Des Journées consacrées au Couscous s’ouvrent à Alger

Le couscous du Maghreb entre au patrimoine immatériel de l'Unesco.

Des Journées consacrées au Couscous s’;ouvrent à Alger
ALGER- Des journées consacrées au Couscous dans ses différentes variantes ont été ouvertes jeudi à Alger, par la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda, suite à l’inscription, mercredi, du couscous des savoirs, savoir-faire et pratiques liés à sa production, au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco.

Organisées dans une ambiance festive au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria, ces journées, ouvertes au public du 17 au 21 décembre dans le respect strict des mesures de prévention sanitaires, ont été placées sous l’intitulé, « Le couscous, mets des rencontres », à l’occasion de son inscription au patrimoine mondial de l’humanité au nom de l’Algérie, de la Tunisie, de la Mauritanie et du Maroc.

De grands panneaux d’information expliquent aux visiteurs les différentes étapes de préparation du couscous, avec les ingrédients et ustensiles utilisés présentés en images.

Une partie des différentes variantes du couscous algérien, notamment celles des régions d’Alger, Tipaza, Blida, Boumerdès, Tizi-Ouzou, Bejaia, Annaba, Mila et Boussaâda a été présentée.

Lire aussi : Le couscous du Maghreb entre au patrimoine immatériel de l’Unesco.


Une chorale féminine du village « Tizit » de la commune d’Illilten de Tizi-Ouzou, dirigée par Nacéra Taleb Megdouda, a embelli l’espace de ces journées avec des pièces, entonnées à l’unisson, des regrettés, Taleb Rabah et Idir.

La ministre de la Culture et des Arts Malika Bendouda qui avait visité les différents stands de cette exposition a fait part de son « bonheur d’avoir fait aboutir auprès de l’Unesco, conjointement avec la Tunisie, la Mauritanie et le Maroc, l’inscription de ce plat traditionnel, rite fédérateur et porteur de tout un mode de vie maghrébin ».

aps