Rapide info actualité en direct, continu et en image https://rapideinfo.biz Mon, 18 Nov 2019 17:21:20 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.3 https://rapideinfo.biz/wp-content/uploads/2019/11/cropped-apple-touch-icon-120x120-precomposed-1-32x32.pngRapide info actualité en direct, continu et en imagehttps://rapideinfo.biz 32 32 Rendons l’invisible visible, déclare Chinganya, de la CEA, lors de la célébration de la Journée de la statistique en Afriquehttps://rapideinfo.biz/2019/11/18/rendons-linvisible-visible-declare-chinganya-de-la-cea-lors-de-la-celebration-de-la-journee-de-la-statistique-en-afrique/ https://rapideinfo.biz/2019/11/18/rendons-linvisible-visible-declare-chinganya-de-la-cea-lors-de-la-celebration-de-la-journee-de-la-statistique-en-afrique/#respond Mon, 18 Nov 2019 17:21:15 +0000 https://rapideinfo.biz/?p=18105 Addis-Abeba, Éthiopie, le 18 novembre 2019 (CEA) – Tout le monde compte : Des statistiques de qualité pour une meilleure gestion des déplacements forcés en Afrique, était le thème de la journée consacrée à la célébration de la Journée de la statistique en Afrique, par les Africains du monde entier.

Le plus grand évènement s’est déroulé en Tunisie, où la Commission de l’Union africaine a lancé l’Institut panafricain de la statistique (StatAfric), qui collaborera avec des partenaires pour renforcer les capacités des États membres en matière de production et d’utilisation de statistiques de qualité.

La Journée de la statistique africaine a lieu tous les 18 novembre dans tous les pays africains afin de sensibiliser le public au rôle essentiel que jouent les statistiques dans tous les aspects de la vie sociale et économique.

Le thème de cette année est en ligne avec celui de l’Union africaine pour l’année 2019, qui est : « L’année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays : Vers des solutions durables au déplacement forcé en Afrique ».

Le thème a été choisi pour sensibiliser le public à l’importance cruciale des statistiques ventilées pour répondre au concept fondamental des Objectifs de développement durable ; « Ne laisser personne pour compte », et plus particulièrement au défi de gérer les déplacements forcés sur le continent.

S’exprimant lors d’un évènement organisé par la Commission économique pour l’Afrique (CEA) pour marquer cette journée, M. Oliver Chinganya, Directeur du Centre africain pour la statistique, à de la CEA, déclare que le thème est inspiré par la nécessité d’un engagement accru de l’Afrique pour faire face à la détresse de ses citoyens dans des situations de migration forcée.

M. Chinganya ajoute que ce thème reconnait également la nécessité pour le continent de remédier aux conflits et à la violence, aux catastrophes naturelles et aux changements climatiques, aux urgences sanitaires telles que l’épidémie d’Ébola, à l’insécurité alimentaire et à la pauvreté extrême, ainsi qu’à l’injustice sociale et à la mauvaise gouvernance, les facteurs principaux menant au déplacement forcé.

« Pour y remédier, il faut un profilage statistique fournissant des chiffres et des analyses ventilés de la population déplacée. Il est donc crucial de disposer de statistiques de haute qualité servant de base à des évaluations exhaustives et à des recommandations en vue d’élaborer des politiques fondées sur des données factuelles, qui favorisent l’inclusion et le développement socioéconomique des personnes déplacées », indique le Directeur de la CEA.

M. Chinganya affirme que l’Afrique de l’Est compte toujours le plus grand nombre de personnes touchées par les conflits et les problèmes liés aux changements climatiques, y compris par la dégradation des sols et la désertification. Elle compte 59% des 7,3 millions de réfugiés africains et 49% des 14,7 millions de personnes déplacées sur le continent.

« Il est donc impératif de favoriser la collaboration entre les services nationaux de statistique, les autorités chargées des questions de migration, la société civile, les Organisations non gouvernementales et les organisations internationales dans le but de mieux mesurer et produire des données précises, pertinentes et opportunes et pour informer les politiques fondées sur des données factuelles. Une telle collaboration est également essentielle pour renforcer les efforts des gouvernements visant à intégrer les déplacements forcés dans les plans de développement nationaux », dit-il.

M. Chinganya déclare que le Centre africain pour la statistique continuera de travailler avec les divisions et les Bureaux sous-régionaux de la CEA, y compris l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP), pour aider les pays à mettre en place des systèmes statistiques durables, notamment par l’utilisation d’instruments modernes de collecte de données.

« Nous sommes également prêts à collaborer avec d’autres organismes régionaux et internationaux, dont le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, pour élaborer des outils et des lignes directrices harmonisés destinés à faciliter la mesure et le traitement des personnes déplacées. Nous devons rendre visibles les voix des personnes vulnérables dans les chiffres et dans les politiques. Ensemble nous pouvons », dit-il.

M. Chinganya a également fait allusion aux plus de 500 000 Africains dépourvus d’identité légale, affirmant que le scénario est extrêmement alarmant et viole chaque effort de développement humain entrepris sur le continent.

« Sans connaître le nombre et les caractéristiques des résidents d’un pays, les gouvernements ne peuvent pas planifier, ni élaborer des politiques adéquates ni suivre les progrès. Cela nous éloigne davantage de la réalisation de nos engagements en matière de développement humain tels que définis par l’Agenda africain 2063 et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 », affirme-t-il.

Les participants ont également discuté des liens existant entre l’agriculture, la migration, la sécurité alimentaire, le développement rural et les questions connexes.


Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique 
BP 3001 
Addis-Abeba (Éthiopie) 
Tél. +251 11 551 5826 
Adresse électronique : .img@.img">.img@.img 

]]>
https://rapideinfo.biz/2019/11/18/rendons-linvisible-visible-declare-chinganya-de-la-cea-lors-de-la-celebration-de-la-journee-de-la-statistique-en-afrique/feed/ 0
Situation pré-électorale brinquebalante en Algériehttps://rapideinfo.biz/2019/11/18/situation-pre-electorale-brinquebalante-en-algerie/ https://rapideinfo.biz/2019/11/18/situation-pre-electorale-brinquebalante-en-algerie/#respond Mon, 18 Nov 2019 17:11:42 +0000 https://rapideinfo.biz/?p=18101 Tout d’abord, le Président de l’Autorité de Contrôle des Elections, sieur Mohamed Chorfi, a fait une formidable glissade en présentant, le 16 novembre 2019, la Charte d’Ethique des Pratiques Electorales, paraphée par les cinq candidats à la présidentielle que sont l’ancien Premier Ministre et Président du parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, l’ancien Chef de Gouvernement, Abdelmadjid Tebboune, l’ancien Ministre de la Culture et actuel Secrétaire Général par intérim du Rassemblement National Démocratique (RND), Azzedine Mihoubi, l’ancien Ministre du Tourisme et Président du Mouvement « El-Bina », Abdelkader Bengrina et le Président du parti Front « Al-Moustakbel », Abdelaziz Belaid.

Ce Chorfi a osé qualifier cette fumeuse Charte signé par les cinq candidats à la présidentielle algérienne, tous pure produit du système Bouteflika, « d’unique au monde », poussant sa bêtise à vouloir, avec une pointe d’ironie, mettre en doute l’expérience d’autres pays du voisinage pourtant précurseurs en la matière à l’échelle régionale, dont le Maroc et la Tunisie.

Ce Chorfi, lui-même résidu de ce régime dictatorial en rupture de ban et en déphasage totale avec les nouvelles aspirations démocratiques internes et les nouvelles réalités géopolitiques internationales, feint d’ignorer que cette Charte dite d’Ethique, pas plus d’ailleurs que l’élection présidentielle, imposée par le Chef d’Etat-Major Ahmed Gaïd Salah, est rejetée catégoriquement par le peuple algérien.

Pour en faire la constatation, il suffit d’entendre les cris de la rue algérienne qui résonnent depuis le 22 février 2019. Aussi, aujourd’hui le peuple algérien est fortement convaincu de la grossière supercherie qu’est ce scrutin présidentiel destiné à recycler un système un système viscéralement corrompu, liberticide et anti-démocratique.

Mieux, les prétendants à la Magistrature Suprême ont été malmenés ce 17 novembre 2019, au premier jour de campagne présidentielle forte laborieuse pour les cinq candidats.

Commençons par le candidat du parti islamiste « El Bina », Abdelkader Bengrina, qui en dépit d’une forte présence policière pour assurer sa sécurité, il s’est contenté d’une simple ballade en voiture à Alger. Ce Bengrina a eu droit à un déluge d’insultes telles « Klitou leblad ya saraqine (vous avez tout bouffé) » et « makach el vote y a shab l’casse-croute (il n’y aura pas de vote, mangeurs de casse-croute). Quelle humiliation !

Quant à Ali Benflis, lui aussi a eu aussi droit à la même douche froide à Tlemcen, à l’extrême Ouest du pays où il a été accueilli par des cris de « Benflis dégage ! ».

Malmené par des centaines de personnes, dont des étudiants de l’Université de Tlemcen, rassemblés devant la Maison de la Culture de la ville où il devait animer son premier meeting électoral et scandaient « H’na ouled Amirouche, marche-arrière ma nwelouch (Nous sommes les enfants du (martyr) Amirouche, on ne va pas faire machine arrière) », lancent les protestataires. « Dites-lui (à Benflis) qu’il n’y aura pas de vote à Tlemcen » tout en réclamant la libération des détenus d’opinion, dont le Moudjahid Lakhdar Bouregaâ. « Vous emprisonnez les Moudjahidine et vous appelez au dialogue. Quelle honte ! », lancent-ils encore. A noter que la police, présente en force sur les lieux, a procédé à de nombreuses arrestations parmi les manifestants opposés aux élections. La honte personnifiée !

S’agissant du troisième candidat à entrer en lice, il s’agit d’Abdelmadjid Tebboune qui pour lui ce 17 novembre 2019 a été carrément cauchemardesque. Après avoir perdu, dans la matinée, son directeur de campagne, Abdellah Baali, qui a jeté l’éponge, l’ancien Premier Ministre a dû annuler son premier meeting prévu à l’hôtel Riad d’Alger, faute d’auditoire. Lamentable début !

Cette première journée de campagne présidentielle ne fut, en conclusion, qu’une série de douches froides, comme le temps actuel, reçues par ces candidats qualifiés de traîtres aux aspirations du peuple algérien qui ne veut voter un budget en défaveur des pauvres. Il semblerait même que cette raclée reçue le 17 novembre 2019 n’est qu’un début et qu’un sort spécial serait réservé aux traîtres à la Nation algérienne selon les manifestants. Un début d’hiver plus que glacial en perspective pour l’Algérie !

Farid Mnebhi.

]]>
https://rapideinfo.biz/2019/11/18/situation-pre-electorale-brinquebalante-en-algerie/feed/ 0
Le Maroc, brillamment élu à la présidence de l’organisation des Cités et Gouvernements Locaux Unis-Monde (CGLU-Monde)https://rapideinfo.biz/2019/11/18/le-maroc-brillamment-elu-a-la-presidence-de-lorganisation-des-cites-et-gouvernements-locaux-unis-monde-cglu-monde/ https://rapideinfo.biz/2019/11/18/le-maroc-brillamment-elu-a-la-presidence-de-lorganisation-des-cites-et-gouvernements-locaux-unis-monde-cglu-monde/#respond Mon, 18 Nov 2019 01:13:02 +0000 https://rapideinfo.biz/?p=18001 Le Président de l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Régionaux et Maire d’Al-Hoceima, Mohamed Boudra, a été élu, le 15 novembre 2019, Président de l’organisation des Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU-Monde), à Durban, en Afrique du Sud.

Lors de ce conclave, les 3000 délégués, venus des quatre coins du monde, se sont notamment penchés sur la définition de l’agenda mondial des villes et des régions pour les années à venir. Ils ont également fait la lumière sur l’évolution de cette organisation mondiale dans le cadre de son 15ème anniversaire de ce grand rassemblement mondial de dirigeants locaux et régionaux ainsi que d’acteurs intéressés par les affaires locales.

Le choix porté sur le Maroc pour présider cette organisation mondiale, qui compte plus de 240 000 villes et collectivités locales membres, est une forte reconnaissance des actions et chantiers de développement structurants multisectoriels initiés par le Roi Mohammed VI depuis deux décennies, en faveur de la décentralisation, de la justice spatiale, de l’équité sociale ainsi que de la promotion des valeurs de solidarité en matière de développement durable, dans toutes les régions du Maroc, et particulièrement dans les Provinces du Nord du Maroc.

A rappeler que le Maroc, où se trouve le siège de l’organisation CGLU-Afrique, avait organisé, sous le Haut Patronage du Souverain marocain, le 8ème Sommet « Africités » en novembre 2018. Ce grand conclave, qui avait réuni plus 8000 responsables territoriaux de différents pays africains et du monde, avait connu un succès retentissant et reflété une image positive d’une Afrique confiante qui aspire à un meilleur avenir.

Cette victoire, qui plus est en terre sud-africaine, du Royaume du Maroc face au Maire de la ville Russe de Kazan est intervenue par consensus, suite au retrait du candidat de Moscou qui était un sérieux challenger.

Cette victoire est une nouvelle consécration du Maroc au plan mondial qui vient saluer les actions de développement initiées par le Roi Mohammed VI pour son pays, mais aussi en faveur de l’Afrique, enfin libre de ses choix.

Farid Mnebhi.

]]>
https://rapideinfo.biz/2019/11/18/le-maroc-brillamment-elu-a-la-presidence-de-lorganisation-des-cites-et-gouvernements-locaux-unis-monde-cglu-monde/feed/ 0