Faites connaissance avec celle qui lutte contre l’esclavage en Mauritanie

salima esclavage
salima esclavage

L’esclavage est une pratique historique en Mauritanie. Il n’a été aboli qu’en 1981. Actuellement, plus de deux personnes sur 100 – 90 000 au total – vivent comme des esclaves, selon le Global Slavery Index 2018. Pendant longtemps, les autorités mauritaniennes ont nié la présence de l’esclavage moderne dans ce pays .

Mais les militants affirment que les membres de la communauté Haratine de Mauritanie, communément appelés les habitants des Oasis et qui sont issus de groupes ethniques noirs africains de la région du Sahara, sont toujours en esclavage.

Beaucoup de ceux qui sont encore en esclavage sont nés en esclavage et appartiennent aux Maures blancs, qui forment l’élite ethnique en Mauritanie et contrôlent l’économie. Comme l’écrivait la Fondation Thomson Reuters en février 2020, le problème «va dans le sens de la race, les Haratines étant généralement réduits en esclavage en tant que bergers et domestiques par l’élite à la peau plus claire, connue sous le nom de Maures blancs.

En effet, la lutte contre l’esclavage moderne en Mauritanie peut prendre du temps, mais les choses ont changé grâce à des militants comme Salimata Lam, la coordinatrice nationale de SOS Esclaves, une association dédiée à la lutte contre l’esclavage moderne. . En 2015, la Mauritanie a doublé la peine d’emprisonnement des délinquants de 10 à 20 ans. Elle a également criminalisé 10 autres formes d’esclavage, y compris le mariage forcé, a rapporté Aljazeera.

Puis, en 2016, deux propriétaires d’esclaves ont été condamnés par le tribunal de Nema (un tribunal spécial créé pour juger les affaires liées à l’esclavage). Le tribunal a également ordonné aux deux condamnés d’indemniser deux femmes victimes. Celles-ci sont devenues les premières condamnations jamais prononcées par le tribunal spécial anti-esclavage depuis sa création en 2013 en vertu d’une nouvelle loi anti-esclavage.

Les organisateurs anti-esclavagistes, dont Salimata Lam , ont applaudi les condamnations. « C’est la première fois qu’un procès se déroule du début à la fin et cela nous donne vraiment l’espoir dans les mois à venir que nous pourrons progresser sur d’autres cas », a déclaré Salimata Lam qui travaille avec SOS Esclaves depuis 2010 . Fondée en 1995 par un ancien avocat mauritanien, Boubacar Ould Messaoud, SOS Esclaves serait la première organisation anti-esclavagiste du pays où les anciens esclaves reçoivent une formation en matière de sécurité et d’emploi. Les victimes de l’esclavage apprennent à teindre les vêtements, à cuisiner, à tailler, à coiffer les cheveux, entre autres activités.

«SOS Esclaves», comme l’expliquait Lam en 2015, «se bat pour l’éradication de l’esclavage par descendance familiale. Nous offrons des recours aux esclaves et anciens esclaves, et nous sensibilisons la communauté aux lois contre l’esclavage et aux droits des personnes en vertu des lois. Nous exhortons les décideurs à améliorer les lois et leur application. Nous fournissons également une assistance juridique aux victimes qui demandent réparation.

Salimata Lam a été décrite par ses collègues comme l’épine dorsale de l’association, faisant toutes sortes de sacrifices personnels dans la lutte contre les formes modernes d’esclavage dans son pays malgré les risques. Selon un rapport, les tribunaux mauritaniens condamnent fréquemment des individus pour activisme et répriment la liberté de la presse.

La lutte de Lam contre les injustices sociales ne devrait cependant pas être surprenante. Ayant grandi dans le village de Boghe, dans la région de Brakna, dans le sud de la Mauritanie, elle est militante depuis son adolescence lorsqu’elle a rejoint un mouvement pro-démocratie. Même être expulsée de son pays pendant trois ans dans les années 1980 pour être déchue de sa citoyenneté ne l’a pas dissuadée de lutter contre l’injustice. «J’ai vu que le système était injuste. Cela a renforcé ma détermination à lutter contre l’injustice », a-t-elle cité par l’organisation non gouvernementale internationale MRG.

MRG et SOS Esclaves sont partenaires dans la lutte contre les formes modernes d’esclavage en Mauritanie, entretenant des dialogues avec l’Etat et des programmes de formation avec des journalistes, des militants, des parajuristes et des magistrats. En février 2020, lorsque la Mauritanie a rejoint le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour la première fois, des militants ont appelé le gouvernement à se débarrasser de l’esclavage basé sur l’ascendance, car ne pas le faire signifiera aller à l’encontre des principes mêmes sur lesquels les Nations Unies sont basées.

Cette année-là, des militants anti-esclavagistes ont déclaré que certains enfants qui avaient signalé à la police qu’ils avaient été réduits en esclavage avaient été forcés de changer leur histoire, puis renvoyés chez eux après les audiences du tribunal local. Et c’est pourquoi Lam et ses Esclaves SOS ont résolu d’assurer la sécurité des victimes. «Si nous emmenons seulement la victime à la police… il y a toujours un moment où le maître ou la famille du maître peuvent les reprendre», a déclaré Lam dans un rapport de la Fondation Thomson Reuters.

Elle a cependant mentionné qu’elle voit des progrès, même si ces progrès sont lents: «Il y a cinquante ans, si vous appeliez quelqu’un Haratine, il serait insulté. Aujourd’hui, les gens disent, oui nous sommes Haratine. Ils sont prêts à assumer leur identité. Les gens veulent être libres, vivre dans la dignité. Cette tendance est irréversible. »

credit de l’arcticle : Face2FaceAfrica

intellivoire.net

Publié le
Catégorisé comme Mauritanie