«Donald Trump acquitté, le parti républicain va devoir faire face à une sérieuse crise interne»

56987458 789547412
56987458 789547412


Gilles Sengès 14 février 2021
Pour le politologue John Zogby, les règlements de compte qui devraient secouer le Grand old party risquent de coûter cher lors des prochaines élections

Le président américain, Joe Biden, a déclaré que l’acquittement de Donald Trump par le Sénat, samedi soir, était un rappel de la fragilité de la démocratie et du devoir qu’a chaque Américain de défendre la vérité.

« La violence et l’extrémisme n’ont pas leur place en Amérique », a-t-il dit dans un communiqué. Seuls 57 sénateurs, dont sept républicains, ont voté en faveur de la destitution de Donald Trump, dix voix en deçà de la majorité requise. Réagissant à l’énoncé du verdict, Donald Trump a estimé que ce procès avait marqué « une nouvelle étape de la vaste chasse aux sorcières » en cours dans l’histoire du pays.
Sans surprise, le procès en destitution mené devant le Sénat n’a pas recueilli les deux tiers des voix nécessaires pour condamner Donald Trump, poursuivi pour incitation à l’insurrection lors de l’assaut du Capitole par ses partisans le 6 janvier. Néanmoins, les cinq jours de débat laisseront des traces parmi les appuis de l’ancien président. S’il a voté « non coupable », Mitch McConnell, chef du groupe républicain au Sénat, a cependant déclaré après le verdict que le président Trump était à ses yeux moralement et en pratique responsable des événements. Patron de l’entreprise de sondages et d’analyse stratégique Zogby Analytics-The Zogby Poll, John Zogby analyse la situation.

Comment jugez-vous le travail des représentants démocrates qui ont joué le rôle de procureurs dans le procès en destitution de Donald Trump ? Ont-ils convaincu les Américains à défaut de rallier suffisamment de sénateurs républicains à leur cause ?

Ils ont presque réalisé un sans-faute. Ils ont limité leur accusation et leurs arguments autour d’un seul grand thème – le discours du Président Trump incitant la foule à la violence le 6 janvier dernier – et ils n’ont pas été contredits par les faits. Les images vidéo étaient d’autant plus fortes qu’elles s’appuyaient sur les propres mots de Donald Trump. Au début du procès, tout juste la moitié des personnes interrogées pensaient que le Président devait être condamné. A mi-parcours, on en était à 56 %. Ce qui, vu la polarisation politique actuelle aux Etats-Unis, est le meilleur score que l’on pouvait attendre.

Qu’en est-il des arguments des défenseurs de Donald Trump ?

Au début, la présentation des faits par la défense a été pathétique, incohérente, brouillonne, sans faits marquants. Les avocats semblaient vouloir s’appuyer sur le seul argument que l’on ne peut pas constitutionnellement destituer un ancien président des Etats-Unis qui n’est plus en exercice. Mais cette défense avait déjà été mise à mal par le Sénat qui a voté pour la poursuite du procès par 56 voix contre 44 avec l’aval de six sénateurs républicains. Les avocats de Donald Trump se sont bien rattrapés par la suite en arguant qu’il est habituel pour un homme politique d’appeler les foules à « se battre » et que l’on ne pouvait lier la prise du Capitole et les violences commises à cette occasion au Président. Sachant que personne n’a cru un seul instant que Donald Trump serait condamné, cela a suffi pour la défense en dépit du fait que les arguments et la présentation de l’accusation étaient plus forts.

Sachant que le procès n’avait aucune chance d’aboutir, cela valait-il la peine de le mener ?

Si ce procès a été instruit sur une base morale et constitutionnelle, il était politique par nature. L’objectif et l’espoir des démocrates a été de lier le président Trump et le parti républicain avec lui à la pire attaque de l’histoire américaine contre le Capitole et la Constitution. Ce, dans le but d’influencer les élections de mi-mandat de 2022, puis celles de 2024. Dans cette optique, cela valait sans doute la peine.

Après celui concernant son intervention auprès du président ukrainien pour enquêter sur Joe Biden, ce second acquittement ne risque-t-il pas de bénéficier à Donald Trump ?

Les ennuis de Donald Trump ne sont pas terminés. En tant que simple citoyen et ancien président, il se trouve confronté à de nombreuses poursuites judiciaires pour avoir abusé du pouvoir de la Maison Blanche pour son propre bénéfice, pour corruption, harcèlement sexuel, fraude fiscale, etc.

Que peut-il arriver aux quelques sénateurs républicains ayant voté en faveur de sa destitution ?

Le parti républicain va devoir faire face à une sérieuse crise interne. Les supporteurs de Donald Trump peuvent très bien défaire certains des élus modérés à l’occasion de primaires pour imposer des candidats dans leur ligne, mais ces derniers ne réussiront pas à recueillir les voix des républicains modérés et des jeunes pour être élus. Le parti républicain va probablement perdre des sièges en 2022.

Quel peut-être l’impact pour les démocrates et pour Joe Biden, resté très en retrait durant tout le procès ?

Actuellement, Joe Biden est très populaire. La tâche pour les démocrates est de tourner maintenant la page de l’impeachment et de s’atteler à faire passer leur programme. Le plan de relance et de secours est propre à nourrir la popularité de leur parti auprès des Américains.

Comment jugez-vous les premiers pas de Joe Biden ?

Il se concentre sur la lutte contre la Covid-19, sur l’appui aux victimes de la pandémie, l’environnement et la justice raciale, thèmes sur lesquels il a été élu. Il va devoir accélérer sur les questions sanitaires parce que c’est important mais, jusque-là, il demeure populaire et gère judicieusement sa courte majorité au Congrès.

lopinion.fr