirmé le soutien du Burundi à l’exclusivité du règlement du dossier du Sahara marocain par les Nations-Unies à travers le plan d’autonomie, comme unique et seule solution.

Il a également confirmé la position constante du Burundi de maintenir sa représentation diplomatique à Rabat et son Consulat Général à Laâyoune et que dans ce cadre un Consul Général du Burundi sera installé incessamment sous peu à Lâayoune tout comme il s’est réjoui de la décision du Maroc d’ouvrir une Ambassade résidente à Bujumbura afin de renforcer la dynamique de coopération dans les différents domaines entre les deux pays.

Autre haut représentant d’une Nation chère au Royaume du Maroc, à savoir le Mali, a tenu à lui consacrer sa première visite officielle au Maghreb, à savoir le vice-Président malien, le Colonel Assimi Goïta, arrivé le 25 février 2021 à Rabat pour une visite de travail axée sur les relations bilatérales ainsi que sur la situation sécuritaire au Sahel.

Le dirigeant malien, devant séjourner plusieurs jours au Maroc, a plaidé pour le développement de la coopération entre les deux pays et dès son arrivée, Assimi Goïta a salué le rôle du Maroc dans l’accompagnement du processus de transition au Mali, sur Hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Ce déplacement officiel témoigne de la confiance dont jouit le Royaume du Maroc auprès des nouveaux dirigeants de ce pays, sachant que sa diplomatie est toujours restée constante dans ses positions.

Cette visite ne devrait pas manquer de rendre hystérique le régime algérien qui ne supporte pas de voir le Maroc jouer les bons offices dans le dossier du Sahel.

Pour rappel, Alger avait accusé à tort le Royaume du Maroc d’avoir dévoilé son implication dans l’opération Tabuka, une coalition antiterroriste en cours de formation, telle que l’a annoncé le Président Emmanuel Macron à l’issue du dernier Sommet du G5-Sahel.

Au final, il est fortement déconseillé aux autorités algériennes, notamment les caporaux et le paraplégique Tebboune, de contrôler les médias algériens à leur solde qui ne font que diffuser des informations mensongères et des fake news sur tout ce qui concerne le Maroc.

Le démenti du Burundi constitue une leçon d’éthique morale et de déontologie professionnelle et surtout met à nu au grand jour les pratiques malsaines et nauséabondes des dirigeants algériens, traînant le lourd complexe des colonisés, et de leurs pantins polisariens.

Farid Mnebhi.

Publié le
Catégorisé comme Maroc