Discours à la Nation du Président Ghazouani,60 e anniversaire – (Samba Thiam )

Le Président semble poser comme lignes d’horizon la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, le développement durable ,le renforcement de la cohésion sociale , l’Etat de droit, la séparation des pouvoirs , l’indépendance de la justice, la justice sociale etc . Toutefois, le discours dégage une sorte de flou , c’est tantôt des lignes de cap , tantôt des acquis engrangés !!!

Telle l’indépendance de la justice ,la séparation des pouvoirs ,la décentralisation, la transparence totale dans la gestion…A la suite , Il enchaîne , glorieusement , pour l’horizon immédiat , le relèvement de la pension de retraite, le payement de ces pensions par mois et non plus par trimestre ( prouesse !),la suppression du système de récépissé pour les Associations, l’allocation de l’indemnité de craie élargie, l’augmentation de la prime d’éloignement ,non plus pour 9 mois mais 12,l’augmentation des salaires des agents de santé , la prise en charge des malades insuffisants rénaux et des personnes à handicap…Quel commentaire ?Au vu des actes posés , pendant ces 12 mois de gouvernance , on n’a pas l’impression qu’il s’est produit une séparation des pouvoirs ; alors pas du tout !La chambre des députés semble balancer, comme freinée dans élan initial, entre mettre ould Abdel Aziz aux arrêts et calmer les choses, oublier, comme on sait si bien le faire (affaire de faux billets à la banque centrale ,affaire Sonelec et autres). L’indépendance de la justice n’est pas là , non plus ;en tout cas n’est pas si visible que ça. Les juges -au vu d’un cap de gouvernance sous le brouillard – freinent des quatre fers sur certains dossiers. Des partis politiques qui avaient eu gain de cause dans leur procès portant sur l’annulation arbitraire de leurs récépissés par Abdel Aziz se voient toujours bloqués . Les Fpc- mon parti – en procès contre le gouvernement -,se voit refuser toute communication du verdict de la Cour Suprême . Voilà quatre ans que ce dossier fait objet de black-out total, malgré tous mes rappels au présidents du Tribunal ! Indépendance de la justice dites-vous ? rien n’est plus trompeur et démagogique !Concernant la justice sociale , parce que Tazour construit ici des salles de classes, là fore un puits , à destination des adwaba on est satisfait ? oui ,c’est une bonne chose ; mais la justice sociale ne saurait se réduire à ça . Et encore !Par endroits , le Président semble mélanger des choses de nature , voire de portée sans commune mesure … ‘’Traitement des grands malades et indemnités d’éloignement porté à 12 mois ‘’ , ‘’ relèvement des pensions et indemnité de craie élargie aux directeurs’’ ,Etat de droit et séparation des pouvoirs , alors que l’un est dans l’autre … Et j’en passe !Et puis , tout ce tintamarre autour de la suppression du système de récépissé qui n’est qu’un tape-l’œil, une demi- mesure, puisqu’on écarte, délibérément, les Associations à caractère politique, c’est -à-dire les partis politiques comme les FPC et le RAG, du reste à la base même de cette revendication ! Tape-l’œil ,leurre , tout comme cette Décentralisation invoquée . En effet, que vaut une Décentralisation sous tutelle ?Quant à la question de l’Ecole républicaine elle reste mal posée, à la fois par le Président et par le ministre de l’Education nationale qui , par son approche biaisée,fait fausse route . En effet , le mal profond c’est moins les Enseignants que la structure du système et le désordre général ambiant .Mais encore et surtout , une Ecole républicaine suppose l’égalité des chances entre écoliers, qui passe , nécessairement, par la suppression de l’inégalité structurelle du système à la base .Le Président a parlé de transparence totale dans la gestion de la chose publique qui semble posée comme exigence ; mais que vaut une tel propos lorsqu’il se refuse , obstinément , à dire haut et fort, qu’il va se dresser, fermement , contre la corruption et sévir , ouvertement ? Si- pour l’exemple- les biens du peuples spoliés par Abdel Aziz sont avérés, pourquoi hésite-on à faire main basse sur ceux-là ? Mais rien ! On nous rebat les oreilles avec ce slogan , sans guère oser s’aventurer plus loin… Enfin , le plus important dans l’examen de ce discours, demeure le vide formidable constaté autour de la question de l’Unité nationale , totalement escamotée . Rien , pas un mot ! Pas un mot sur l’esclavage ou ses séquelles , pas un mot sur l’impunité, érigée en règle ; aucune rupture dans l’attelage et le type de gouvernance avec le précédent ! Ghazouani semble, par ailleurs, sur cette question cruciale de l’unité, faire amalgame ou confondre justice sociale (attention prêtée au traitement des catégories de classes sociales précaires ) et Unité nationale qui, elle, relève de la grande Justice , d’essence politique, motrice de ‘’la cohésion sociale’’ …qui intègre Identité et Diversité, dans toutes leurs dimensions …Le Président, visiblement , ne semble pas prendre pleinement conscience de la mesure des enjeux en cause et de la volatilité de la situation interne. A moins que…Bref , pour ma part, sur les grands chantiers, ce Discours donne l’impression d’une réédition du discours de campagne ; encore des promesses, rien que des promesses . L’offre a été en deçà des attentes…

Samba Thiam

Nouakchott 30 Novembre 2020

Publié le
Catégorisé comme Mauritanie